• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques

Liens directs


 

 


Recevez chez vous toutes les nouveautés à propos de la Journée nationale des patriotes


 

 

Les Patriotes de 1837@1838 - <I>Tales of the Canadian Forest.</I> Analyse de la nouvelle de Andrew Learmont Spedon
 BIBLIOGRAPHIE 
     
Tales of the Canadian Forest. Analyse de la nouvelle de Andrew Learmont Spedon
Article diffus depuis le 20 mai 2000
 




Andrew Learmont Spedon (1831-1884) f鹴 un auteur et un journaliste qui est n Edinburgh en 蒫osse le 21 ao鹴 1831. Il immigre au Canada avec ses parents quand il n'est qu'un enfant. Pendant plusieurs ann閑s, il enseigne dans la r間ion de Ch鈚eauguay. Tout au long de sa vie, il publia six oeuvres: The woodland warbler (Montr閍l, 1857) Tales of the canadian forest (Montr閍l, 1861) Rambles among the Blue Noses (Montr閍l, 1863) Canadian summer evening tales (Montr閍l, 1867) Sketches of a tour from Canada to Paris by way of the Brithish Isles (Montr閍l, 1868) et The Canadian minstrel (Montr閍l, 1870). Vers la fin de ses jours sa sant se d間radant; il d閏ide d'aller vivre aux Bermudes o il meurt au mois de septembre 1884 (Wallace, 1940: 52).

L'auteur 閏rivit ses romans une 閜oque o la litt閞ature canadienne anglaise n'閠ait encore qu' ses d閎uts et o l'imprimeur Lovell tentait de faire conna顃re des 閏rivains canadiens anglais (Klinck, 1970 :229). Dans ce contexte, Spedon n'avait que la modeste intention d'閏rire pour son plaisir, sans qu阾e de gloire, car il ne se qualifiait pas de litt閞aire. (Spedon, 1861: pr閒ace).

Ce f鹴 dans cette perspective qu'il 閏rivit: Tales of the canadian forest, l'oeuvre qui nous int閞esse. Ce roman de 221 pages contient treize histoires courtes dont Reminiscences of the French Canadian Rebellion qui sera l'objet du pr閟ent article. En vingt pages, l'閏rivain nous raconte, travers les yeux d'un enfant, la crainte qu'ont v閏ue des habitants de la for阾 canadienne au temps des r閎ellions de 1837-1838. Dans son premier chapitre, il pr閟ente ses personnages et leurs environnements. Le narrateur, qui n'a pas de nom, est un enfant immigr r閏emment dans la colonie. Il d閏rit les p閞ip閠ies de la vie quotidienne des nouveaux colons venus peupler les for阾s canadiennes en mettant l'accent sur le dur labeur que cela exigeait.

Dans son second chapitre, l'auteur nous place au c渦r de l'action des r閎ellions. Il commence par rappeler que le soul鑦ement de 1837, qui 閠ait une menace la loyaut canadienne, fut 閏ras. Ensuite, il transporte l'automne 1838 o les familles pr閟ent閑s dans le premier chapitre entrent en action. Fervents loyalistes, les hommes vont s'enr鬺er dans la milice en laissant femmes, enfants, et vieillards derri鑢e eux. Ces derniers vont vivre dans la crainte de se faire attaquer par les rebelles. Ils se cacheront donc dans la for阾 en attendant que les hommes reviennent. Leur p閞iple se termine quand ils voient des soldats anglais passer avec des prisonniers rebelles. C'est ce moment qu'ils cessent d'avoir peur car la m鑢e patrie a su prot間er ses loyaux colons.

Ce r閏it pr閟ente un sch閙a actantiel tr鑣 simple. Il y a le sujet qui est repr閟ent par les familles habitant la for阾; ces familles auront pour objet le retour la paix dans la colonie. Elles auront comme adjuvants les p鑢es de famille qui s'enr鬺eront dans la milice et l'arm閑 anglaise et, comme opposants, les rebelles et un tra顃re qui feindra la folie pour ne pas d閒endre son roi. Ce r鬺e de tra顃re, important dans le courant romantique de l'閜oque, se retrouve beaucoup sous la forme de d閘ateur dans la litt閞ature canadienne fran鏰ise.

Si on regarde cette histoire d'un point de vue historique, on constate que l'auteur s'appuie sur des faits historiques. Il prend les 関閚ements de 1837-1838, qui sont r閑llement survenus et cr閑 un univers fictif autour de positions vraisemblables. Par exemple, la mise en situation de la robustesse de l'adaptation et l'apprivoisement de l'environnement est v閞idique. J'en veux pour preuve que "Pour ceux qui sont venus s'installer dans les colonies, le simple fait d'occuper un lieu sauvage et de le d閒richer prend des proportions 閜iques. Les soci閠閟 coloniales s'閐ifient travers une lutte pour leur survivance dans un milieu nouveau" (Brown,dir., 1990: 258). Pour ce qui est des r閎ellions, il est difficile de parler de rigueur historique car les 閘閙ents pr閟ent閟 par l'auteur sont trop vagues. Des Loyaux se sont bien enr鬺閟 dans la milice pour 閏raser la r関olution, cependant il n'y a pas de lieux pr閏is ou de noms associ閟 aux insurrections.

Voyons, maintenant, comment l'auteur valorise un point de vue loyaliste. Tout d'abord, il le fait par le choix de ses mots: il utilise le mot rebelle pour patriote, il pr閏ise que la r関olution est une menace la loyaut canadienne et il s'empresse de dire que les Loyaux se sont engag閟 dans la milice pour combattre aux c魌閟 de l'angleterre. Enfin, il raconte l'angoisse que les Canadiens fran鏰is ont fait vivre aux familles loyales.

Reminiscences of the French Canadian Rebellion demeure un texte mineur pass inaper鐄 car la litt閞ature canadienne anglaise n'閠ait qu'embryonnaire au moment de sa publication. Son auteur compte en fait parmi les noms oubli閟 (Klinck, 1970: 229).

Linda Marcotte

BROWN, Graig dir., Histoire g閚閞ale du Canada, Montr閍l, Bor閍l,1990, 694p.; KLINCK, Carl F. dir., Histoire litt閞aire du Canada: litt閞ature canadienne anglaise, Qu閎ec, La presse de l'Universit Laval, 1970, 1005p.; SPEDON, Andrem L. Tales of the canadian forest, Montr閍l, Lovell, 1861, 221p. p.1-20; WALLACE, Stewart W., The encyclopedia of Canada, Volume VI, Toronto, University Associates of Canada, 1940, ?p.

 

Recherche parmi 15772 individus impliqu閟 dans les r閎ellions de 1837-1838.

 



Consult 2072 fois depuis le 20 mai 2000

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca