• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques

Liens directs


 

 


Recevez chez vous toutes les nouveautés à propos de la Journée nationale des patriotes


 

 

Les Patriotes de 1837@1838 - <I>Quand je serai parti vous vivrez encore.</I> Une analyse du film de Michel Brault
 BIBLIOGRAPHIE 
     
Quand je serai parti vous vivrez encore. Une analyse du film de Michel Brault
Article diffus depuis le 20 mai 2000
 




Quand je serai parti vous vivrez encore est le titre d'un long-m閠rage sorti en 1999, sc閚aris et r閍lis par Michel Brault (Montr閍l, 1928). Brault 閏rit la premi鑢e version du sc閚ario en 1980, inspir par les r閟ultats du r閒閞endum. En 1996, le projet se retrouve au centre d'une vaste controverse publique entourant le financement du film par T閘閒ilm Canada qui, parall鑜ement, refuse le projet 15 f関rier 1839 de Pierre Falardeau (CONLOGUE, 1999:R-3; PERREAULT, 1999:C-2). L'approche de Brault s'inscrit dans le courant de pens閑 voulant que l'art puisse contribuer l'identification nationale des Qu閎閏ois par la diffusion de l'histoire du peuple et de ses d閒aites depuis la Conqu阾e (LOISELLE, 1999:4). Il cherche donc faire ressortir la souffrance et le d閟ir de libert des Patriotes de 1838, mais aussi l'abus de pouvoir dont ils ont 閠 victimes par la r閜ression, les emprisonnements, les proc鑣 devant une cour martiale, les pendaisons et les condamnations l'exil. L'intention de Brault est historique, non politique (LANGLOIS, 1999:cwe-42).

Reconnu comme le chef de fil du cin閙a direct au Qu閎ec, Brault jouit d'une importante notori閠 au niveau international, a particip la production d'environ 200 films, et est r閏ipiendaire de plusieurs prix prestigieux dont celui de la mise en sc鑞e Cannes en 1975 pour le film Les Ordres et le prix Albert-Tessier du gouvernement du Qu閎ec en 1986 pour l'ensemble de sa carri鑢e (LOISELLE, 1999:4). Si ses documentaires ont fait 閏ole, il s'est aussi illustr en int間rant le savoir-faire du cin閙a direct la fiction. (COULOMBE, 1999:78).

Brault entretient beaucoup de scrupules face l'histoire et choisit donc de r閍liser une demie-fiction appuy閑 par une solide recherche (LOISELLE, 1999:5). Il met pr鑣 de vingt ans concr閠iser son r陃e de porter l'閏ran le r閏it des Patriotes avec un budget tr鑣 restreint pour un projet d'une telle envergure, soit quatre millions de dollars (COULOMBE, 1999:122). La plupart des personnages sont historiques (de Lorimier et les autres pendus, Colborne, Durham, etc...), mais c'est par le truchement d'un personnage de fiction, Francois-Xavier Bouchard, interpr閠 par Francis Reddy, que Brault raconte leur histoire (LANGLOIS, 1999:cwe-42). Il axe son oeuvre sur la d閞oute d'une poign閑 d'insurg閟 canadiens-fran鏰is face au pouvoir et l'arm閑 coloniale britannique. La narration du journal de Bouchard, qui est un peu le fil conducteur du film, est bas閑 en grande partie sur les journaux authentiques de Fran鏾is-Xavier Prieur, Azario Archambault, d'un autre patriote anonyme, ainsi que des t閙oignages du r関閞end Borthwick, chapelain de la prison, et du militaire John Fraser (LOISELLE, 1999:6).

Le film se d関eloppe donc autour de Bouchard qui, en 1838, revient d'exil et s'engage dans l'organisation secr鑤e des Fr鑢es chasseurs. Brault ne met en sc鑞e qu'un seul affrontement pour lequel il s'est inspir de l'incursion de Robert Nelson la fronti鑢e et des batailles de Napierville, Odelltown et Moore's Corner (LOISELLE, 1999:7). Dans les faits le soul鑦ement de 1838 s'est d閞oul sur plusieurs jours et les affrontements entre quelques milliers de patriotes divis閟 en petits groupes ont 閠 nombreux (LANGLOIS, 1999:cwe-42). Finalement Bouchard est captur avec plusieurs de ses compatriotes. Jug閟 par un tribunal, 12 d'entre eux sont pendus la porte de la prison. La mise en sc鑞e du proc鑣 des Patriotes met en lumi鑢e le rapport de force in間al existant entre les prisonniers d閙unis qui n'ont m阭e pas droit une d閒ense ad閝uate et le pouvoir en place qui d閒end les int閞阾s d'une poign閑 de marchands (PERREAULT, 1999:C-2). quelques d閠ails pr鑣, tout ce qui est racont dans le film est authentique, entre autres les dialogues de Lord Durham qui Brault est tr鑣 fid鑜e (LOISELLE, 1999:6). Tout au long du film on remarque l'attention port閑 au tissage, aux labours, la traite, aux accents fran鏰is de l'閜oque, britannique et irlandais impeccables (LOISELLE, 1999:7).

Parmi les films qu閎閏ois annonc閟 en 1999 aucun n'est aussi attendu que celui de Brault (PERREAULT, 1999:C-2). La critique est unanime sur l'importance du sujet, l'effort minutieux de reconstitution, le souci du d閠ail, la beaut des images de Sylvain Brault et le souffle lyrique du film (PERREAULT, 1999:C-2). Par contre, on a beaucoup reproch le ton, la mollesse du jeu des acteurs, l'ambiance de tristesse et de d閟espoir, ainsi que l'exc鑣 de m閠iculosit. En somme on consid鑢e le film comme une oeuvre hautement didactique qui porte l'intense r閒lexion, tout en exprimant le regret que le film ne soit pas plus mobilisateur.

Claude Julie Bourque

COULOMBE, Michel, JEAN, Marcel, Dictionnaire du Cin閙a qu閎閏ois, Editions Bor閍l, Montr閍l, 1999, 3e 閐ition: 78 82; CONLOGUE, Ray, Globe abd mail, the. "For Michel Brault, the era is over", Toronto, 1999,11,19: R-3; LANGLOIS, Claude, Journal de MONTR葾L "Le noble et courageux combat des Patriotes de 1838", 1999.03.06: cwe-42; PERREAULT, Luc, La Presse, Montr閍l, "Une p鈒e copie des Ordres", 1999.03.13: C-2; LOISELLE, Marie-Claude, RACINE, Claude, 24 Images, #96, printemps 99 "Entretien avec Michel Brault": 4 11

 

Recherche parmi 15772 individus impliqu閟 dans les r閎ellions de 1837-1838.

 



Consult 7138 fois depuis le 20 mai 2000

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca