• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques


 

 

Les Patriotes de 1837@1838 - Le rapport Durham : « Permettre aux Canadiens français d’avancer sur le terrain ensoleillé de la liberté et de la prospérité... »
 DEBAT 
MOD
Le rapport Durham : « Permettre aux Canadiens français d’avancer sur le terrain ensoleillé de la liberté et de la prospérité... »
Article diffusé depuis le 15 novembre 2007
 


Photo : Radio-Canda

Une exposition prsente par la Commission de la capitale nationale (CCN) sur la rue Sparks Ottawa a t modifie en octobre 2007 en raison de la controverse qu`elle soulve. Un panneau prsentant l`ancien gouverneur Lord Durham comme l`un des personnages marquants de l`histoire canadienne a t retir. Le panneau prsentait un portrait flatteur de l`auteur du rapport Durham, rdig la suite des rbellions de 1837 et de 1838 dans le Haut-Canada et dans le Bas-Canada. Toutefois, le texte de l`exposition omettait de signaler que Lord Durham avait recommand l`assimilation des Canadiens-Franais, qu`il qualifiait de peuple  sans histoire et sans littrature ...
Cette dcision, on s`en doute, a rapidement provoqu des ractions de part et d`autre de la rivire des Outaouais.  Au Canada anglais on s`en est surtout pris la rectitude politique ayant conduit au retrait du panneau.  On considre en effet qu`il n`existe nulle raison de nier la contribution historique de Lord Durham l`avancement de la dmocratie au Canada.  N`a-t-il pas t le premier proposer la responsabilit ministrielle pour le Canada rtorque-t-on ?  Parmi ces ractions, celle d`une historienne, Janet Ajzenstat, mrite d`tre retenue.  Spcialiste de Durham, Mme Ajzenstat reprend une ide importante, soit que Durham proposait bien l`assimilation aux Canadiens-Franais pour "leur propre bien" et voulait simplement permettre aux Canadiens franais  davancer sur le terrain ensoleill de la libert et de la prosprit  : "C`est pour les tirer de leur infriorit que je veux donner aux Canadiens notre caractre anglais..."  
Mme Ajzenstat a raison de rappeler que le Rapport Durham est bien plus nuanc et impartial qu`on ne le croit gnralement.  Il est cependant tout fait inacceptable qu`on commmore ainsi la mmoire de son auteur.  Durham demeurera toujours un monument au mpris et l`arrogance des Britanniques envers les habitants du Qubec.  Loin de le faire oublier, il est bon qu`il ressorte ainsi rgulirement dans l`actualit, pour rappeler aux Qubcois combien leur survie culturelle est la fois hroque et terriblement fragile.



Faut-il afficher le portrait de Lord Durham dans les rues d'Ottawa ? Cela n'a gure d'importance. Son "Rapport sur les affaires de l'Amrique du Nord britannique" vit. Il a t publi en 1839 et n'a jamais cess d'tre imprim depuis. Il sera lu aussi longtemps que Canada, et - oserais-je le dire ? - mme aprs.

Dans les annes 1840, les rformateurs tant francophones qu'anglophones ont salu le rapport comme la charte du gouvernement libre. Et il a rpondu leurs espoirs. En 1848, la recommandation de Durham pour un "gouvernement responsable" a conduit au renversement des oligarchies coloniales - la Clique du Chteau et le Pacte de famille. Lors de la confrence de Qubec Qubec de 1864, les Pres de la Confdration ont utilis la description de Durham des des liberts britanniques pour crer le Parlement du Canada.

Mais si le rapport de Durham est clbre juste titre, il est aussi - juste titre - controvers. controvers. Des commentateurs comme Gerald Craig, diteur de l'dition abrge(1963), le qualifient d'"offensant".

La question d'un intrt prenne pour les lecteurs d'aujourd'hui est la suivante : Est-ce que Lord Durham s'attendait-il ce que les Canadiens franais adoptent le mode de vie britannique ? Il voulait sans doute Il voulait sans aucun doute qu'ils adoptent les institutions de la dmocratie britannique. Mais s'attendait-il ce qu'ils qu'ils abandonnent leurs propres traditions ?

Il dit carrment que la "race britannique doit finalement prvaloir". Les Britanniques doivent tre "placs l'ascendant". Le Bas-Canada doit tre "compltement assimil aux coutumes et aux institutions britanniques". Ces passages et d'autres comme eux laissent une blessure profonde. Je ne crois pas qu'une personne d'origine franaise qui les lira sera jamais se rchauffer Durham.

Et pourtant ! Il n'envisageait pas un avenir statique pour le Canada franais. Il tait lui-mme Il voulait que les Franais aillent de l'avant. Il voulait qu'ils qu'ils avancent vers les hautes terres ensoleilles de la libert politique et de la prosprit. En fait, il pensait qu'ils avanaient dj.

Les hommes d'affaires et les lites politiques du Canada franais commenaient construire une socit commerciale moderne. Ils s'intressent aux nouvelles technologies (le transport par bateau vapeur, par exemple) et aux rformes sociales et constitutionnelles. rforme sociale et constitutionnelle. Durham prcise d'ailleurs que certains Anglais entravaient les ambitions des Canadiens franais. ambitions canadiennes-franaises. Il convenait aux Anglais qui avaient acquis des seigneuries de garder leurs locataires la ferme. Il convenait aux lites anglaises de Montral de d'empcher les Franais d'accder aux fonctions politiques. Il traite les Anglais qui ont ces opinions svrement.

La plupart des spcialistes canadiens croient que Durham avait tort sur deux points. Il a eu tort d'envisager l'ide de l'assimilation (d'un point de vue moral, on pourrait dire), et point de vue moral, pourrions-nous dire), et il avait tort, dsesprment tort, de supposer que l'union du Haut et du Bas-Canada permettrait d'atteindre cet objectif. Canada permettrait d'atteindre cet objectif. On dit habituellement qu'aprs l'union du Haut et du Bas-Canada en 1840, les Franais ont utilis les institutions politiques de la de la province unie - les institutions mmes que Durham avait recommandes - pour dfendre avec succs le mode de vie canadien-franais.

Durham avait-il tort de supposer que la pratique de la dmocratie parlementaireexige - ou encourage - l'homognit culturelle ? Est-il vrai qu'en dpit de tous les les espoirs du contraire, la dmocratie librale rode les cultures particulires ? Le jury est toujours pas de rponse.

Durham pensait avoir la rponse. Je suggre que ce qu'il avait, c'est la question. C'est une question qui reste avec nous : les principes d'un gouvernement libre exigent-ils doivent-ils tre assimils un mode de vie fade et universel ? La dmocratie librale est-elle est-elle compatible avec le maintien d'un mode de vie distinctif et particulier ? De nouveaux livres sont publis sur le sujet chaque anne, dont certains par des universitaires canadiens.

tienne Parent tait peut-tre le lecteur le plus dvou de Durham en 1839. Parent tait passionnment attach la nationalit canadienne-franaise, mais il voulait aussi, tout aussi passionnment, voir sa province gouverne par les institutions de libert politique qu'enseignait Durham. Il esprait concilier les deux "biens" chris - la libert britannique et le mode de vie canadien-franais. Ses essais sur le sujet paraissent dans le clbre journal d'opinion politique canadien-franais, Le Canadien. Canadien.

Finalement, Parent s'attache l'ide d'une union des diffrentes colonies britanniques d'Amrique du Nord, y compris les provinces maritimes. britannique, y compris les provinces maritimes - un projet galement envisag brivement par Durham. envisag brivement par Durham - dans laquelle le Bas-Canada jouirait de ses propres institutions parlementaires, sur le modle de la Mre de Dieu. Parlementaires, sur le modle de la Mre des Parlements, et serait ainsi en mesure de de maintenir ses institutions sociales distinctives.

Mais le moment n'est pas venu. Peu de temps aprs que Durham se soit embarqu pour retourner en Angleterre (1er novembre 1838). Angleterre (1er novembre 1838), la deuxime rbellion clate. Aucun ministre britannique n'allait britannique n'allait confier la province franaise des institutions politiques distinctes ce l'poque.

Mais on peut dire que Parent avait vu l'avenir. Et une courte gnration plus tard, tout avait chang.

 

Recherche parmi 15772 individus impliqus dans les rbellions de 1837-1838.

 



Consult 6189 fois depuis le 15 novembre 2007

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca