• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques

Liens directs


 

 


Recevez chez vous toutes les nouveautés à propos de la Journée nationale des patriotes


 

 

Dans les titres seulement

 

Dans tout le texte

Les Patriotes de 1837@1838 - POIRIER, Julien (1780-1860)
 BIOGRAPHIE  Partager      
POIRIER, Julien (1780-1860)
Article diffusé depuis le 7 janvier 2001
 




Né à Carleton, fut baptisé le 6 novembre 1780, dans la paroisse Saint-Joseph, sous le prénom de Jules, fils d'Hilaire Poirier et d'Angélique Dugas, tous deux Acadiens.

S'établit en 1802 avec ses parents dans la région de Saint-Jacques-de-l'Achigan, où il exerça le métier de maître marinier. Le 6 janvier 1827, reçut une commission de capitaine dans le bataillon de milice de Leinster.

Élu député de Leinster en 1827; appuya généralement le parti patriote. Défait dans L'Assomption en 1830. Défait dans Leinster en 1851 et dans Montcalm en 1854.

Décédé à Saint-Jacques-de-l'Achigan (Saint-Jacques), le 10 février 1860, à l'âge de 79 ans et 3 mois. Inhumé dans l'église Saint-Jacques, le 13 février 1860.

Avait épousé dans la paroisse de Saint-Jacques-de-l'Achigan (Saint-Jacques), le 11 janvier 1808, Isabelle Thibaudo (Thibodeau), fille de Joseph Thibaudo et d'Isabelle Leblanc.

POLETTE, Antoine (1807-1887) Né à Pointe-aux-Trembles (Neuville), le 24 août 1807, et baptisé dans la paroisse Saint-François-de-Sales, fils d'Antoine Paulet, cultivateur, et de Marie-Josephe Bertrand.

Étudia à l'école de sa paroisse natale, puis au petit séminaire de Québec pendant un an. Fit l'apprentissage du droit à Québec, à compter de 1821, et fut reçu au barreau en 1828.

Pratiqua sa profession à Trois-Rivières de 1828 à 1860. Obtint quelques postes de commissaire. Nommé conseiller de la reine en 1854.

Fut préfet du comté de Trois-Rivières de 1842 à 1846, puis maire de 1846 à 1853. Candidat à l'élection qui n'a pas été terminée dans Trois-Rivières en 1848. Élu député de cette circonscription à une élection partielle le 26 avril 1848. Réélu en 1851 et 1854. Membre du groupe canadien-français, puis réformiste; se joignit aux modérés en juin 1854 et aux bleus en 1856. Ne s'est pas représenté en 1858.

Fit partie du premier Conseil de l'instruction publique, à compter de 1852, et de la commission chargée de la refonte des statuts du Bas-Canada, du 28 mars 1856 au 31 janvier 1861. Fut juge de la Cour supérieure à Trois-Rivières de 1860 à 1880.

Décédé à Trois-Rivières, le 6 janvier 1887, à l'âge de 79 ans et 4 mois. Les obsèques eurent lieu dans l'église de l'Immaculée-Conception.

Avait épousé à Champlain, le 20 février 1830, sa cousine Henriette Dubuc, fille du marchand Jean-Baptiste Dubuc; puis, dans la cathédrale Notre-Dame, à Québec, le 13 juin 1834, Anne Duval, fille de François Duval, officier, et d'Ann Eliza Germain; enfin, dans l'église St. Paul, à Aylmer, le 13 avril 1857, Aurelia Sophia McCord, fille du juge William King McCord et d'Aurelia Felicite Arnoldi.

Beau-frère de Jean-François-Joseph Duval.

Bibliographie: Dictionnaire biographique du Canada.

Tiré du Dictionnaire des parlementaires québécois (Septentrion, 1999) DIFFUSÉ SUR CE SITE POUR UNE PÉRIODE LIMITÉE

 


Chercher dans les ouvrages consacrés aux patriotes.





Consulté 1684 fois depuis le 7 janvier 2

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca