• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques

Liens directs


 

 


Recevez chez vous toutes les nouveautés à propos de la Journée nationale des patriotes


 

 

Dans les titres seulement

 

Dans tout le texte

Les Patriotes de 1837@1838 - Le comté de Sherbrooke vers 1837
 ATLAS  Partager      
Le comté de Sherbrooke vers 1837
Article diffusé depuis le 19-mai-01
 




Le comté de Sherbrooke est formé suite à la réforme électorale de 1829. Il est situé au sud des comtés de Drummond et Mégantic, à l'est de Shefford et au nord-est de Stanstead. Sherbrooke comprend 30 townships : Hereford, Compton, Clifton, Auckland, Emberton Croydon, Orford, Ascot, Eaton, Newport, Ditton, Chesham, Stanhope, Clinton, Brompton, Stoke, Westbury, Bury, Hampden, Marston, Melbourne, Windsor, Dudswell, Lingwick, Adstock, Whitton, Shipton, Weedon, Stratford et Garthby (GAGNON, 1983 : p. 5). Le centre économique est sans contre dit Sherbrooke où la rencontre des rivières Magog et Saint-François a permis un développement important surtout grâce à la British American Land Company. La population est composée majoritairement de immigrants britanniques et américains.

Les tories dominent la scène politique pendant une très longue période. Les députés sont Samuel Brooks (1829-31), Benjamin Tremain (1829-1830), Charles Frederick Goodhue (1830-1834), Bartholomew Gugy (1931-38), John Moore (1834-1838) (Saint-Pierre, 1993 )

Les députés Goodhue et Gugy votent contre les 92 résolutions en 1834. La BALC leur est profitable ainsi qu'à leurs amis.

Trois compagnies armées furent organisées à Sherbrooke et dirigées pas le colonel Herriot de Drummondville. Les Sherbrooke Dragoons, les Sherbrooke Rifles et les Queen's Mounted Rangers (Montreal Gazette, 15 février 1838, 15-17 novembre 1838). Ces compagnies, principalement financées par des marchands de Sherbrooke, eurent peu d'impact si ce n'est d'avoir peut être fait peur à de possibles rebelles.

On ne note aucun combat sur le territoire du comté. Dix-neuf personnes sont cependant arrêtées et emprisonnées à la prison de Sherbrooke à l'automne 38. De ce nombre on remarque davantage de personnes aux idées libérales que de Patriotes comme tel. À noter que la peur de possibles affrontements a fait en sorte que plusieurs immigrants venus acquérir des terres dans le comté ont choisi de quitter la région.

Janick Lavoie

 


Chercher dans les ouvrages consacrés aux patriotes.





Consulté 2691 fois depuis le 19-mai-01
 Votre nom  (14 juin 2006)
j`ai apprécié

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca