• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques

Liens directs


 

 


Recevez chez vous toutes les nouveautés à propos de la Journée nationale des patriotes


 

 

Dans les titres seulement

 

Dans tout le texte

Les Patriotes de 1837@1838 - Le comté de Saguenay en 1837
 ATLAS  Partager      
Le comté de Saguenay en 1837
Article diffusé depuis le 19-mai-01
 




Le comté de Saguenay en 1837 s'étend le long de la rive nord du fleuve Saint-Laurent, au sud de la rivière Saguenay et au nord de la région de Québec. La population se situe surtout aux abords du Saint-Laurent à l'époque qui nous intéresse, mais les limites du territoire s'étendent jusqu'au 48° parallèle. Les lieux les plus importants en terme de population au XIXesiècle sont Baie-St-Paul, Petite-Rivière, les Éboulements et l'île aux Coudres. La Malbaie, qui compte près de 3000 habitants en 1835, est, depuis sa fondation, la plus importante agglomération de la région [Perron, 2000 :118-120,tableau]. La fin du XVIIIesiècle et le début du XIXecorrespondent à un fort accroissement démographique qui cessera lorsque la disponibilité des terres diminuera. Les habitants sont dans l'ensemble des agriculteurs exploitant la bande de terre qui longe le Saint-Laurent et l'économie locale est surtout basée sur la culture du blé (25 à 40% de la production)[Letarte,1971 :carte pliée]. Cependant, les conditions sont médiocres et soumettent souvent les agriculteurs à une culture de subsistance. En périphérie, l'élevage du mouton et l'industrie forestière dans une faible mesure complètent les activités. [Perron, 2000 :125] Le transport et les communications se font surtout par le fleuve Saint-Laurent. La voie terrestre est plus problématique qu'utile, mais seule une minorité de gens s'en plaignent [Perron,2000 :135].

Lors de la conquête anglaise, tout sera détruit à La Malbaie et en 1760, il ne restait aucun habitant. En 1761, John Nairne et Malcolm Fraser, deux écossais membres de l'armée britannique, se sont fait offrir les terres de la seigneurie de La Malbaie par James Murray et l'ont divisé en deux parties. Ce sont surtout eux qui d'abord favorisèrent la colonisation stable puisque, contrairement à leurs prédécesseurs, ils s'y impliquèrent plus activement [2000 :82]. Le régime seigneurial fut maintenu et des bâtisses publiques construites. Les préoccupations politiques commencent à se faire sentir surtout au début du XIXe siècle. Les habitants sont alors très conscientisés puisqu'il s'y joue le développement de la région puisque les sujets publics y sont débattus. Le choix des élus fait donc l'objet de chaudes luttes. Lorsque les habitants sont insatisfaits, ils utilisent la pétition qui sera un moyen fort populaire pour toutes sortes de causes [2000 :154-155].

En 1836, des élections sont tenues dans le comté. Le député sortant à Baie Saint-Paul est Robert-S.-M. Bouchette et Charles Drolet à la Malbaie, tous deux proches du parti de Papineau à l'Assemblée. À partir de ce moment, l'activité des deux hommes s'est surtout déployée à Québec et Montréal [Bouchette,1903 :40]. Le 25 juin 1837, une assemblée est tenue à la Malbaie pour contester les Résolutions Russell. Les 14 résolutions qui y sont votées expriment bien l'esprit contestataire des habitants face au joug britannique ainsi que face à leurs difficultés matérielles. Outre l'opposition aux Résolutions Russel, on en appel au boycott des produits britanniques et on offre un appui inconditionnel à Louis-Joseph Papineau ainsi qu'aux membres de la Chambre des Communes d'Angleterre qui ont défendu les intérêts du peuple canadien[Bernard,1988 :105-110].

La situation géographique du comté Saguenay fait en sorte que ses habitants demeurent étrangers aux troubles. Il demeure qu'ils étaient informés des événements, qu'ils y participaient à leur façon et qu'ils se préoccupaient de ceux parmi les leurs présents sur les lieux d'affrontement tels les fils du colonel de milice Jean-Baptiste Tremblay [Médéric,1975 :272-273].

Sinon, l'année 1837 est celle du déploiement de la Société des Vingt-et-Un sous la direction d'Alexis Tremblay " Picoté " et de leur projet d'aller coloniser le Saguenay sous prétexte d'exploitation forestière. Cette initiative exprime les problèmes d'ordre économique que vit alors le comté. Sinon, le député Robert-S.-M. Bouchette était dans la région de Montréal au cours des soulèvements et il y participe activement. Il sera cependant arrêté, puis exilé aux Bermudes en juillet 1838.[Bouchette,1903 :38-55] Le comté de Saguenay fut l'un de ceux qui amassa le plus de fonds afin de payer le retour des exilés. Cet acte témoigne de l'existence d'une conscientisation importante des gens du comté aux enjeux bas-canadiens.

 


Chercher dans les ouvrages consacrés aux patriotes.





Consulté 3563 fois depuis le 19-mai-01

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca