• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques

Liens directs


 

 


Recevez chez vous toutes les nouveautés à propos de la Journée nationale des patriotes


 

 

Dans les titres seulement

 

Dans tout le texte

Les Patriotes de 1837@1838 - L'Assemblée de Saint-Ours, 7 mai 1837
 EVENEMENT  Partager      
L'Assemblée de Saint-Ours, 7 mai 1837
Article diffusé depuis le 19-mai-01
 




La première véritable assemblée anti-coercitive, c'est à dire de protestation vis-à-vis le pouvoir en place, se déroule à Saint-Ours le 7 mai 1837. Elle tire son importance des résolutions qui y ont été prises et parce qu'elle donne le ton et offre un modèle aux assemblées patriotes suivantes. L'assemblée de Saint-Ours est une conséquence directe des résolutions Russell, résultat du rapport de la Commission d'enquête royale menée par le gouverneur Gosford. Les résolutions Russell, déposées le 6 mars 1837 à la Chambre des communes, réfutent les Quatre-vingt-douze résolutions et permettent au gouvernement anglais de piger dans les revenus de l'Assemblée sans qu'il en ait l'autorisation, ce qui retirait aux députés patriotes leur seul véritable pouvoir politique. Ces nouvelles directives ministérielles sont approuvées unanimement par les conservateurs et libéraux, alors que les radicaux, Hume, Roebuck, O'Connell, les combattent (Rumilly, 1977; 423). La nouvelle de l'adoption des résolutions Russell arrive à Québec vers le 10 avril et provoque l'effet d'une bombe. La Minerve et le Vindicator encouragent le peuple à se révolter : " Agitation! Agitation! " proclame le Vindicator. Avec les résolutions Russell, le peu de confiance que les résolutionnaires canadiens avaient encore envers les autorités britanniques est complètement disparue : l'assemblée a pour but premier de récuser les résolutions Russell.

C'est La Minerve qui annonce, le 20 avril , la mise sur pied d'une grande assemblée dans le comté de Richelieu. L'assemblée est annoncée une seconde fois officiellement environ une semaine avant sa tenue par un groupe de professionnels, de marchands, cultivateurs et artisans influents dans les paroisses de Saint-Charles, Saint-Denis et de Saint-Ours (Ouellet, 1976; 434-435). Mille deux cents électeurs de tous les comtés ont assistés à cette première assemblée (Filteau, 1980; 211). Côme-Séraphin Cherrier de Saint-Denis préside l'assemblée alors que J.P. Boucher de Belleville, instituteur à Saint-Charles et rédacteur de l'Écho du Pays, en est le secrétaire (Filteau, 1980; 211). Les discours ont été prononcés par Dr. Wolfred Nelson, de Saint-Denis, Charles-Olivier Côté, député de Lacadie, et Siméon Marchesseault, instituteur à Saint-Charles (Filteau, 1980; 211). Douze résolutions préparées par le Comité central et permanent des patriotes (Latouche, 1977; doc.15) et auxquelles on peut donner le nom de Déclaration de Saint-Ours (Filteau, 1980; 211) ont été énoncées et acceptées unanimement (The Vindicator, no.54). Les six premières résolutions dénoncent les résolutions Russell et la violation des actes constitutionnels et des droits du peuple par un gouvernement oppresseur, qui n'inspire que dégoût et mépris (Bernard, 1988; 23-24-25). La résolution numéro sept exprime les désirs de résistances et de révolte qui habitent les patriotes. Les résolutions huit et neuf sont associées au principle de " No taxation without representation " : les patriotes décident de ne consommer que des produits du pays afin de ne pas payer de taxes au gouvernement sur les produits importés taxés. Ils vont même jusqu'à considérer comme étant licite le commerce désigné sous le nom de contrebande (Bernard, 1988; 26) afin de tenir pression sur le gouvernement en lui coupant les vivres. La résolution neuf annonce l'assemblée des six comtés à Saint-Charles en préconisant une association patriotique, divisée dans plusieurs comtés, qui s'assure que les divers articles consommés soient manufacturés au pays ou produits de contrebande. On procède aussi la nomination sur place d'un comité de dix personnes qui aura à communiquer avec les autres comités de comté (Bernard, 1988; 27). La dixième résolution proclame pour seul chef des patriotes Louis-Joseph Papineau, qui est cependant absent à cette première assemblée, et invite à se rallier autour de lui (Bernard, 1988; 27). Finalement, les résolutions onze et douze remercient les réformistes de l'Angleterre et l'Ontario qui appuient leur cause et dénigrent les anciens partisans patriotes qui ont maintenant tourné le dos au mouvement patriote (Bernard, 1988; 28).

La presse patriote couvre ces assemblées et diverses réunions patriotiques, environ une trentaine au cours de l'été et du début de l'automne 1837, sous le titre de " La voix du peuple "(Bernard, 1988 : 16; The Vindicator, 12 mai 1837). Dans son compte-rendu de l'Assemblée de Saint-Ours, La Minerve en profite pour souligner la douzième résolution, qu'il applique promptement à Dominique Debartzch et à "son acolythe ". Clément-Charles Sabrevois de Bleury, deux célèbres transfuges qui, autrefois patriotes, se sont rangés du côté des autorités britanniques (La Minerve, 11 mai 1837). Le Vindicator se fait plus discret : il ne donne des douze résolus annoncés qu'une courte description (The Vindicator, 12 mai 1837). Le Canadien juge l'Assemblée comme étrange, absurde et inexécutable (Filteau, 1980; 223). Les journaux loyalistes évitent le sujet. Plus tard, le point de vue conservateur décrit les assemblées comme une tentative de fanatiser les habitants par des discours d'une apparente démence (Bibaud, 1837-1878, vol. 3; 416). D'autres considèrent les répercussions de la Déclaration de Saint-Ours aussi importantes que la Déclaration des Droits de l'Homme de la France de 1789 où les réformistes n'exigeaient en fait qu'un droit sacré : le droit à la vie (Filteau, 1980; 218).

L'Assemblée de Saint-Ours est importante du fait qu'il ne s'agit pas d'un manifeste parlementaire comme l'avait été les Quatre-vingt-douze résolutions, mais bien d'un appel au peuple (Latouche, 1977; doc.15) : et a fait en une semaine le tour du pays par la voie des journaux (Filteau, 1980; 218).

Claudine Nolin

 


Chercher dans les ouvrages consacrés aux patriotes.





Consulté 6614 fois depuis le 19-mai-01

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca