• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques

Liens directs


 

 


Recevez chez vous toutes les nouveautés à propos de la Journée nationale des patriotes


 

 

Dans les titres seulement

 

Dans tout le texte

Les Patriotes de 1837@1838 - La bataille de l'Île Pélée, 26 février 1838
 EVENEMENT  Partager      
La bataille de l'Île Pélée, 26 février 1838
Article diffusé depuis le 19-mai-01
 




Une des principales craintes au coeur de la population du Haut-Canada à l'hiver 1838 est la peur d'une invasion du territoire par des forces rebelles venues des États-Unis. On craint, en effet, que William Lyon Mackenzie et ses camarades ne réussissent à enflammer la population américaine établie sur les rives de la rivière Niagara et du Lac Érié. Les rumeurs vont d'ailleurs bon train, prédisant qu'une invasion se prépare pour le printemps. Des affrontements auront effectivement lieu. L'Île Pelée est le site d'une de ces tentatives.

L'Île Pelée se trouve sur le Lac Érié à environ 18 milles des côtes canadiennes entre Kingsville et Leamington. À la fin de l'hiver 38, une dizaine de familles habitent sur cette île de 11000 acres, propriété de William McCormack. Le 26 février, près de 400 rebelles traversent à pied la surface gelée du Lac Érié à partir de la péninsule Sandusky et les insurgés s'installent sur l'île. Ces hommes sont sous les ordres des colonels Seward et Bradley. Dans les jours suivants, d'autres troupes viennent s'ajouter pour gonfler le nombre de rebelles à 1000, pratiquement tous des Américains.

Du côté canadien, c'est le colonel John Maitland qui a la charge d'assurer la sécurité du district Ouest et du district de London. Il quitte London, son quartier général, en direction de Amherstburg, situé devant l'Île Pelée, dès qu'il apprend l'invasion de l'île par les américains. Il est à la tête de 4 compagnies du 32ièmerégiment, de 2 compagnies du 83ièmeet de 22 hommes de la cavalerie de Saint-Thomas. Les troupes atteignent Amherstburg le 2 mars dans l'après-midi. Après avoir fait reposer ses troupes quelques heures, Maitland ordonne vers une heure du matin la traversée du lac en direction de l'Île Pelée. Au lever du jour, les troupes sont à un demi-mille de l'île.

Les troupes de Maitland encerclent l'île le 3 mars au matin. C'est dans la partie sud que l'affrontement a lieu. Les rebelles y affrontent une partie de milice commandée par le capitaine Brown. Après un échange de salves, les troupes de la milice, baïonnettes en avant, chargent les insurgés qui fuient dans l'épaisse forêt de l'île. La neige épaisse et la dense forêt empêchent toute poursuite. Les rebelles réussiront à fuir et à regagner la rive américaine. Selon Read (1982 :115-123), 11 patriotes sont tués lors de la bataille, 45 sont blessés et onze rebelles sont faits prisonniers. Du côté des forces de Maitland, on dénombre 28 blessés et 2 morts. Trois autres soldats mourront éventuellement de leurs blessures. Le rapport du colonel Maitland fait mention de la mort de deux dirigeants de l'expédition rebelle : Bradley et Howdley.

Les prisonniers de la bataille de l'Île Pelée seront détenus pour plus d'un an sans procès. Ils seront, pour la plupart, considérés comme des prisonniers de guerre, et éventuellement relâchés.

Suite aux affrontements de l'Île Pelée, l'enthousiasme des patriotes fut grandement refroidi. On note une nette diminution de l'agitation dans les mois qui suivent l'escarmouche. Du côté canadien toutefois, une des principales conséquences du raid de l'Île Pelée aura été de réveiller la peur de l'invasion dans la région ouest de la péninsule du Haut-Canada. Ce raid, le plus important quant au nombre de rebelles impliqués, montrait en effet combien la population du bord du Lac Érié était vulnérable aux attaques américaines.

Jean Cerretti

 


Chercher dans les ouvrages consacrés aux patriotes.





Consulté 2477 fois depuis le 19-mai-01
 j.c. Godreau  (15 mai 2008)
Aujourd'hui la journée des patriotes,ils s'agit de républicains et non de Canadiens français séparatistes.On a oublié la brigade Mac Pap de la guerre civile Espagnol avec 600 canadiens republicains tués au combat et le service de transfusion du docteur Bethune.J'ai un mousquet trouvé sous une grange près de Moore's corner (St-Armand) sur le baril en grosse lettres REPUBLIC RC.Les américains désiraient faire du Canada la même chose que le Texas.Republic puis état américain après 8 ans.Merci,Jean-Charles

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca