• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques

Liens directs


 

 


Recevez chez vous toutes les nouveautés à propos de la Journée nationale des patriotes


 

 

Les Patriotes de 1837@1838 - BARTHE, Joseph-Guillaume (1816-1893)
 BIOGRAPHIE 
     
BARTHE, Joseph-Guillaume (1816-1893)
Article diffus depuis le 19-mai-01
 




Natif de Carleton en Gasp閟ie, Joseph-Guillaume Barthe doit ses 閠udes, effectu閑s au S閙inaire de Nicolet, 蓆ienne Tapin, un oncle bien en vue et actif dans le milieu de Trois-Rivi鑢es (NADEAU, 1980 :72), o il s'installe suite aux d閎oires financiers de sa famille. Barthe fait son droit au cabinet d'Edward Barnard, qui jouit de la m阭e notori閠 que son oncle. 蓆udiant, certains des po鑝es de Joseph-Guillaume Barthe sont publi閟 dans Le Populaire entre le 10 mai 1837 et le 26 octobre 1838 (NADEAU, 1980 :73), sous le pseudonyme de Marie-Louise. Ses 閏rits abordent les th鑝es de la nature et de l'amour, comme dans mon amie : " Je voudrais te chanter, sur ma lyre champ阾re / Consacrer dans mes vers, le nom que, sur un h阾re / Au fond de mon bosquet, j'ai grav de ma main (BARTHE, 1838 :58)" Les f阾es liturgiques trouvent aussi leur place dans sa po閟ie : Cantique pour l'閜iphanie, Cantique pour P鈗ues, Cantique pour l'Ascension, tous 閏rits en 1838, en sont quelques exemples.

Par-dessus tout, Barthe privill間ie l'ode patriotique (FLEURY, 1980 :581) C'est d'ailleurs suite la publication de Aux exil閟 politiques canadiens paru dans Le Fantasque du 26 d閏embre 1838, que lui et le directeur du journal, Napol閛n Aubin, seront tous deux emprisonn閟, le 2 janvier 1839, pour une p閞iode de trois mois (NADEAU, 1980 :71). "Le po鑝e, clamaient les autorit閟, mena鏰it l'閝uilibre de l'empire britannique!" (AUBIN, 2000 :22) Dans ce po鑝e, Barthe chante les louanges des Patriotes exil閟 aux Bermudes par Lord Durham (HUSTON, 1982 :352). Il les 閘鑦e au rang de "Martyrs sanctifi閟 par de m鈒es exploits" et rend hommage leur courage in閎ranlable : "La peur n'a pas molli vos 鈓es g閚閞euses"(BARTHE, 1838 :310). Au-del de cet hommage, c'est probablement le sombre portrait qu'il y dresse de l'ennemi qui lui vaut son s閖our en de prison : "vils ennemis, sanguinaires vautours" (BARTHE, 1838 :310). Cette affaire accordera Barthe une notori閠 qui lui servira toute sa vie.

Manifestement, ce po鑝e est l'渦vre d'un homme 閞udit. En effet, dans une lettre intitul閑 "Un s閖our dans une prison", dat閑 du 8 janvier 1839, Barthe fait 閠at des principaux auteurs qu'il admire : Moli鑢e, Racine et Corneille chez les Fran鏰is; Byron, Milton et Shakespeare chez les Anglais. Quelques temps apr鑣 sa sortie de prison, Denis-Benjamin Viger le recrute la r閐action du journal l'Aurore des Canadas. Puis, oeuvrant au sein de l'Institut canadien, le po鑤e deviendra d閜ut du comt d'Yamaska le 8 avril 1841, au sein du Parlement du Canada-Uni (NADEAU, 1980 :72). Certains soutiennent que Barthe 閠ait aveugl閙ent fid鑜e Viger : " Ses opinions politiques sont infailliblement celles de Viger et les ennemis politiques de celui-ci deviendront aussi les siens" (NADEAU, 1980 :72). Barthe s'expatrie en France o il publiera Le Canada reconquis par la France (1855) qui s'inscrivait dans un " effort des partisans du lib閞alisme au Canada fran鏰is pour organiser leurs forces et pour trouver appui l'ext閞ieur" (BERNARD, 1971 :130). En fait, Barthe y poursuivait un triple id閍l : " d閙ocratie, progr鑣 de la culture fran鏰ise du Canada, participation intense la vie litt閞aire et intellectuelle d'une France inspiratrice des lettres, des arts et des id閑s (COSTISELLA, 1968 :75). " De retour au pays en 1856, il se consacre une carri鑢e de journaliste, notamment l'Avenir, organe officiel de l'Institut canadien, journal r閒ormiste qui " souhaitait le " rappel " de l'Acte d'union" (BERNARD, 1971 :43). Il profite ensuite de sa retraite pour 閏rire Souvenirs d'un demi-si鑓le (1885) o il " retrace les grandes lignes de l'histoire politique du XIXesi鑓le" (LEBEL, 1980 :687). On ne peut remettre en doute le patriotisme de Joseph-Guillaume Barthe : "Je n'ai point de d閒aut dans le c渦r qui soit plus fort que l'amour de ma patrie" (BARTHE, 1839 :192). Les mots de Barthe l'ont conduit en prison. Toute sa vie ce po鑤e a respect ses convictions poursuivant ses id閍ux au-del des temps effervescents des R閎ellions.

Marie-葀e Saint-Denis

 

Recherche parmi 15772 individus impliqu閟 dans les r閎ellions de 1837-1838.

 



Consult 2656 fois depuis le 19-mai-01

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca