• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques

Liens directs


 

 


Recevez chez vous toutes les nouveautés à propos de la Journée nationale des patriotes


 

 

Dans les titres seulement

 

Dans tout le texte

Les Patriotes de 1837@1838 - La Mennais, Félicité de (1782-1841)
 BIOGRAPHIE  Partager      
La Mennais, Félicité de (1782-1841)
Article diffusé depuis le 19-mai-01
 




Félicité de La Mennais naît à Saint-Malo le 19 juin 1782. Issu d'une famille bourgeoise enrichie par le commerce et la course, il est le quatrième de six enfants. À cinq ans, il perd sa mère. C'est alors sa sœur qui devra s'occuper de lui à La Chênaie, propriété des La Mennais à dix kilomètres de Dinan, où il passera son enfance. À vingt ans, il reçoit le sacrement de l'eucharistie. Son frère ainé Jean-Marie, qui embrasse aussi la prêtrise aura sur lui une influence importante tout au cours de sa vie.

En 1808, Félicité de La Mennais publie son premier ouvrage : Réflexions sur l'état de l'Église en France en collaboration avec son frère Jean-Marie. Félicité se pose en réformateur et y présente une l'Église revivifiée. À l'âge de vingt-sept ans, il reçoit la tonsure et les ordres mineurs. En 1814, il part pour Paris où il se fixe aux Feuillantines. Après une retraite à Saint-Sulpice, il est élevé au sous-diaconat à la fin de 1815. Quelques mois après, il est fait diacre à Saint-Brieuc, où son frère Jean-Marie est vicaire général. Le 9 mars 1816 il est ordonné prêtre. Il fait alors l'apologie de l'ultramontanisme et de la liberté religieuse, face à l'Église gallicane. (LAMENNAIS, 1834 : IX) L'Essai sur l'indifférence en matière de religion qui assure sa gloire paraît en 1817. Successivement en 1824, il publie une traduction de l'Imitation, puis un nouvel ouvrage de critique sociale et religieuse : De la Religion considérée dans ses rapports avec l'ordre politique et civil. En 1828, il rédige Des progrès de la Révolution et de la guerre contre l'Église. Il fait de La Chênaie un centre spirituel et un institut religieux et fonde l'Ordre de Saint-Pierre à Malestroit, dans le Morbihan. En 1830, il regroupe la jeunesse libérale catholique autour du journal l'Avenir. Désavoué par Grégoire XVI (1832), il rompt avec Rome (1834) et incline vers un humanitarisme socialisant et mystique avec Paroles d'un croyant que plusieurs considèrent comme le fruit mûri de sa pensée (LAMENNAIS, 1834 : XVIII). Ayant quitté l'Église qui avait condamné son livre, Lamennais siège à l'Assemblée constituante de 1848. Il meurt à Paris, le 27 février 1854 et est enterré, sur son désir, dans la fosse commune.

Les idées de Lamennais sont connues au Bas-Canada depuis la publication du premier volume de l'Essai sur l'indifférence (1817), et surtout à Saint-Hyacinthe, où demeurent des parents de Papineau. C'est par l'abbé de Calonne qui le cite dans un article envoyé à La Gazette des Trois-Rivières du 9 novembre 1819, que Félicité de Lamennais fait parler de lui au Canada. (LAMONDE,2000 : 98) Cet article inaugure le débat sur les orientations à donner à l'instruction publique en particulier et au libéralisme catholique en général (LAMONDE, 2000 :98). De plus, on enseigne au séminaire les doctrines philosophiques mennaisiennes. Certains professeurs sont d'ailleurs abonnés à la revue L'Avenir. (WHITE, 1983 :10)

À la mi-décembre 1839, Lamennais publie un pamphlet sur " l'esclavage moderne ", dans un ton révolutionnaire et prophétique. Papineau, qui se trouve alors à Paris, admire et partage les théories démocratiques de Lamennais. Philippe-Eugène Guillemot présente Félicité de Lamennais à Louis-Joseph Papineau lors de son exil à Paris. Ils deviennent familiers pendant cette période (1839-1845). (WHITE, 1993 : 49) Le 26 décembre 1840, Lamennais est condamné à un an de prison et à deux mille francs d'amende, en plus de frais de procès. Il entre à Sainte-Palégie le 4 janvier 1841 et y restera un an. Louis-Joseph Papineau prend alors l'habitude de lui rendre visite à toutes les semaines.

Nathalie Dubois

 


Chercher dans les ouvrages consacrés aux patriotes.





Consulté 3224 fois depuis le 19-mai-01
 Marc Duport  (21 février 2005)
Bonjour Philippe-Henri, Vous confondez Victor Charles 1797-1850 père de Marie Sophie et son frère Charles Victor 1795-1878. Charles Victor n`était donc que l`oncle de Jean Marie Narcisse Clément.
   (2 février 2005)
Bonjour, Excellent article.... Je suis piqué au vif.... Il se trouve que j`effectue des recherches généalogiques sur Achille LATIMIER du CLESIEUX qui a été très proche de Jean-Marie de La Mennais et de Félicité de la Mennais en tant que membre de l`Ecole de la Chenaie créée par l`écrivain catholique et ultra montain Félicité de La Mennais. Vous écrivez " Désavoué par Grégoire XVI il rompt avec Rome et incline vers un HUMANITARISME SOCIALISANT... Pensez-vous qu`il y ait eu une quelconque relation avec la FRANC-MACONNERIE ? Avez-vous des informations concernant Mr Achille Latimier du Clésieux et plus précisemment sur Victor Charles BESLAY Maire de ST-Malo en 1845 qui a jouer un role important pendant la Commune de Paris et qui répondait les idées de PROUDHON..... Le lien entre les Latimier du Clésieux et BESLAY étant matérialisé par le mariage de Jean Marie Narcisse Latimier du Clésieux et Sophie BESLAY, la fille de Charles Victor BESLAY en 1845. Charles Victor BESLAY a sauvé sa tete in extremis....je ne suis pas certain que son gendre n`ait pas fait les frais d`une déportation politique au bagne de Nouvelle-Calédonie...... C`est ce point que je souhaiterais établir.... A votre bon coeur !!!!! Merci et encore félicitations !!!! PHILIPPE-HENRI LATIMIER PHLDUCX@aol.com

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca