• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques

Liens directs


 

 


Recevez chez vous toutes les nouveautés à propos de la Journée nationale des patriotes


 

 

Dans les titres seulement

 

Dans tout le texte

Les Patriotes de 1837@1838 - Mgr Lartigue et les femmes <i>entachées</i>
 DEBAT  Partager      
Mgr Lartigue et les femmes entachées
Article diffusé depuis le 30 mars 2001
 




Journaliste à la retraite et érudit, M. Martial Dassylva nous a récemment mis en contact avec une intéressante citation de Mgr Lartigue, évêque coadjuteur du diocèse de Montréal en 1837 et adversaire du mouvement Patriote.Mgr Lartigue est en particulier connu pour les deux mandements émis à l'automne 1837 et à l'hiver 1838 intimant la population au calme et menaçant les rebelles de graves sanctions religieuses.La lettre de Mgr Lartigue à M. François Demers, vicaire général, curé de Saint-Denis est signée de Montréal le 19 décembre 1837.Au sortir de sa retraite annuelle, Jean-Jacques Lartigue répond à une lettre envoyées entre le 9 et le 11 décembre.

Pour bien comprendre cet extrait il faut savoir que les troupes du lieutenant-colonel Gore, après leur humiliante défaite du 23 novembre 1837, étaient revenues à Saint-Denis le 2 décembre pour "pacifier" la région et y incendier plusieurs maisons.On est peu informé sur la répression qui y est alors exercée.Cet extrait de la lettre de Lartigue laisse peu de doute qu'un certain nombre de viols y ont été pratiqués.Ce qui surprend cependant est comment l'évêque de Montréal envisage la question et comment il invite ces femmes "entachées" à l'humilité et à la contrition.

Nous avons pris ici pour règle générale de ne point admettre à la communion, avant un an, ceux qui se sont déclarés ouvertement en révolte, par paroles ou par action. Quant à la réparation du scandale, ils peuvent y satisfaire in globo, en signant une adresse commune à la Reine, pour lui marquer leur loyauté, comme le font maintenant la plupart des paroisses, même intactes.Les femmes "entachées" doivent faire connaître qu'elles ont mal parlé ou agi.Il faut interroger en confession les personnes suspectes, en n'admettant par leur excuse d'avoir agi sous la menace, car en se coalisant contre les menaçants, elles n'auraient eu rien à craindre des menaçants.

SOURCE:Rapport de l'Archiviste de la Province de Québec (RAPQ), "Correspondance de Mgr Lartigue", inventoriée par L.-A. Desrosiers, Québec, 1945: 262.

 


Chercher dans les ouvrages consacrés aux patriotes.





Consulté 2158 fois depuis le 30 mars 200

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca