• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques

Liens directs


 

 


Recevez chez vous toutes les nouveautés à propos de la Journée nationale des patriotes


 

 

Dans les titres seulement

 

Dans tout le texte

Les Patriotes de 1837@1838 - COURS 09 – Les opérations militaires (nov 1837-nov 1838)
 UQAM  Partager      
COURS 09 – Les opérations militaires (nov 1837-nov 1838)
Article diffusé depuis le 6 mars 2001
 




DÉBUT NOVEMBRE: LE RECOURS À LA VIOLENCE

15 OCTOBRE 1837 - - Élections à Saint-Joachim (Deux-Montagnes) des juges de paix.

22 OCTOBRE 1837 - - Un millier de Fils de la Liberté font des manœuvres dans les faubourgs de Montréal.

1

23 octobre -- Assemblée monstre des Loyaux de Montréal au Tattershall.

2- 23-24 octobre 1837 - Grande Assemblée des Six-Comtés à Saint-Charles. Convocation d'une convention nationale; on élève une colonne surmontée du bonnet de la Liberté, et portant cette inscription: "A Papineau, ses compatriotes reconnaissants, 1837. "

24 octobre 1837 - Mandement de l'Évêque de Montréal contre le recours à la violence..

5 NOVEMBRE 1837 - Les magistrats interdisent les parades à Montréal.

6 NOVEMBRE 1837 - Bagarre à Montréal entre les Fils de la Liberté et le Doric Club; les Loyaux saccagent les ateliers du Vindicator et s'attaquent à la maison d'André Ouimet, président des Fils de la Liberté.

MI-NOVEMBRE - "NE PAS SE FAIRE ARRÊTER"

1. 13 nov - Devant l'imminence de l'émission de mandats d'arrêt, Papineau et O'Callaghan quittent discrètement Montréal.(les 26 mandats sont finalement émis le 16 nov.)

2. Conciliabule de Varennes.  Sont présents Papineau, O'Callaghan, Boucher-Belleville, Amury Girod et Alphonse Gauvin. Trois importantes décisions
- Organiser la fuite de Papineau vers les États-Unis
- Résister aux arrestations
- Organiser des camps fortifiés en attendant un soulèvement général

3. Le 17, Girod arrive à Saint-Eustache avec les pouvoirs de "général de l'armée du Nord".

4. Papineau et O'Callaghan gagnent Saint-Denis, puis Saint-Hyacinthe et enfin Saratoga Springs (NY) le 12 décembre.

5. Thomas S. Brown organise la saisie du manoir Debartzch qu'il entreprend de fortifier.

6. D'abord à Saint-Athanase (Iberville) un peloton du Royal Cavalry Corp avait du, le 10 novembre 1837, disperser un groupe de manifestants.  Le 17 novembre, un escadron de police qui ramène des prisonniers est pris en embuscade. Il y a cinq blessés et les prisonniers sont libérés

FIN NOVEMBRE - LES BATAILLES DÉCISIVES

Désormais l'armée accompagne la police dans les arrestations.  L'objectif de John Colborne est le village de Saint-Charles.  Il dépêche donc deux compagnies afin de soumettre le Richelieu.  L'une, sous les ordres du lieut-col. Gore se rend en navire à vapeur jusqu'à Sorel et entreprend une marche pénible vers Saint-Denis le 22.  L'autre sous les ordres du Lieut-col. Wetherall est ralentie dans sa marche par le flanc sud par la rupture de nombreux ponts.

1. Saint-Denis, 23 novembre 1837 - Les troupes anglaises affrontent les Patriotes commandés par Wolfred Nelson, embusqués dans une maison fortifiée. Devant la résistance patriote, l'armée doit reculer. On compte environ 12 morts de chaque côté.

2. Saint-Charles, 25 novembre 1837 - 48 heures après la bataille de Saint-Denis, le corps de Wetherall attaque le village de Saint-Charles. Les Patriotes commandés par Thomas S. Brown y sont écrasés et perdent environ 150 hommes.

6. Pointe-Olivier, 28 novembre 1837 - De retour de Saint-Charles, les troupes britanniques dispersent un groupe de 2000 manifestants armés.

DÉCEMBRE 1837 - LA CAMPAGNE DE DEUX-MONTAGNES

1. À l'initiative de Scott et Girod, les Patriotes installent leur camp armé à Saint-Eustache.

2. 30 novembre 1837 - Des Patriotes de Saint-Eustache tentent d'obtenir l'aide des amérindiens d'Oka. Ils s'emparent finalement d'un canon et de quelques fusils.

(Moore's Corner, 6 décembre 1837)

3. L'imposante armée de 1200 hommes sous les ordres de Colborne se divise en deux alors que les volontaires de Globensky piquent par la rivière gelée.

4. 14 décembre - Bataille de Saint-Eustache.  Réfugiés dans l'Église, environ 900 Patriotes sont dispersés, laissant environ 70 morts.

5. Saint-Benoît, 15 décembre 1837 - La même armée marche ensuite sur le village de Saint-Benoît qui est incendié.

6. 17 décembre 1837 - La marche du colonel Markland sur Saint-Scolastique et Sainte-Thérèse, visant à arrêter les fuillards.

NOVEMBRE 1838 - LE SOULÈVEMENT CHASSEUR

1. Potton (Mansonville), 27 février 1838 - Un groupe de Patriotes venus du Vermont attaque des Loyaux. Il y a un mort et trois blessés.

1. Moore's Corner, 6 décembre 1837 - 80 patriotes réfugiés aux États-Unis tentent une incursion en territoire bas-canadien. Ils sont repoussés par 300 volontaires de la région de Missisquoi.

2. Caldwell's Manor (Clarenceville), 28 février 1838 - Six cent Patriotes venus des Etats-Unis proclament l'indépendance de la République du Bas-Canada. Ils retraitent rapidement devant un groupe de soldats volontaires.

4. Beauharnois, 3 novembre 1838 - Des Frères chasseurs commandés par Chevalier DeLorimier attaquent le manoir du seigneur Ellice, coulent un bateau à vapeur puis se rallient au camp de Napierville.

5. Chateauguay, 3 novembre 1838 - Des Frères chasseurs tentent de désarmer les amérindiens de kahnawake. Ils sont fait prisonniers et livrés au gouvernement. Deux d'entre eux seront plus tard pendus.

6. Sainte-Martine, 3 novembre 1838 - Un groupe de Frères chasseurs affrontent des volontaires puis se rallient au camp de Napierville

7. Saint-Constant, 3 novembre 1838 - des Frères chasseurs attaquent les maisons de personnes fidèles au gouvernement anglais

8. Terrebonne, 4 novembre 1838 - La police affronte les chasseurs de Éloi Marier. Il n'y a cependant pas d'affrontement et les deux parties s'entendent pour éviter la violence.

9. La Présentation.  300 Rebelles attendent en vain l'ordre de marcher sur Sorel.

10. Napierville, 3 au 11 novembre 1838 - au matin du 4 novembre, le "camp de Napierville" compte 3000 hommes commandés par Charles Hindenlang. Ils attendent des armes des États-Unis.

L'ÉCRASEMENT DU SOULÈVEMENT CHASSEUR

1. Lacolle, 6 novembre 1838 - Environ 400 Chasseurs, qui souhaitent prendre possession d'armes aux États-Unis, sont pris en embuscade chemin faisant.

2. Odelltown, 9 novembre 1838 - Dans un ultime effort pour rejoindre les États-Unis, environ 700 Frères chasseurs affrontent des volontaires réfugiés dans une église. Ils doivent cependant retraiter, ce qui entraîne l'évacuation du camp de Napierville.

3.7-10 novembre.  Marche des volontaires de Huntingdon le long de la Châteauguay afin de saisir les armes et de procéder à des arrestations.

4.10 novembre.  Arrivée des réguliers dans la région par chemin de fer.  Entrée dans Napierville totalement évacuée.  De nombreuses arrestations jusqu'au début de décembre.

 


Chercher dans les ouvrages consacrés aux patriotes.





Consulté 5845 fois depuis le 6 mars 2001

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca