• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques

Liens directs


 

 


Recevez chez vous toutes les nouveautés à propos de la Journée nationale des patriotes


 

 

Les Patriotes de 1837@1838 - COURS 06 Du politique au militaire (1832-1837)
 UQAM 
     
COURS 06 Du politique au militaire (1832-1837)
Article diffus depuis le 14 f関rier 2001
 




1.L'accalmie sous Kempt

2.Une conjoncture de crises

3.Les 92 R閟olutions

4.Les 4 G.

5.Du politique au juridique au militaire

6.L'historiographie sur les causes




1.L'accalmie sous Kempt

Suite la p閠ition de 1827 et de la mise en accusation de Dalhousie, un premier grand rapport sur la r閒orme des institutions coloniales. Le Rapport du Comit de 1828 donne largement raison aux R閒ormistes mais n'offre aucun engagement concret.

Dans les instructions aux trois gouverneurs qui suivent Dalhousie, Sir James Kempt (1828-1830), Lord Aylmer (1830-1834) et Lord Gosford (1834-1837) on retrouve l'expression "tenter d'amadouer (to persuade) le parti fran鏰is". Efficacit d閏roissante...

Sans conviction Kempt propose l'Assembl閑 le contr鬺e de 80% de la liste civile et, Papineau et Neilson, le Conseil ex閏utif (de nouveau en 1832).

N閍nmoins r閑l d閠ente au tournant des ann閑s 1830. Prise du pouvoir des Whigs compter de 1830. Quelques l間islations importantes

-La loi des "閏oles de syndics" qui vise mettre sur pied un syst鑝e scolaire bas sur des commissaires 閘us et associ閟 l'Assembl閑. Provoque la col鑢e du clerg.

-Loi des tenures. Per鐄e comme une concession des d閜ut閟 r閒ormistes. Permet certains seigneurs de commuer une partie de leur terres en franc et commun soccage (Beauharnois, Assomption)

-R閒orme 閘ectorale. Porte de 25 44 le nombre de comt閟. 84 d閜ut閟, dont 8 des townships... Le terreau de la 3鑝e g閚閞ation.

Ce climat de collaboration mine l'autorit de Papineau. Premi鑢e l閦arde dans l'unit des d閜ut閟 r閒ormistes. John Neilson, Duval, Dominique Mondelet, Philippe Panet et F.A. Quesnel - tous de Qu閎ec - votent pour la premi鑢e fois contre Papineau en 1831 sur une mise en accusation de Alymer. Tendances des divisions.

La颿s versus religieux

Montr閍l versus Qu閎ec

Professionnels versus seigneurs et marchands


2.Une conjoncture de crises

1831, 1832, 1834 閜id閙ie de la mouche bl (mouche de Herse) d閏ime les r閏oltes, surtout sur la rive sud. Kamouraska et une partie de Bellechasse dans la famine.

Jusqu'en 1825, pas plus de 70 000 immigrants au total.

1828 - 12 000

1829 - 26 000

1830 - 30 000

1831 - 50 000

1832 - 66 000

1831 - 511 000 francophones; 148 000 anglophones au Bas-Canada

6000 morts en 1832; 4000 en 1834 cause du chol閞a

Ce n'閠ait pas assez de nous envoyer des 間o飐tes avides, sans autre esprit de libert que celle que peut donner une simple 閐ucation de comptoir, s'enrichir aux d閜ens des Canadiens et chercher ensuite les asservir. Il fallait encore se d閎arrasser de mendiants et les jeter par milliers sur nos rivages; il fallait nous envoyer des pauvres mis閞ables qui, apr鑣 avoir partag le pain de nos enfants, se porteront aux horreurs o peuvent entra頽er la faim et la mis鑢e; il fallait plus : il fallait nous envoyer leur suite, la peste et la mort !

La Minerve, 20 ao鹴 1832

cause de leurs attaques contre Aylmer, Ludger Duvernay (La Minerve) et Daniel Tracey (The Canadian Vindicator) sont incarc閞閟 pour diffamation (janvier 1831). Vaste mouvement de sympathie en leur faveur. 蒷ection partielle dans le quartier-ouest de Montr閍l o s'opposent Tracey (r閒ormiste) et Stanley Bagg (tory). L'閘ection dure depuis 40 jours quand l'arm閑 intervient et tue trois partisans de Tracey, (21 mai 1832).

NOUVELLE DONNE POLITIQUE LA FIN DE 1832

-L'ouverture apparente des Britanniques mine le leadership de Papineau et l閦arde l'alliance r閒ormiste, surtout du c魌 de Qu閎ec et des classes ais閑s.

-D閖 mobilis lors de la crise de 1827, le peuple est fortement sollicit par les crises de 1832.

-Besoin du parti r閒ormiste de raffermir sa coh閟ion autour d'un programme clair et propre canaliser la col鑢e populaire.



3.Les 92 R閟olutions

1833 - Crise minist閞ielle en Angleterre alors que quatre secr閠aires aux colonies se succ鑔ent en 11 mois. Les radicaux font pression pour que soient concr閠is閑s les promesses du rapport de 1828.

R閐ig閑s rapidement en d閏embre 1833 par Anto頽e-Nobert Morin, Elz閍rd B閐ard et surtout Louis-Joseph Papineau.

D閜os閑s le 7 janvier et adopt閑s en troisi鑝e lecture le 17 f関rier 1834

1-蒷ectivit du Conseil l間islatif

2- D閚oncer la corruption de l'administration locale

3-Accroissement des pouvoirs de l'Assembl閑

4-D閚oncer la gestion des ressources, en particulier la BALC

5-D閚oncer abus pass閟 (Craig, Dalhousie)

6-Respecter l'expression du peuple dans les d閟ignations l'ex閏utif

-Bloc enchev阾r; grosso modo du mod閞 vers le radical

-Plut魌 d閚onciateur que revendicateur

-Re鐄 comme une v閞itable d閏laration d'ind閜endance.

CONS蒕UENCES IMM蒁IATES

-Le parti reprend l'initiative face au gouvernement colonial avec de nouvelles revendications qui rendent caduque le compromis de 1828.

-Rupture d閒initive avec de grands leaders de la seconde g閚閞ation: Neilson, Andrew Stuart, DEBATzch, Sabrevois de Bleury.

-Momentum populaire. Les assembl閑s commencent d鑣 le vote par l'Assembl閑.

-Les 92 R閟olutions lancent aussi un agenda politique qui se termine avec le recours aux armes.

F関rier 1834 - Morin fait signer une p閠ition de 78 000 noms achemin閑 Denis-Benjamin Viger Londres.

Prorogation de la chambre en mars et annonce d'閘ections g閚閞ales l'automne sur la base des 92 R閟olutions.

Tout le long de l'閠, importante assembl閑 "r閟olutionnistes" de caract鑢e organisationnel. Comit de correspondance et Union patriotique. L'action partisane se font dans l'organisation d'institution locales repr閟entatives.

Novembre 1834 - Triomphe 閘ectorale absolu des "Patriotes" qui font 閘ire 78 candidats sur 84.

D閏embre 1835 - Nouvelle mission Wolfred Nelson - Henry Chapman en Angleterre

Janvier 1835 - D閎at Londres sur les r閟olutions bas-canadienne. Cr閍tion d'une commission d'enqu阾e royale pr閟id閑 par Archibald comte de Gosford.

Mars 1835 - Arriv閑 Qu閎ec du nouveau gouverneur.

4.Les 4 G

Consolidation des Whigs Westminster depuis la r閒orme 閘ectorale et l'閘ection de 1832. Lord Glenelg dirige pour plusieurs ann閑s le bureau colonial. Gosford est gouverneur et pr閟ide la commission dont les secr閠aires sont Charles Grey (Tory) et George Gibbs. Leurs instructions, secr鑤es jusqu'au d閎ut de 1836 se r閟ument :

-Faire en sorte que le mouvement de r閒orme ne d閎ouche pas sur une alliance inter-coloniale.

-Tenter de subtiliser les mod閞閟 l'influence de Papineau

-Donner l'impression que le gouvernement entend autant contraindre les anglophones ultra-conservateurs que les radicaux francophones. (interdiction des British Riffle Corps)

Gosford semble triompher et l'influence de Papineau est en chute libre jusqu'au coup de th殁tre de f関rier 1836 alors que les instructions secr鑤es de Gosford sont rendues publiques. Radicalisation rapide des deux mouvements (Doric Club, Associations constitutionnelles, CCP) et remise en marche des comit閟 locaux sur le mod鑜e des comit閟 閘ectoraux de 1834. Comit de vigilance, comit閟 de sauvegarde, comit central et permanent de comt. Se distinguent alors les comt閟 de Richelieu et de Deux-Montagnes.

Le vote du 2 mars 1837 des Dix r閟olutions Russell qui autorisent le gouvernement anglais d'amender l'Acte constitutionnel de 1791. R閒utent les 92 R閟olutions et autorisent l'ex閏utif piger dans les revenus de l'Assembl閑 sans son autorisation. Les d閜ut閟 patriotes perdent leur seul pouvoir politique r閑l.


Du politique au judiciaire au militaire

Les 閠apes de l'escalade


P蒚ITIONS

1827 - 87 000 noms

1834 - 80 000 noms

ASSEMBL蒃S

Entre 1834 et 1837; plus de 300 assembl閑s d'organisation et de contestation

GR萔E DES D蒔UT蒘

1835 - 32 jours de session

1836 - 23 jours de session

1837 - 6 jours de session

BOYCOTTAGE ET CONTREBANDE (mai 37)

Bloquer l'entr閑 de taxes et commerce avec les 蓆ats-Unis

CHARIVARI (juin 37)

Forcer d閙ission des juges de paix

NOMINATION DE NOUVEAUX OFFICIERS (oct 37)

Cr閍tion de gouvernements parall鑜es dans les campagnes

R蒘ISTANCES AUX ARRESTATIONS (nov. 37)

Lib閞ation de prisonniers Longueuil

Du c魌 gouvernemental.

cause du couronnement de Victoria 1鑢e, les dispositions des R閟olutions Russell sont remises d'un an.

15 juin - interdiction de tenir des assembl閑s publiques

5 NOVEMBRE 1837 - Les magistrats interdisent les parades Montr閍l. (Acte d'閙eute)

16 nov. - 蒻ission de 26 mandats d'arr阾 contre les chefs Patriotes

5 D蒀EMBRE 1837 - La loi martiale est proclam閑 dans tout le district de Montr閍l et suspension des libert閟 individuelles et de la Constitution du Bas-Canada. Ces droits ne seront pleinement r閠ablis qu'en avril 1841.

6. L'historiographie sur les causes

Garneau en 1845

Car, quant la justice de leur cause, ils avaient infiniment plus de droit de renverser leur gouvernement que n'en avaient l'Angleterre elle-m阭e en 1688, et les 蓆ats-Unis en 1775, parce que c'est contre leur nationalit, cette propri閠 la plus sacr閑 d'un peuple, que le bureau colonial dirigeait ses coups

GARNEAU, Fran鏾is-Xavier. Histoire du Canada depuis sa d閏ouverte jusqu' nos jours. 5e 閐ition. Paris, Alcan, 1913-1920. t. 2: 652.

Fraser en 1890

The time will come when the memories of Canada's rebel dead of 1837 and 1838 will be revered and held sacred in every British Colony, distant or near, as the fathers of colonial responsible government

FRASER, John. Canadian Pen and Ink Sketches, Montr閍l, 1890: 82-83.

Lionel Groulx en 1960

Rien, surtout la premi鑢e ann閑, rien d'une guerre civile longuement foment閑 et organis閑; rien de la r閎ellion au sens juridique du mot. Mouvement improvis et presque spontan en ses sursauts violents; pour le reste, mouvement populaire, ph閚om鑞e rural plut魌 large et profond; mouvement qu'on ne saurait r閐uire une lutte de races, ni m阭e une lutte de classes sans le rapetisser et sans fausser l'histoire; en son caract鑢e dominant, 閜isode d'une lutte politique pour un ach鑦ement politique.

GROULX, Lionel, Histoire du Canada fran鏰is, Montr閍l, Fides, 1960. Tome 2, p. 169.

S間uin en 1968

La r関olte de 1837 est, en r閍lit, un double soul鑦ement: soul鑦ement des Britanniques du Bas-Canada contre la menace d'une r閜ublique canadienne-fran鏰ise, soul鑦ement de la section la plus avanc閑 des nationalistes canadiens-fran鏰is contre la domination anglaise.

S間uin, Maurice. L'id閑 d'ind閜endance au Qu閎ec. Gen鑣e et historique. Trois-Rivi鑢es, Bor閍l Express, 1968: 33.

Ouellet en 1976

Les insurrections de 1837-38 peuvent 阾re d閒inies d'abord comme un mouvement d'ind閜endance nationale dirig par les classes moyennes canadiennes-fran鏰ises et leur profit... Cette 閘ite r関olutionnaire voit l'avenir en fonction d'une 閏onomie agricole et de la survivance de l'ancien r間ime social. L'ind閜endance, en brisant les deux secteurs les plus dynamiques de l'閏onomie: le commerce du bois et le trafic des c閞閍les avec l'ouest, aurait enracin le sous-d関eloppement pendant plusieurs d閏ennies et renforc les seigneurs et le clerg. C'est en fonction de ces vues et de ces objectifs que les nationalistes font appel la masse et la mobilisent en 1837-38.

L'閏hec des insurrections peut sans doute s'expliquer par l'attachement excessif des classes moyennes canadiennes-fran鏰ises leurs int閞阾s court terme. Il peut aussi provenir du fait qu'elles n'閠aient pas vraiment r関olutionnaires, qu'au fond elles traversaient une crise de croissance et qu'elles 閠aient la recherche d'une place et d'un statut dans la soci閠. Ainsi s'expliquerait l'extraordinaire pauvret du leadership fourni par les r関olutionnaires des classes moyennes.

OUELLET, Fernand. Le Bas-Canada 1791-1840. Changements structuraux et crise. Ottawa, 蒬itions de l'Universit d'Ottawa, 1976: 484, 485, 487.

Bernier en 1981

Un 閘閙ent qui illustre bien qu'il serait abusif de r閐uire les 関閚ements des ann閑s 1830 la confrontation de deux ethnies est la pr閟ence d'anglophones dans le Parti patriote. On les retrouve dans des r鬺es les plus divers: d閜ut閟, candidats, tribuns, membres des appareils de soutien. Des noms tels ceux de John Neilson, des deux fr鑢es Nelson, de O'Callaghan, de T.S. Brown, de Daniel Tracey, W.H. Scott viennent imm閐iatement l'esprit. L'adh閟ion de ces individus au parti semble se faire sur une base id閛logique et sur la convergence d'int閞阾s de classe. Le clivage ethnique n'est pas assez puissant pour masquer la communaut de ces int閞阾s. Les repr閟entants anglophones au sein de la direction du parti sont en effet issus des m阭es couches sociales que les patriotes francophones, soit les divers 閘閙ents constitutifs de la petite bourgeoisie.

BERNIER, G閞ald. Le parti patriote (1827-1838) in Vincent Lemieux, 閐., Personnel et partis politiques au Qu閎ec. Trois-Rivi鑢es, Bor閍l, 1981: 214-15

Senior en 1985

What [many] failed to ask was whether responsible government might have come about anyway and perharps even sooner than 1849, had it not been for the fratricidal strife of 1837-38.

SENIOR, Elinor Kyte. Redcoats and Patriotes. The Rebellions in Lower Canada,1837-38. Ottawa, National Museum of Canada, 1985: 204.

Jean-Paul Bernard, 1996

Les R閎ellions dans la colonie du Bas-Canada appaissent ainsi comme une crise sociale g閚閞alis閑, qui concerne la fois le d関eloppement des institutions politiques, les orientations et les profits tirer du d関eloppement 閏onomique et le d関eloppement de l'identit coloniale. Aucune de ces trois dimensions fondamentales ne peut 阾re 閏art閑 l間鑢ement, ni m阭e r閐uite au statut d'aspect second d'une autre dimension.

Aussi, une insistance sur une ne devrait pas emp阠her une insistance sur une autre, les facteurs n'閠ant pas totalement ind閜endants, et les interactions et effets de synergie dans la situation concr鑤e 閠ant manifestes."

Jean-Paul Bernard, Les r閎ellions de 1837 et de 1838 dans le Bas-Canada. Ottawa, Soci閠 historique du Canada, brochure historique no. 55. 1996: 26.

Allan Greer, 1998

"La R閎ellion ne fut pas exclusivement ou m阭e premi鑢ement une affaire militaire, pas plus qu'elle ne fut seulement le fait de "rebelles". L'importance de la crise peut 阾re appr閏i閑 non seulement par la port consid閞able des d閒is contre l'ordre existant, mais aussi par les mesures extraordinaires prises pour pr閟erver l'autorit britannique. En plus des assauts militaires contre ses ennemis bas-canadiens, le gouvernement op閞a une r関olution juridique sans pr閏閐ent pour s'assurer la victoire. On imposa la loi martiale, l'habeas corpus fut suspendu, et des arrestations eurent lieu massivement et sur une grande 閏helle, tr鑣 souvent sans qu'aucune accusation ne fut port閑."

Allan Greer, "Reconsid閞er la R閎ellion de 1837-1838", Bulletin d'histoirepolitique, vol. 7, no. 1 (automne 1998): 37.

 

Recherche parmi 15772 individus impliqu閟 dans les r閎ellions de 1837-1838.

 



Consult 4709 fois depuis le 14 f関rier

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca