• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques

Liens directs


 

 


Recevez chez vous toutes les nouveautés à propos de la Journée nationale des patriotes


 

 

Dans les titres seulement

 

Dans tout le texte

Les Patriotes de 1837@1838 - BARTHE, Joseph-Guillaume (1816-1893)
 BIOGRAPHIE  Partager      
BARTHE, Joseph-Guillaume (1816-1893)
Article diffusé depuis le 18 octobre 2001
 




Né à Carleton et baptisé dans la paroisse Saint-Joseph, le 16 mars 1816, fils de Joseph Barthe, navigateur, et de Marie-Louise-Esther Tapin.

Fit ses études primaires à Trois-Rivières. De 1827 à 1834, fréquenta le séminaire de Nicolet, mais ne termina pas sa seconde année de philosophie. De retour à Trois-Rivières, entreprit, avec le docteur René-Joseph Kimber, des études de médecine qu'il interrompit pour se lancer dans l'apprentissage du droit auprès d'Edward Barnard. Admis au barreau en 1840, n'exerça toutefois pas sa profession.

Participa au mouvement de protestation patriote dans le comté de Saint-Maurice en 1837. Fut emprisonné de janvier à avril 1839 pour avoir fait paraître dans le Fantasque de Québec, en décembre 1838, un poème intitulé "Aux exilés politiques canadiens". En 1840, entra à la rédaction de L'Aurore des Canadas, à Montréal.

Élu député de Yamaska en 1841; antiunioniste, fit partie du groupe canadien-français. Défait en 1844. Candidat rouge défait dans Yamaska en 1851.

Nommé greffier de la Cour d'appel du Bas-Canada en 1846; démissionna en 1850. Séjourna à Paris de 1853 à 1855; tenta vainement de recruter des immigrants français pour le Bas-Canada, collabora à la Gazette de France et publia, en 1855, le Canada reconquis par la France. De retour dans la colonie, fut rédacteur à l'Ere nouvelle et, d'avril à novembre 1856, au Bas-Canada, à Trois-Rivières, puis au Canadien, à Québec, jusqu'en 1862. Quatre ans plus tard, travailla au Drapeau de Lévis, et, par la suite, au Journal de Lévis. Vers 1870, retourna à Montréal; écrivit Souvenirs d'un demi-siècle [...], qui parut en 1885. Est aussi l'auteur de 3 contes et d'environ 80 poèmes, publiés à Montréal dans le Populaire et l'Aurore des Canadas.

Décédé à Montréal, le 4 août 1893, à l'âge de 77 ans et 4 mois. Inhumé dans la paroisse Notre-Dame, le 7 août 1893.

Avait épousé dans la paroisse de l'Immaculée-Conception, à Trois-Rivières, le 23 janvier 1844, Louise-Adélaîde Pacaud, fille de Joseph Pacaud, qui fut charpentier, navigateur et négociant, et d'Angélique Brown.

Frère de Georges-Isidore Barthe, député à la Chambre des communes du Canada. Beau-frère d'Édouard-Louis Pacaud. Grand-père d'Armand La Vergne.

Bibliographie: Dictionnaire biographique du Canada.


Tiré du Dictionnaire des parlementaires québécois (Septentrion, 1999) DIFFUSÉ SUR CE SITE POUR UNE PÉRIODE LIMITÉE

 


Chercher dans les ouvrages consacrés aux patriotes.





Consulté 1727 fois depuis le 18 octobre

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca