• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques

Liens directs


 

 


Recevez chez vous toutes les nouveautés à propos de la Journée nationale des patriotes


 

 

Dans les titres seulement

 

Dans tout le texte

Les Patriotes de 1837@1838 - Bardy, Pierre-Martial (1797-1869)
 BIOGRAPHIE  Partager      
Bardy, Pierre-Martial (1797-1869)
Article diffusé depuis le 18 octobre 2001
 


Pierre-Martial Bardy, tiré de L'Opinion Publique, 24 juin 1880, p.5.

Pierre-Martial Bardy est né à Québec et baptisé dans la paroisse Notre-Dame, le 30 novembre 1797, fils de Pierre Bardy, perruquier, et de Louise Cochy, dit Lacouture. Bardy étudie au Petit Séminaire de Québec à compter de 1811, puis prend la soutane et est tonsuré ; étudie la théologie au Grand Séminaire de Québec, tout en étant professeur au Petit Séminaire. Il renonce en 1821 à la vie ecclésiastique. En 1822, il est enseignant à Boucherville, puis il étudie la médecine à Montréal et épouse Marie-Marguerite-Louise Archambault. Il est admis à la pratique en 1829. Bardy exerce à Saint-Jacques et à Saint-Athanase-d’Iberville, puis à Québec à partir de 1839. Il est l’un des fondateurs et professeur de l’École de médecine de Québec dont il est le secrétaire de 1848 à 1854, inspecteur d’écoles de 1842 à 1868 et président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Québec à sa fondation en 1842. En 1849, il préside à Québec une assemblée annexionniste.

Député en 1834, Pierre-Martial Bardy est actif surtout hors de son comté. Dans Rouville, il préside l’assemblée de Saint-Athanase le 10 mars 1834 et prononce un discours à l’assemblée du 22 juillet 1835, où l’« Association de réforme » est créée sur le modèle du premier CCPM. Bardy est actif surtout à Montréal où, du 5 décembre au 30 avril 1835, il assiste à au moins quatre réunions du « Comité de correspondance ». L’année suivante, au terme de la brève session de 1836, Bardy demeure à Québec où il se joint aux radicaux autour de R.-S.-M. Bouchette. Il participe le 10 avril à l’assemblée, décriant l’élection d’Andrew Stuart dans la Haute-Ville et, le 4 juin 1837, est nommé au « Comité de correspondance de Québec » et dénonce les résolutions Russell dans un discours véhément. Le 17 septembre enfin, il participe à la fondation du « Comité permanent de Québec » où il est toujours au moment des troubles, décidant de prudemment se ranger du côté du gouvernement (VIN 18-03-1834, 19-04-1836, 09-06-1837 ; MIN 08-06-1837, 30-07-1835 ; MG24 B129 : 29-118 ; LIB 19-09-1837 ; RUMILLY,177, I : 531).

 


Chercher dans les ouvrages consacrés aux patriotes.





Consulté 1946 fois depuis le 18 octobre

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca