• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques

Liens directs


 

 


Recevez chez vous toutes les nouveautés à propos de la Journée nationale des patriotes


 

 

Les Patriotes de 1837@1838 - "Regards sur 1837". Une analyse d'un long m閠rage de Michel Brault, <i>Quand je serai parti, vous vivrez encore.</i> Par Luc Chaput
 BIBLIOGRAPHIE 
 Quand je serai parti, vous vivrez encore. Par Luc Chaput pourrait vous int閞esser : http://1837.qc.ca/1837.pl?pno=n00026">    
"Regards sur 1837". Une analyse d'un long m閠rage de Michel Brault, Quand je serai parti, vous vivrez encore. Par Luc Chaput
Article diffus depuis le 01 ao鹴 2000
 




Tir de S閝uences, no 202, mai-juin 1999, p. 28-29.

"Je viens de voir dans le Bas-Canada un million [ils 閠aient environ 500.000] de Fran鏰is, braves, intelligents, faits pour former un jour une grande nation fran鏰ise en Am閞ique, qui vivent en quelque sorte en 閠rangers dans leur propre pays. Le peuple conqu閞ant tient le commerce, les emplois, la richesse, le pouvoir. Il forme les hautes classes et domine la soci閠 enti鑢e".



Quand je serai parti... vous vivrez encore.

Voil comment, en 1831, l'aristocrate lib閞al Alexis de Tocqueville voit cette contr閑 pendant son voyage d'閠udes qui l'am鑞era 閏rire son chef-d'oeuvre sur les 蓆ats-Unis: La D閙ocratie en Am閞ique. Dans les ann閑s 1830, la crise 閏onomique persistante et une 閜id閙ie de chol閞a servent d'arri鑢e-plan aux probl鑝es constitutionnels et politiques. De plus, les revendications des r閒ormistes apparaissent aux dirigeants d'alors comme une preuve de r閜ublicanisme am閞icain. Cela provoque en plusieurs une r閍ction de d間o鹴, puisque leurs anc阾res loyalistes avaient 閠 chass閟 des 蓆ats-Unis.

En 1961-1962, l'Office national du film a produit une s閞ie de courts m閠rages intitul閑 Artisans de notre histoire, dont Jacques Godbout a tir des extraits pour montrer, dans Le Mouton noir (1992), la persistance des enjeux et des discours. Ce sont des t閘閠h殁tres pour la plupart tourn閟 en studio et illustrant, par le biais de courtes biographies, certains 閜isodes de notre histoire. Ils sont faits sous la direction et le conseil d'historiens. En 1835, la crise constitutionnelle s'accentue. Louis-Georges Carrier, aujourd'hui mieux connu comme metteur en sc鑞e de t閘閠h殁tres et de t閘閞omans Radio-Canada, en donne un aper鐄 dans Louis-Joseph Papineau: le demi-dieu, qu'il r閍lise en 1961 pour cette s閞ie. Au d閎ut, un narrateur r閟ume en formules lapidaires la situation. Le sc閚ario fait languir le spectateur car ce n'est qu'apr鑣 19 minutes (pendant lesquelles d'autres ont parl de lui), que le d閜ut, jou par Guy Provost, se lance dans une diatribe. Le r閍lisateur qui avait film jusque l hauteur d'homme, place sa cam閞a en contre-plong閑 et en travelling arri鑢e devant l'orateur pendant une partie de ce discours que Papineau improvise chez lui devant des amis. Le terme qu閎閏ois est employ dans le sens d'habitants de la ville de Qu閎ec, par opposition montr閍lais. On peut noter que la fiche de l'ONF d閏rivant ce court m閠rage est la seule de la s閞ie contenir un message qui peut se r閟umer ainsi: portrait partiel. Toujours dans les ann閑s 1835, dans le Haut-Canada, des voix s'閘鑦ent aussi contre le family compact et les r閟olutions de Lord Russell de 1837, dont une propose que le gouverneur puisse puiser dans le Tr閟or public avec ou sans l'autorisation de la Chambre. William Lyon Mackenzie, grand-p鑢e du premier ministre Mackenzie King, est le plus c閘鑒re de ces r閒ormateurs. Artisans de notre histoire lui a consacr, bien entendu, un 閜isode qui r閟ume quelques 閠apes de sa vie. Mais, en 1985, c'est un de ses lieutenants,

[d閎ut de la p. 29 du texte original]

Samuel Lount, pacifiste devenu rebelle et pendu le 12 avril 1838, qu'est consacr le long m閠rage de Laurence Keane. Comme la plupart des films canadiens d'alors, l'argent semble avoir manqu mais l'interpr閠ation de R. H. Thomson rend bien les contradictions et la noblesse d'鈓e du personnage.

Saint-Denis dans le temps de Marcel Carri鑢e, tourn l'automne 1968 et sorti quelques jours avant les 閘ections qu閎閏oises de 1970, est un m閘ange 閠onnant de documentaire sur le village de Saint-Denis, de reconstitution saugrenue de la victoire du 23 novembre 1837 et de dialogue entre une id閍liste et un pragmatique, dialogue qui sonne aujourd'hui pr閙onitoire car, quelques mois plus tard, la crise d'octobre est d閏lench閑.



Quelques arpents de neige.

Le slogan publicitaire "Une grande histoire d'amour sur fond de r関olution" et l'affiche de Quelques arpents de neige de Denis H閞oux font r閒閞ence au Doctor Zhivago de David Lean, mais le film n'en a, malheureusement, ni le souffle ni le style. De plus, Fran鏾is Cousineau compose du sous-Maurice Jarre pour souligner les sc鑞es entre Daniel Pilon et Christine Olivier. L'action se passe au nord de Montr閍l, entre les d閒aites de Saint-Charles (25 novembre) et de Saint-Eustache (14 d閏embre). Les exactions de Saint-Beno顃 sont illustr閑s. Les interpr閠ations de Jean Duceppe et de G閞ard Poirier dominent le lot, mais le sc閚ario fait de la plupart des personnages des individus unidimensionnels. Une incongruit termine le film: comment un patriote en 1837 peut-il marcher du nord de Montr閍l jusqu' la fronti鑢e am閞icaine, tout en 閠ant toujours poursuivi par le m阭e soldat britannique?

En juin 1981, passe Antenne 2 en France une s閞ie t閘関is閑 de six heures, Les Fils de la libert, mettant en vedette Charles Binam, Sophie Faucher, Philippe Laudenbach et Claude Gay. La r閍lisation est de Claude Boissol, cosc閚ariste avec Louis Caron qui de ses recherches tirera aussi une trilogie de romans. La s閞ie conna顃 un grand succ鑣 en France, puis au Qu閎ec, en 1982; mais, la plupart des journalistes critiquent le manque de moyens. Louis Caron, dans une entrevue avec Dominique Le Reun du magazine T閘閞ama, d閏lare: "La t閘関ision est une machine 閙otions mais aussi une machine sous et nous n'avions plus de sous" pour nous permettre un nombre ad閝uat de soldats et de patriotes dans la bataille du 5e 閜isode.

Exc閐閟 par la r閜ression de Colborne, des patriotes r閒ugi閟 aux 蓆ats-Unis reprennent la lutte en fondant Les Fr鑢es-Chasseurs. Le docteur Robert Nelson proclame Noyan, le 28 f関rier 1838, la R閜ublique du Bas-Canada. C'est le d閎ut de Quand je serai parti... vous vivrez encore de Michel Brault.

Lord Durham, un autre aristocrate lib閞al qui, nomm gouverneur, 閠ait arriv en janvier 1838, avait d閙issionn parce que sa solution d'exil aux Bermudes pour les chefs et amnistie pour les autres avait 閠 battue en br鑓he par le parlement britannique. De retour en Grande-Bretagne, il publie en 1839 son rapport: "Je m'attendais trouver un conflit entre un gouvernement et un peuple; je trouvai deux nations en guerre au sein d'un m阭e 蓆at". Consid閞ant les Canadiens(-Fran鏰is) comme "un peuple sans histoire", il propose comme solution une Union l間islative entre le Haut et le Bas-Canada qui "soumettrait la province au r間ime vigoureux d'une majorit anglaise". Durham propose aussi la responsabilit minist閞ielle telle que l'avaient d'ailleurs revendiqu閑 les rebelles du Haut et du Bas-Canada. L'Union est mise sur pied en 1840, le premier gouvernement responsable de Lafontaine-Baldwin est 閘u en 1847. En 1849, le fran鏰is est reconnu comme une des deux langues officielles au parlement de l'Union.

Maintenant que Michel Brault l'a devanc sur le m阭e terrain, que fera Pierre Falardeau avec son huis-clos sur De Lorimier? Quoi qu'il en soit, les patriotes continuent fasciner les artistes puisque Robert Lepage adapte au th殁tre le roman de Jules Verne: Famille-sans-nom.

Luc Chaput

 

Recherche parmi 15772 individus impliqu閟 dans les r閎ellions de 1837-1838.

 



Consult 6029 fois depuis le 01 ao鹴 200

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca