• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques

Liens directs


 

 


Recevez chez vous toutes les nouveautés à propos de la Journée nationale des patriotes


 

 

Dans les titres seulement

 

Dans tout le texte

Les Patriotes de 1837@1838 - SICOTTE, TOUSSAINT (1809-1845)
 BIOGRAPHIE  Partager      
SICOTTE, TOUSSAINT (1809-1845)
Article diffusé depuis le 20 mai 2000
 




Toussaint SICOTTE naît à Boucherville vers 1809 et décède le 11 janvier 1845 à l'âge de 36 ans. Il est inhumé deux jours plus tard à Saint-Pie.

Les activités politiques

Toute une série d'assemblée se tient à travers le Québec au cours de 1837 pour dénoncer les propositions Russell, car, les gens condamnent les politiques anglaises. Les attaques fusent de partout puisque les Anglais attaquent la langue, l'éducation, les lois françaises et la religion. La première de ces assemblées a lieu à Saint-Ours le 7 mai 1837. Le 1er juin 1837, les habitants de Saint-Hyacinthe tiennent leur assemblée et Toussaint SICOTTE seconde une proposition.

En ce jour du 1er juin 1837, trois grandes réunions de comté se tiennent en même temps, soit à Saint-Hyacinthe, à Chambly et à Sainte-Scolatique. C'est dans ce dernier comté que la foule est la plus nombreuse et que se rend Louis-Joseph Papineau, le chef de l'insurrection, accompagné des Patriotes Louis-Hippolythe Lafontaine et Jean-Joseph Girouard.

Toussaint SICOTTE est écroué à la prison de Montréal pour haute trahison le 9 décembre 1837 et libéré le 27 février 1838. Cette haute trahison consiste à avoir pris part à une assemblée de conspirateurs pour organiser une insurrection et d'avoir personnellement et publiquement porté les armes contre la couronne britannique. Lord Gosford est gouverneur à cette époque.

Les arrestations ont lieu surtout la nuit, ce qu'on appelle alors les nuits rouges. Les prisons regorgent de captifs et les arrestations se multiplient. Le testament politique laissé par De Lorimier lors de sa pendaison est reproduit dans le livre de L. O. David.

Il est à noter que Édouard-Raymond Fabre, né le 15 septembre 1799 et décédé le 16 juillet 1854, est emprisonné en 1837 puis relâché faute de preuves. Il deviendra par la suite maire de Montréal en 1849 et réélu en 1850.

Très peu de renseignements sont disponibles sur ses activités politiques de Toussaint SICOTTE.

La vie familiale et professionnelle

Toussaint SICOTTE épouse Sophie Foisy le 14 février 1831 à Saint-Hyacinthe. Elle est fille de Jean-Baptiste Foisy et de Madeleine Chagnon de Saint-Hyacinthe. Il aurait étudié le droit à diverses reprises, mais on ne sait pas s'il fut reçu avocat ou notaire. En 1839, il est sous-agent de la seigneurie de Saint-Hyacinthe.

Les incongruités

Il est de Saint-Hyacinthe et, jusque là, c'est clair. D'après le Patriote Girouard, il a 28 ans lors de l'insurrection de 1837 et il est étudiant en droit. D'après son acte de mariage en 1831, il est cultivateur. Cependant, quelques années plus tard, on le dit étudiant à nouveau étudiant en droit. Curieusement, c'est monsieur Chagon qu'on désigne à tord comme son beau-père, qui signe le registre lors de son inhumation à Saint-Pie. On sait que l'épouse de Toussaint, Sophie Foisy, est la fille de Jean-Baptiste Foisy et de Madeleine Chagnon, de Saint-Hyacinthe. Monsieur Chagnon est le grand-père maternel de Sophie Foisy.

Son fusil

Le fusil de Toussaint SICOTTE est aujourd'hui suspendu au-dessus du foyer de Michel SICOTTE, génération 10.

 


Chercher dans les ouvrages consacrés aux patriotes.





Consulté 2283 fois depuis le 20 mai 2000

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca