• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques


 

 

Les Patriotes de 1837@1838 - THOM, ADAM (1802-1854)
 BIOGRAPHIE 
MOD
THOM, ADAM (1802-1854)
Article diffusé depuis le 20 mai 2000
 




Nom du père: Andrew Thom
Nom de la Mère: Elizabeth Bisset
Date et lieu de naissance: 30 août 1802, Brechin (région de Tayside, Écosse)
Professions exercées: professeur, journaliste, avocat et fonctionnaire
Fonctions occupées au moment des troubles: Adam Thom faisait partit de la commission chargée d'étudier l'administration municipale. Il est désigné à cette tâche par Durham. Bibliographie sommaire :

A. Ross, Red River Settlement
E.M. Wrong, Charles Buller and responsible government ( Oxford, 1926)
George Bryce, A history of Manitoba; its resources and poeple ( Toronto et Montréal, 1906)

Adam Thom termine en 1823 une maîtrise ès art au King's College (University of Aberdeen) et débute sa carrière professionnelle en tant qu'enseignant à l'Udny Academy dans l'Aberdeenshire ainsi qu'à Woolwich en Écosse. En 1832, Thom immigre au Bas-Canada et se joint aux riches commerçants anglais. C'est à Montréal qu'il fait l'apprentissage du droit et qu'il est admis au barreau en 1837. Par la suite, Thom devient rédacteur en chef du Settler,or British, Irish and Canadian Gazette en 1833, puis du Montreal Herald en 1835-36.

C'est par l'entremise de ses journaux qu'Adam Thom publie ses propos anti-Canadiens français. En même temps, il s'attaque au gouvernement britannique et à sa politique de conciliation qui, selon lui, est la cause des principaux problèmes politiques et économiques des Britanniques du Bas-Canada. Fervent loyaliste, Thom veut démontrer que les Quatre-ving-douze résolutions des patriotes sont sans fondement et il dénonce les conclusions du comité spécial de la chambre des communes qui tolère la religion, les lois et les privilèges des Canadiens d'origine française. Pour Adam Thom, les Rébellions de 1837-1838 sont une confirmation de la déloyauté des Canadiens français et ces années de dures querelles politiques ne font qu'exacerber son antipathie à leur égard. C'est pourquoi il s'empresse d'offrir son aide à lord Durham en rédigeant une partie du rapport où il préconise la domination des gouvernements de la province par les gens ''instruits'' et ''possédants'', c'est à dire, les membres de la bourgeoisie anglophone. Le 25 août 1838, Thom obtient le poste de commissaire adjoint de la commission chargée d'étudier l'administration municipale. La nomination d'un ennemi loyaliste soulève la colère des Canadiens français

La même année, Thom se voit offrir un poste de recorder par le gouverneur de la Hudson's Bay Company et part pour à la colonie de Rivière-Rouge au Manitoba. Il doit codifier et uniformiser le système juridique afin de réorganiser la gestion du territoire. Malgré la satisfaction du gouverneur, Thom s'attire la méfiance des habitants de la Rivière-Rouge à cause de son attitude discriminatoire autant sur le plan linguistique que racial. Par ailleurs, par son manque de professionnalisme et son arrogance envers les groupes minoritaires, il abuse à maintes reprises de ses connaissances juridiques afin de défendre ses intérêts personnels et son idéologie raciste. Il s'attire le mépris des métis qui réclament sa démission. Thom accepte finalement de respecter certaines conditions comme d'utiliser le français dans l'exercice de ses fonctions. Malgré cela, la gouverneur et le comité de la compagnie le relevèrent de ses fonctions en 1851. Il termine sa vie à Londres où il se consacre à l'écriture. Adam Thom se caractérise par ses préjugés défavorables autant envers les Canadiens français qu'envers les Métis et illustre une attitude intransigeante affichée par certains Britanniques d'alors.

Eve Tétrault

 

Recherche parmi 15772 individus impliqués dans les rébellions de 1837-1838.

 



Consulté 5533 fois depuis le 20 mai 2000

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca