• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques

Liens directs


 

 


Recevez chez vous toutes les nouveautés à propos de la Journée nationale des patriotes


 

 

Dans les titres seulement

 

Dans tout le texte

Les Patriotes de 1837@1838 - Rocheblave, Pierre de Rastel de
 BIOGRAPHIE  Partager      
Rocheblave, Pierre de Rastel de
Article diffusé depuis le 20 mai 2000
 




appelé surtout Rocheblave, est né à Kaskaskia dans l'Illinois, le 9 mars 1773. Son père, Philippe-François de Rastel de Rocheblave, et sa mère, Marie-Michelle Dufresne, s'établissent à Montréal avec leur fils Pierre, au lendemain de la guerre de l'Indépendance américaine, en 1783.

Très jeune, Pierre s'occupe des affaires de son père impliqué dans le commerce des fourrures. Vers 1797, il s'engage dans la Traite des fourrures et s'avère un homme d'affaires considéré. Dur et " gentleman " à la fois, il jouit vite d'une certaine influence. Le 9 février 1819, il épouse Anne-Elmire Bouthillier, à Montréal, avec laquelle il a neuf enfants. Lorsque les rébellions éclatent, il est déjà avancé en âge, mais il n'en est pas moins actif. Il décède à Coteau-Saint-Louis, le 5 octobre 1840, en laissant sa fortune à sa fille aînée, puisque les autres enfants moururent jeunes.

Sa forte personnalité décidée et conciliante lui permet de faire fortune dans le monde des affaires. En 1798, il est membre fondateur de la New North West Company (X Y Company) qui fait concurrence à la North West Company. Ces deux compagnies fusionnent le 5 novembre 1804. On lui confie alors la direction du département de la Rivière-Rouge jusqu'en 1807. Rocheblave s'occupe des affaires de la compagnie. Le 6 février 1815, la North West Company, la Forsyth, Richardson and Company, la McTavish, McGillivrays and Company et Rocheblave, lui-même, s'associent pour former une nouvelle entreprise où il détient 10 % des actions. Il s'engage aussi à prendre un nombre incroyable de tâches au sein de l'entreprise. Il est alors maître d'oeuvre de l'organisation de la traite des fourrures dans l'Ouest pour les firmes canadiennes et, lorsqu'en juillet 1821 la North West Company et la Hudson's Bay Company fusionnent, il reçoit la responsabilité de dresser l'inventaire des biens de la North West Company qu'il met quelques années à finaliser. Puis en 1826, à cause du départ de Thomas Thain épuisé sous la charge, on lui confie l'administration des affaires de la Hudson's Bay Company dont il demeure agent jusqu'en 1827.

Il est à ce moment âgé d'une cinquantaine d'années et se retire du commerce des fourrures, mais demeure très impliqué socialement et continue à assumer plusieurs charges à caractères publiques. En 1836, il devient membre de la Cour des sessions spéciales de la paix qui a pour but d'administrer les affaires municipales. Propriétaire de plusieurs terres et maisons, il demeure en affaires toute sa vie. Le 9 janvier 1832, il siège au Conseil Législatif puis au Conseil spécial jusqu'à sa mort.

Ce tableau de sa vie dépeint sa position sociale faisant de lui un homme influent et respecté au moment des rébellions, ce qui lui permettra d'ailleurs de pouvoir appuyer les patriotes sans courir le risque de voir sa tête mise à prix. Il a donc une grande influence durant les années 1837-1838, entre autres à cause de son rang social, mais surtout à cause de sa personnalité responsable et d'un naturel plutôt conciliant. Par contre, tantôt il appuie les députés patriotes, tantôt le gouvernement. Il est contre la violence même si l'attitude du gouverneur le choque. Son attitude modéré déplaît à certains patriotes, pourtant il prend leur part à plusieurs reprises, comme le démontre son témoignage, en décembre 1838, devant le Conseil de guerre en faveur du jeune patriote Guillaume Lévesque qui fût gracié de justesse. À cette époque, Rocheblave est déjà âgé de 65 ans.

Consciencieux et responsable, actif et déterminé, il a jouit d'une position sociale et d'une fortune considérable et surtout d'une très grande considération sociale qui a donné beaucoup de poids à ses interventions.

Bibliographie :

1.- Robert La Roque de Roquebrune

" Testament de mon enfance " (2e édition, Montréal 1958)

2.- " La Gazette de Québec ", 25 octobre 1821, 12 septembre 1822,

7 octobre 1840

 


Chercher dans les ouvrages consacrés aux patriotes.





Consulté 2720 fois depuis le 20 mai 2000

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca