• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques

Liens directs


 

 


Recevez chez vous toutes les nouveautés à propos de la Journée nationale des patriotes


 

 

Dans les titres seulement

 

Dans tout le texte

Les Patriotes de 1837@1838 - Globensky, Maximilien (1793-1866)
 BIOGRAPHIE  Partager      
Globensky, Maximilien (1793-1866)
Article diffusé depuis le 20 mai 2000
 




Maximilien Globensky est né à Verchères en 1793. Il est le fils du docteur, d'origine polonaise, Auguste-France Globensky et de Marie-Françoise Brousseau. À l'âge de 26 ans, il épouse Elizabeth Lemaire Saint-Germain avec qui il eut quatre filles et un garçon. En secondes noces en 1851, il épouse Marie-Anne Panet (Gagnon, 1977 :352).

À l'âge de 20 ans, il s'enrôle dans le bataillon des Voltigeurs canadiens sous le commandement du lieutenant-colonel de Salaberry, suite à la déclaration de guerre des États-Unis en juin 1812. Il participe aux batailles de Châteauguay, Ormstown et Lacolle en tant que sous-lieutenant (Rochon, 1987 :196). Sous la recommandation du lieutenant-colonel de Salaberry, il est promu second-lieutenant le 24 mars 1813. La guerre terminée, il accède au titre de lieutenant-colonel le 8 février 1815. Au cours de la même année, soit le 25 juillet 1815, il devient le premier voltigeur à se voir accorder une demi-solde jusqu'à sa mort. Suite à sa promotion, on lui attribue aussi 500 acres de terres dans le comté de Buckingham. Il échange cependant ces acres contre des lots situés dans le canton de Plantagenet dans le Haut-Canada (Globensky, 63). À compter du 11 décembre 1826, on le retrouve capitaine dans le 1er bataillon de milice du comté d'York dans le Bas-Canada.

En 1834, Globensky se porte candidat à l'élection du comté des Deux-Montagnes qui se déroule à Saint-André d'Argenteuil. Deux jours après le début des élections, Globensky et James Brown sont en avance grâce à un grand nombre d'électeurs de Gore qui votent à Saint-André sans en avoir le droit, ainsi qu'à l'aide de la violence (Dubois, 1937 :65). Mais Globensky et Brown se retirent des élections et les deux députés patriotes sortants sont réélus.

Le 27 novembre 1837, soit quelques jours après les batailles de Saint-Charles et de Saint-Denis, Globensky reçoit l'ordre de former un groupe de soixante volontaires et de les commander. Ces volontaires sont recrutés parmi les notables et les marchands de Saint-Eustache. Le 14 décembre 1837, au moment de la bataille de Saint-Eustache, le rôle des volontaires de Globensky est de barrer la route aux fuyards sur la rivière des Mille-Iles et d'encercler le village. Le 15 décembre 1837, Colborne nomme Globensky commandant. Globensky est alors chargé de maintenir l'ordre à Saint-Eustache après le départ des troupes anglaises vers le village de Saint-Benoît.

Le 4 novembre 1838, l'armée anglaise fait de nouveau appel à Globensky. Ce dernier se voit confiée la tâche de lever un groupe de volontaires afin de combattre l'insurrection des Frères chasseurs. Le 12 septembre 1845, Globensky met fin à sa carrière dans la milice avec le titre de lieutenant-colonel. Dans les années 1860, il a de nouveau offert ses services au gouvernement suite à l'affaire du Trent et devant la menace d'une invasion fénienne (Gagnon; 1977 : 352-353).

Globensky meurt le 16 juin 1866 à Saint-Eustache à l'âge de 74 ans et deux mois, à la suite d'une maladie de quelques semaines. On dit qu'il a gardé l'ardeur militaire de sa jeunesse jusqu'à sa mort. On remarque Globensky pour sa bravoure, son entrain, pour la grande estime que ses miliciens lui portaient et sa grande bonté (La Minerve, 23 juin 1866).

Marie-France Rochon

DUBOIS, Abbé Émile, Le Feu de la Rivière-du-Chêne, Étude historique sur le mouvement insurrectionnel de 1837 au nord de Montréal, Saint-Jérôme, 1937, 333 pages.; GAGNON, Jean-Pierre, DBC volume IX ( 1861-1870), PUL et UTP, sous la direction de Francess G. Halpenny et Jean Hamelin, 1977, 1057 pages.; GLOBENSKY, Yvon, Histoire de la Famille Globenksy, Éditions du Fleuve, collection Généalogie.; ROCHON, Paul, 1837 : La petite histoire des Patriotes, Québec,Les Éditions du Taureau, 1987, 278 pages.

Père :Auguste-France Globensky, mère :Marie-Françoise Brousseau

-Épouse :Élizabeth Lemaire et Marie-Anne Panet

-Né le 15 avril 1793 à Verchères, décédé le 16 juin 1866 à St-Eustache.

-Profession :militaire

-Bibliographie :La Gazette de Québec, 18 déc. 1837 ; La Minerve,23 juin 1866 ; C.A.M. Globensky,à St-Eustache,Québec,1883.

Globensky est de la guerre de 1812 contre les États-Unis et participe aux batailles de Chateauguay, de Lacolle et de Ormstown. En 1813, il obtient le grade de second-lieutenant et accède au rang de premier- lieutenant en 1815 une fois la guerre terminée. En 1826, il devient capitaine dans le premier bataillon de milice du comté d'York, Bas-Canada.

Le 27 novembre 1837, après les batailles de St. Denis et de Saint-Charles, Globensky est chargé d'organiser un groupe de 60 volontaires. Lorsque, le 14 décembre 1837, les soldats britanniques tirent sur les Patriotes de Saint-Eustache, la troupe de Globensky barre la route aux fuyards. Le lendemain, Globensky est chargé de maintenir l'ordre à Saint-Eustache pendant que les troupes se déplacent vers St.Benoît.

L'aide de Globensky est fort appréciée puisque le 4 novembre 1838, il est chargé d'organiser un autre groupe de volontaires, s'opposant à l'insurrection des Frères Chasseurs. Il termine officiellement sa carrière le 12 septembre, 1845 dans la milice du Bas-Canada comme lieutenant-colonel, mais il est toujours prêt à combattre. Il offre à deux reprises ses services au gouvernement dans les années 1860 lorsqu'on craint un conflit armé avec la République Américaine.

Quelques années après sa mort, on se souvient de son rôle durant le conflit à Saint-Eustache. Son fils, Charles-Auguste-Maximilien Globensky, candidat aux élections de 1875, voyait là une arme que n'hésiteraient pas à utiliser ses adversaires nationalistes. Charles-Auguste tente donc de défendre la mémoire de son père dans un ouvrage intituléà Saint-Eustache, ouvrage qui reproduit une série de documents historiques, en particulier le journal du curé de Saint-Eustache, Jacques Paquin.

 


Chercher dans les ouvrages consacrés aux patriotes.





Consulté 4953 fois depuis le 20 mai 2000

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca