• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques

Liens directs


 

 


Recevez chez vous toutes les nouveautés à propos de la Journée nationale des patriotes


 

 

Dans les titres seulement

 

Dans tout le texte

Les Patriotes de 1837@1838 - AUBIN, NAPOLÉON (1812-1890)
 BIOGRAPHIE  Partager      
AUBIN, NAPOLÉON (1812-1890)
Article diffusé depuis le 20 mai 2000
 




Nom du père : Pierre-Louis-Charles Aubin (potier)- Nom de la mère : Élisabeth Escuyer - Épouse : Marie-Luce-Émilie Sauvageau

Date et lieu de naissance : Le 9 novembre 1812 à Chêne-Bougeries près de Genève(Suisse)

Date et lieu de décès : Le 12 juin 1890 à Montréal

Professions : Journaliste, éditeur, homme de théâtre et de sciences

Fonction lors des rébellions : Journaliste

Bibliographie: -Beaulien et J. Hamelin, Journaux du Québec ; Bernard, Les Rouges ; Jean-Paul Tremblay Aimé-Nicolas dit Napoléon Aubin, sa vie et son oeuvre (Thèse de PH.D., univ. Laval, 1965) ; À la recherche de Napoléon Aubin (Québec, 1969).

Natif de la Suisse, Napoléon Aubin est orienté, de par son milieu natal, vers une idéologie progressiste pour son temps. Dès son arrivée au Bas-Canada en 1834, Aubin adresse des articles à La Minerve où il se dit favorable au Parti patriote. Toutefois, durant les Rébellions de 1837-1838, il considère que les chefs patriotes vont un peu trop loin. Il voit en Papineau, un tyran, un lâche qui envoie le pays sur une pente très dangereuse. Aubin observe minutieusement les faits et gestes de Lord Durham et il se demande si ce dernier travaille vraiment ou s'il ne donne que des bals au château du gouverneur. Néanmoins, Aubin juge que Lord Durham a beaucoup de sympathie pour les Canadiens-Français.

Selon les marchands de la colonie, la dette du Haut-Canada doit être partagée entre le Haut et le Bas-Canada. Les nationalistes du Bas-Canada refusent et Aubin se fait leur porte-parole. Il observe l'ascension de Louis-Hippolyte Lafontaine et s'en méfie. C'est à ce moment qu'il tente de réhabiliter Papineau. Pourtant ce dernier était sa cible préférée avant les Rébellions de 1837-1838. Lorsque Aubin apprend la démission de Lafontaine, on peut dire qu'il n'est pas déçu de cette nouvelle. Les idées d'Aubin ressemblent à celles des Rouges avec qui il a une abondante correspondance.

Par la suite, Aubin réussit à très bien s'entendre avec Papineau et c'est même avec son appui qu'il quitte Le Canadien pour fonder, en 1849, Le Canadien indépendant. Lors de la Confédération de 1867, dur coup à ses yeux, Aubin considère que la nouvelle constitution ne fera qu'accentuer la minorité des Canadiens français dans ce nouveau pays. Il juge qu'une annexion aux États-Unis pourrait être préférable. Les jeunes libéraux des années 1840 lui doivent une partie de leur inspiration. À ses obsèques, de grandes personnalités diplomatiques canadiennes françaises, qui ont eu un grand impact lors des rébellions, comme Papineau, viennent lui rendre un dernier hommage.

Sans crainte, Aubin a écrit ce qu'il pense, osé critiquer et faire connaître au peuple les vrais grands enjeux sociaux et politiques. Napoléon Aubin est un grand journaliste, direct, audacieux et toujours prêt à affronter n'importe quel politicien.

Steeve Belley

Napoléon Aubin

(Suisse, 1812 - Montréal, 1890) Poète, conteur et essayiste, Napoléon Aubin immigre aux États-Unis en 1830. Il séjourne à New York pendant cinq ans. Dès 1834, il se fait connaître au Canada sous le nom de " l'Observateur étranger " en publiant au journal La Minerve des articles sur la situation du Canada. Il émigre à Montréal en 1935 et collabore à La Minerve et à L'Ami du peuple. Il s'installe ensuite à Québec, devient courriériste parlementaire et se lie avec Philippe Aubert de Gaspé fils. Il fonde en 1837 le journal bilingue Le Télégraphe, qui ne dure que trois mois, puis Le Fantasque qui paraît jusqu'en 1849. Il y publie ses plus importants textes. Il est emprisonné en 1839 pour avoir dédié l'un de ses poèmes aux éxilés des Bermudes. Napoléon Aubin devient le directeur du Canadien en 1849 et du Pays en 1868. Il fonde d'autres journaux dont La Tribune en 1863. Il s'installe à Montréal en 1866 où il continuera ses combats politiques jusqu'à sa mort. Napoléon Aubin a participé à la fondation de la Société canadienne d'études littéraires et scientifiques. Il est élu président de l'Institut canadien de Montréal en 1869. Ses poèmes sont dans la mouvance des romantiques, mais également teintés d'un grand humour. KS

 


Chercher dans les ouvrages consacrés aux patriotes.





Consulté 4091 fois depuis le 20 mai 2000

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca