• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques

Liens directs


 

 


Recevez chez vous toutes les nouveautés à propos de la Journée nationale des patriotes


 

 

Dans les titres seulement

 

Dans tout le texte

Les Patriotes de 1837@1838 - <i>CÉRÉMONIAL FUNÈBRE SUR LE CORPS DE JEAN OLIVIER CHÉNIER.</i> Une analyse de la pièce de Jean-Robert Rémillard
 BIBLIOGRAPHIE  Partager      
CÉRÉMONIAL FUNÈBRE SUR LE CORPS DE JEAN OLIVIER CHÉNIER. Une analyse de la pièce de Jean-Robert Rémillard
Article diffusé depuis le 20 mai 2000
 




Publié aux éditions Leméac, dans la collection théâtre canadien, en 1974, Cérémonial funèbre sur le corps de Jean-Olivier Chénier s'inscrit dans la vague de l'effervescence du théâtre patriotique de ces dernières années (Hamel, 1975:185), qui retient comme toile de fond historique la rébellion de 1837. Son auteur, Jean-Robert Rémillard, poète et dramaturge est né à Montréal en 1928. Des études complétées au collège St-Jean et à l'université de Montréal (1948) lui valent les titres de maître et de docteur en lettres françaises. Pendant plusieurs années, il enseigne dans les collèges, le français, les sciences naturelles et l'histoire. Vivre sur une ferme, essayer d'y être heureux et d'y écrire (Rémillard,1979:142), c'est le choix de vie qu'il fait et qu'il réalise dès 1950, aux côtés de son épouse, dans les Deux-Montagnes. En 1968, il fonde et prend la direction de l'option théâtre au collège Lionel-Groulx. En homme engagé, il s'implique dans la cause de l'indépendance nationale et dans le syndicalisme. L'écrivain crée une trentaine de pièces de théâtre, quatre à cinq recueils de poèmes et une dizaine de nouvelles (Hamel,Hare,Wycynski,1989:1140), en plus de collaborer à certains périodiques. De ses écrits, seuls Sonnets Archaïques en poésie (1966) et Cérémonial funèbre sur le corps de Jean-Olivier Chénier en théatre (1974) sont publiés. Le Cérémonial de Rémillard a été conçu pour des élèves de 3e année, option théâtre au collège Lionel-Groulx. Ce drame mis en scène par l'auteur lui-même est joué le 10 mai 1974. Un regard contemporain posé sur les évènements du 14 décembre 1837, remet à l'actualité la tragique bataille de St-Eustache où, pour défendre la liberté et l'amour de son pays, expression empruntée à Grignon et Giroux (1987:78), le docteur Jean-Olivier Chénier, chef patriote, trouve la mort. Lors d'une veillée funèbre imaginée par Rémillard, le héros de St-Eustache meurt et revit l'instant d'une fiction au milieu des interrogations de l'époque au sujet d'une " plausible " profanation de son corps par les soldats britanniques. Selon Godin et Mailhot (1980:36),le Cérémonial n'a d'autre but que de célébrer la mémoire et la présence de Chénier.

Ce 14 décembre, ce 14 décembre! C'était le 14 décembre 1837 clame le choeur au début du Cérémonial. Les personnages sont conviés. À se souvenir, par le récit, de la défaite des Patriotes à St-Eustache, autour du corps de celui qui était à tous ceux qui l'aimaient (Rémillard,1974:25) ou le détestaient. Dans un décor suggéré comme celui de l'auberge Addison, où repose la dépouille de Chénier dans la salle du bar, six interprètes se partagent la réplique des 17 personnages de la pièce. Le caractère rituel souhaité par l'auteur nécessite la présence de quatre thuriféraires. Le découpage en 18 stations assure la succession des dialogues qui se disputent le présent et les " flash back " du passé. Ce sont moins les événements survenus peu avant la mort de Chénier, le centre de la pièce, que cette mort qui s'explique à la lumière de ces événements: discours de Chénier, scènes familiales, sermon du curé Paquin dénonçant la rébellion, récit de la bataille de St-Eustache, réactions des personnages en présence du corps de Chénier (Leblanc,1987:117). Dans l'oeuvre de Rémillard,la rébellion selon Hamel (1975:85) est relatée par petites touches adroites où se jouent tous les intérêts des diverses puissances en cause: l'église, la milice, l'armée régulière, les volontaires, les bureaucrates et les règlements de comptes personnels. Atmosphère, date, lieu, événement, principaux participants... À la station " A ", aucun détail n'est négligé dans le récit du chœur qui emprunte à l'histoire des éléments pour raconter. Quant aux personnages du Cérémonial, ils incarnent les hommes et les femmes qui ont côtoyé " historiquement " Chénier. Lorsque Rémillard se penche sur Chénier, il en trace l'un des portraits les mieux équilibrés de notre histoire (Hamel,1975:185). L'intrigue, avant tout politique, s'inspire de la " tradition " perpétuée à travers les récits historiques du temps concernant le sort réservé à la dépouille de Chénier, après la bataille de St-Eustache. Son origine appartient à Félix Payriard, patriote peu connu, de St-Eustache. À l'exemple des discussions suscitées autrefois, Rémillard ébranle la sérénité de ses personnages qui cherchent aussi à savoir: Que lui ont-ils fait? Pourquoi est-il hachuré comme ça? (Rémillard, 1974 :85) Un corps ouvert, un coeur à découvert... Autopsie? Profanation? Dans les années 1883-1884, puis en 1952-1953, le souvenir de Chénier subsiste dans les débats historiques autour des thèses de Maximilien Globensky et Laurent-Olivier David, reprises par la Revue de l'Université Laval ( Bernard Dufebvre, Robert-Lionel Séguin ). Certains historiens retiennent la pratique de l'autopsie pour expliquer les marques sur le cadavre de Chénier. Selon Elionor Kyte Senior (1997:193) cette manière de faire n'a rien d'inusité à la mort d'un chef d'une insurrection. Il faut en effet, s'assurer de l'identité des chefs et de la cause de leur mort. D'autres, comme Séguin et David, persistent à croire que le corps de Chénier a été outrage. Selon Godin et Mailhot (1980:35) un " cérémonial " pour Rémillard, c'est la lente transformation d'une défaite immédiate en victoire future, profonde, permanente. Si l'auteur donne de Chénier l'image d'une dépouille lamentable, d'un rêve effondré, piétiné (Rémillard,1974:25), c'est pour mieux faire revivre son esprit au sein d'un peuple qui se bat toujours pour la survivance de sa " race " et pour son indépendance.

Emilie Visconti

Dictionnaire des oeuvres littéraires du Québec 1970-1975, Québec, Fides,1987, p.116-117.; GODIN, Jean-Cléo. et MAILHOT, Laurent. Théâtre québécois II, nouveaux auteurs, autres spectacles, Québec, Hurtubise HMH, 1980, 247 pages.; GRIGNON, Claude-Henri et GIROUX, André. Le vécu à Saint-Eustache de 1683-1972, Québec, Éditions Corporations des fêtes de Saint-Eustache 1987, 1987,111 pages. ; HAMEL, Réginal, HARE, John et WYCYNSKI, Paul. Dictionnaire des auteurs des langues française en Amérique du Nord, Québec, Fides, 1989: 1139-1140.; Livres et auteurs Québécois 1974, revue critique de l'année littéraire, Québec, Presses universitaires de Laval,1975: 184-185.; RÉMILLARD, Jean-Robert. Cérémonial funèbre dur le corps de Jean-Olivier Chénier, Québec,Leméac, coll. théâtre canadien,1974,121 pages.; SENIOR, Élinor Kyte. Les habits rouges et les Patriotes, Québec, Vlb Éditeur, 1997, 310 pages.; UNION DES ÉCRIVAINS QUÉBÉCOIS, Petit dictionnaire des écrivains, Québec, 1979, 175 p.

 


Chercher dans les ouvrages consacrés aux patriotes.





Consulté 6581 fois depuis le 20 mai 2000
 Une amie  (27 août 2010)
Adieu, Jean-Robert. Bonne route dans l'autre versant de la réalité.
 Une amie  (27 août 2010)
Adieu, Jean-Robert. Bonne route dans l'autre versant de la réalité.
 un de tes anciens élèves  (15 février 2009)
Rémillard, mon prof, mon directeur, mon guide. J'ai grandi sous sa direction à l'école de théâtre. Je l'ai admiré et l'admire toujours. Merci d'avoir fait de moi un homme accompli.
 [Nom]  (7 octobre 2008)
Jean Robert est un grand homme de théâtre en plus d'être un auteur sensible à la réalité de nos origines québecoises et du combat sans fin pour protéger notre identité.

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca