• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques

Liens directs


 

 


Recevez chez vous toutes les nouveautés à propos de la Journée nationale des patriotes


 

 

Dans les titres seulement

 

Dans tout le texte

Les Patriotes de 1837@1838 - <I>Une de perdue, deux de trouvée!.. Une analyse du roman de Boucher de Boucherville
 BIBLIOGRAPHIE  Partager      
Une de perdue, deux de trouvée!.. Une analyse du roman de Boucher de Boucherville
Article diffusé depuis le 20 mai 2000
 




Georges Boucher de Boucherville (1815-1898) est l'auteur du roman de fiction : Une de perdue, deux de trouvées. À l'âge de 22 ans il est un membre actif des Fils de la Liberté. C'est un avocat, futur héritier du domaine de Boucherville que détient son père. Il est fidèle à Papineau jusqu'à son arrestation à Montréal le 16 novembre 1837 pour haute trahison. Cet homme est un fin manipulateur et plus tard, pour s'assurer une carrière politique, il qualifiera sa conduite lors des rébellions d'erreur de jeunesse. Bien qu'arrêté, il est rapidement libéré à cause de l'influence de son père, le seigneur de Boucherville. Par contre, il doit s'exiler chez une cousine de la Louisiane, non pas sans avoir passé quelque temps avec les Frères chasseurs qu'il va trahir.

Il est de retour à Montréal en 1846 et reprend sa carrière d'avocat, même s'il n'aime pas cela. En 1849, il publie les premiers chapitres de son roman et se révèle un excellent chroniqueur. En 1867, il est nommé premier lieutenant général du Québec.

Ce que l'on comprend au travers le héros de son roman Pierre St-Luc c'est qu'il ne veut pas d'ennui. C'est en fait une narration d'événement pouvant s'être produits, ou pas, autour des années 1830. Au niveau des rébellions, l'auteur traite du sujet en amenant son personnage à Montréal, dans la vallée du Richelieu et à Québec lors des troubles. En résumé, cette œuvre est l'histoire d'un jeune pirate héritier d'un homme qui, en fait, est son père. Pierre St-Luc part à la recherche de sa mère et la retrouve au Québec en 1837. Le héros se retrouve malgré lui toujours où il y a un point fort de rébellion, même celle des esclaves au É-U. Les rébellions du Bas-Canada sont mises en arrière plan pour bien démontrer que le personnage ne veut pas s'y impliquer. Cela montre à quel point l'auteur était au courant des faits et gestes de chacun puisque certaines scènes sont inscrites dans le détail de ce qui pourrait s'être passé.

Plusieurs scènes de ce roman font référence à des événement patriotes comme la rencontre avec un soldat lorsque le héros va à St-Denis la veille même des troubles. Sur son chemin il croise un soldat britannique qui essaie de rejoindre ses troupes. Cette " fiction " n'est pas sans rappeler l'épisode du lieutenant George Weir qui devait : " ...à tout prix rejoindre son régiment. Il voulait surtout livrer les dépêches qu'il portait. " (Rébellion, 1997: 86). Même description du soldat, à la même place, la même journée.

Dans le roman, St-Luc est invité à une soirée chez le gouverneur Gosford. Dans les faits lord Gosford donnait souvent des soirées pour savoir où en était les Patriotes : " Les canadiens français se firent plus nombreux aux bals et aux réceptions officielles, et c'était eux que sont excellence recherchait pour ses entretiens particulier... " ( Rébellions, 1997 :56). À Saint-Denis, St-Luc rencontre Nelson, le chef des Patriotes, en réalité Nelson se trouvait bien à l'endroit décrit le soir décrit et tenait les mêmes propos.

Cette œuvre a été réalisée après la confession de l'auteur à propos de son implication lors des troubles. Les troubles de 1837-1838 ne pouvaient être traité autrement qu'en arrière plan dans le récit et son héros ne pouvait pas s'impliquer dans les rébellions, puisque celles-ci, selon l'auteur, furent une erreur. Georges Boucher de Boucherville ne pouvait pas se permettre de contredire ses " amis " conservateurs.

Joan Chartier

BOUCHER de BOUCHERVILLE, Georges, Une de perdue, deux de trouvée, Montréal, éditions Hurtubise HMH,ltée, 1973.; SCHULL, Joseph,Rébéllion, Montréal, éditions Québec Amérique inc.,1997; BERNARD, Jean-Paul, Les Rébéllions de 1837-1838, Montréal, Boréal Express,1983.

 


Chercher dans les ouvrages consacrés aux patriotes.





Consulté 5926 fois depuis le 20 mai 2000
 Roger  (17 mars 2020)
J'ai une version beaucoup plus vieille de ce livre. Il est un peu magané mais je crois qu'il date de ses débuts. Imprimé en Belgique.
 Joan Chartier  (23 janvier 2007)
C`est toute une surprise de découvrir, par hasard, mon texte sur internet. Évidemment je ne le coterai pas. Par contre, si c`est possible, j`aimerais savoir ce que les gens en pensent. Merci !!!
 dude  (6 novembre 2005)
yo, g besoin d`un esti de biographie pas un résumer du livre colis!

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca