• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques

Liens directs


 

 


Recevez chez vous toutes les nouveautés à propos de la Journée nationale des patriotes


 

 

Dans les titres seulement

 

Dans tout le texte

Les Patriotes de 1837@1838 - <I>1837: The Farmer's Revolt.</I> Analyse de la pièce de Rick Salutin
 BIBLIOGRAPHIE  Partager      
1837: The Farmer's Revolt. Analyse de la pièce de Rick Salutin
Article diffusé depuis le 20 mai 2000
 




Rick Salutin, est né en 1952 à Toronto. Il obtint un baccalauréat ès art en études du Proche-Orient et Juive à l'Université Brandeis au Massachuchetts, une maîtrise ès art en religion à l'Université de Colombie de New-York et travailla sur un doctorat en philosophie à "School for Social Rechearch" à New-York. Il pensait devenir un Rabbin, mais comme il ne trouva pas ce qu'il cherchait dans la religion, il se tourne vers un autre champs qu'il l'attirait: l'art (Benson & Toye 1997: 543).

Rick Salutin commença sa carrière d'écrivain en publiant des articles dans des magazines comme The Magazine où il publiait une rubrique: The culture Vulture pour la quelle il reçu le National Newspaper Awards en 1982 et 1984 (Benson & Toye 1997: 543). De plus, il a écrit et publié des pièces de théâtre et deux livres. Sa pièce la plus connue est Les Canadiens (1977).

La pièce concerné dans cette article est sa première qui fut publiée: 1837: The farmers' revolt (1976). Cette pièce contient deux actes qui nous brossent un tableau des réalités vécues par la population du Haut-Canada en 1837 et 1938. Pour ce faire, l'auteur met en scène 23 situations de la vie courante des habitants de la colonie anglaise. Dans le premier acte Salutin tente de faire ressentir ce qu'était la vie d'un colon du Haut-Canada. Tout d'abord, il présente les pauvres fermiers voulant des terres qui sont victimes de la tyrannie de la classe dominante. Il montre à quel point c'était dur de s'établir au Canada. Par la suite, Il présente le Family Compact et le despotisme qui y règne Il image l'insensibilité et l'arrogance de la classe dominante par la scène: The lady in the coach. On fait ensuite connaissance avec le gouverneur Sir Francis Bond Head de manière assez ironique. Il dépeint ensuite la violence et l'injustice des élections de 1836 (marquées par la défaite des Réformistes). En outre, l'auteur raconte les péripéties d'un Canadien qui découvre le libéralisme américain et revient dans son pays pour y propager la bonne nouvelle. Enfin, il symbolise la nouvelle idéologie de la classe dominée par le ventriloque qui enlève sa main dans la tête de sa marionnette pour constater quelle a le pouvoir de se diriger elle-même. Le rideau tombe.

Le deuxième acte se concentre sur les rebellions. Des discours sur les droits à la démocratie et l'indépendance, on nous transporte à la prise d'armes des courageux fermiers jusqu'à la répression, les pendaisons en passant par la chasse aux rebelles (Salutin, 1976:205-264).

Salutin divise la population du Haut-Canada en deux: le Family Compact qui dirige la colonie et les pauvres fermiers victimes de la tyrannie de la classe dominante. Il présente les rébellions comme un chemin vers l'indépendance et la démocratie. Il met l'accent sur la dureté de la vie des fermiers en l'opposant à la vie trop aisée du Family Compact.

À travers sa pièce, Rick Salutin décrit la réalité des rébellions de 1837-1838. Il décrit un univers fictif pour nous raconter la bataille de la taverne Montgommery à Toronto au mois de décembre 1837 (Salutin, 1976: 126-135). De plus, il reprend la perte des élections de 1836 De Mackenzie ( Salutin,1976: 82). Bref, il a pris les événements marquants des rébellions et a construit un univers fictif tout autour afin d'imprimer sa perception des faits.

Dans 1837: The farmers' revolt, Salutin démontre clairement sa sympathie envers les rebelles (Benson & Toye, 1997: 1032). Par sa vision populiste, il donne une voix aux revendications sociales (Benson & Toye, 1997: 1032). Pour ce faire, il a travaillé avec le théâtre Passe Muraille: une organisation populaire qui a comme but de faire connaître le théâtre à la population en le rendant accessible à tous (Benson & Toye, 1989:543).

Rick Salutin voulait dépeindre avec réalisme le vie des gens du peuple, ce qu'il a fait dans 1837: The farmers' revolt. Il leur a donné une voix pour critiquer les institutions de l'époque.

Linda Marcotte

Benson,E., Toye, W., The Oxford companion to canadian litterature second edition, Toronto, Oxford, New York, Oxford UniversityPress, 1997, 1199p.; Benson,E., Colonolly,L.W., The Oxford companion to canadian theatre, Toronto, Oxford, New York, Oxford UniversityPress, 1989, 662p.; Salutin, rick et Theatre Passe Muraille, 1837: William Lyon Mackenzie and the Canadian revolution, Toronto, J. Lorimier, 1976, 264p.

 


Chercher dans les ouvrages consacrés aux patriotes.





Consulté 2846 fois depuis le 20 mai 2000

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca