• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques

Liens directs


 

 


Recevez chez vous toutes les nouveautés à propos de la Journée nationale des patriotes


 

 

Dans les titres

 

Dans tout le texte

Les Patriotes de 1837@1838 - Du plus profond de l'oubli. Six années sur la trace de Robert Nelson par Rémy Charest. 24 avril 1999
 HISTORIOGRAPHIE  Partager      
Du plus profond de l'oubli. Six années sur la trace de Robert Nelson par Rémy Charest. 24 avril 1999
Article diffusé depuis le 20 mai 2000
 




Robert Nelson, le médecin rebelle

Mary Soderstrom

Hexagone

Montréal, 1999, 348 pages

A l'heure où le film de Michel Brault sur les soulèvements de 1837-38 vient de prendre l'affiche, à l'heure où l'on apprend que l'inénarrable Pierre Falardeau va finalement pouvoir réaliser son pamphlet patriote à lui, l'histoire des Patriotes nage en plein mythe, en plein manichéisme. Brault n'y échappe pas, Pierre Falardeau s'en délectera avec son absence habituelle de nuances: les Patriotes de 1837-38 étaient de pauvres et justes francophones catholiques opprimés, faisant face à de méchants Anglais à longues dents ne désirant que les assimiler et les voir disparaître.

C'est donc fort à propos qu'est arrivé, il y a quelques semaines, le livre de Mary Soderstrom, Robert Nelson, le médecin rebelle. En retraçant la vie et l'oeuvre de Robert Nelson, médecin d'origine bien britannique à qui revint l'honneur, en 1838, de déclarer l'indépendance de ce qui est aujourd'hui le Québec, l'ouvrage rappelle à juste titre que le conflit de 1837, s'il comportait un aspect linguistique et culturel, était plutôt un conflit entre colonie et métropole à propos des droits démocratiques, de l'autonomie de la colonie et de la responsabilité gouvernementale. En 1837, bien des Canadiens sont restés loyaux à la couronne britannique et bien des citoyens de langue anglaise se sont ralliés aux rebelles, comme l'auteure le rappelait d'ailleurs dans une lettre au Devoir publiée dans la page Idées du 26 mars.

La mise à l'avant-plan de l'opposition Anglais-Français dans la vision historique des événements de 1837-38 est plutôt, rappelle encore Soderstrom, une déformation du XXe siècle et en particulier, une extension de la mythologie felquiste, le patriote à tuque, à pipe et à mousquet étant devenu le symbole bien connu du FLQ. L'histoire s'écrit au présent au point parfois d'occulter les réalités passées qui ne s'accordent pas avec la démonstration désirée.

Oublié de l'histoire

Si Mary Soderstrom a passé six ans sur la trace de Robert Nelson, c'est parce qu'elle possède une affection louable pour les oubliés de l'histoire. Elle aurait pu se tourner vers le frère de Robert, Wolfred Nelson - on se rappelle quand même, dans la mythologie patriote, que ce dernier fut le héros de la bataille de Saint-Denis, seule victoire militaire des Patriotes; mais elle visait avant tout à tirer de l'oubli l'auteur d'une déclaration d'indépendance très en avance sur son temps, qui réclamait le suffrage universel et le scrutin par vote secret, la liberté de presse, la séparation de l'Eglise et de l'Etat, l'éducation publique, les procès avec jury, les pleins droits de citoyenneté pour les Indiens, etc. "L'homme qui [la] signa, en tant que président provisoire de la république, mérite d'être mieux connu", écrit avec raison Mary Soderstrom.

Pour arriver à ses fins, l'auteure a toutefois utilisé une forme pour le moins inhabituelle, celle d'une biographie romancée qui oscille entre l'exposé des faits historiques et la présentation de scènes romanesques inventées qui viennent donner vie à l'homme oublié. Le livre passe de bons moments à traiter de la médecine de l'époque (on y trouve une scène de chirurgie extrêmement réussie, qui enlève au lecteur toute envie de vivre avant l'invention de l'anesthésie et de l'asepsie) et de la vie personnelle de Nelson, ce qui crée un certain effet d'éparpillement plutôt qu'un dépaysement. Qui trop embrasse mal étreint? On s'en voudrait un peu de résumer par un tel cliché les qualités d'un ouvrage qui travaille aussi fort à combattre un cliché persistant de l'histoire du Québec et du Canada.

Robert Nelson, le médecin rebelle

Montréal, novembre 1837. Des hommes viennent arrêter le docteur Robert Nelson pour l'écrouer. Pourtant, le médecin et chirurgien n'a rien à se reprocher. Il a sauvé la vie d'une foule de malades, souvent des indiens. Il a organisé des mesures d'hygiène publique pendant les grandes épidémies de choléra. Il a été conseiller municipal et député. Il a milité pour l'égalité des droits, certes, mais est-ce suffisant pour emprisonner un homme?

Au loin, des villages brûlent: les Patriotes affrontent l'armée britannique. Si Nelson arrive à s'évader, où ira-t-il? Et sa famille ... ? Prendre le maquis ne lui suffit pas: il veut relancer l'insurrection et proclamer la république. Arrivera-t-il à mobiliser les Frères-Chasseurs, un mouvement clandestin qui pourrait sauver ce projet révolutionnaire? Fruit de six ans de recherches, cette biographie romanesque libère Robert Nelson de la prison de l'oubli. Elle nous révèle un médecin rebelle, avec ses passions, ses amours et sa fidélité aux idéaux de liberté et d'égalité.

D'origine écossaise, née aux États-Unis, Mary Soderstrom habite Montréal depuis trente ans. Elle a déjà publié deux romans, un recueil de nouvelles et un album pour enfants. Elle est aussi présidente des Amis de la bibliothèque d'Outremont.

 


Chercher dans les ouvrages consacrés aux patriotes.





Consulté 3663 fois depuis le 20 mai 2000

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca