• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques

Liens directs


 

 


Recevez chez vous toutes les nouveautés à propos de la Journée nationale des patriotes


 

 

Les Patriotes de 1837@1838 - Description de la magnifique fresque du c閞amiste Jean Cartier la station Papineau (Montr閍l)
 ANALYSE 
     
Description de la magnifique fresque du c閞amiste Jean Cartier la station Papineau (Montr閍l)
Article diffus depuis le 14 mars 2011
 




 




Cette fresque est l挏uvre du c閞amiste Jean Cartier et se trouve la station Papineau du m閠ro de Montr閍l, inaugur閑 le 14 octobre 1966. La fresque a 閠 retir en 2009, puis r閕nstall閑 et restaur閑 en janvier 2011.  Il s'agit d'une oeuvre magnifique et imposante, toute l'honneur du c閘鑒re homme politique, Louis-Joseph Papineau (1786-1871).

 

De Papineau, Cartier fait le choix de n'illustrer que la lutte men閑 par les patriotes de 1837.

 

Sur le mur du fond, le panneau central qu抩n voit ici comm閙ore Louis-Joseph Papineau, tandis que sur les parois lat閞ales du tunnel, deux fresques constituent un r閏it des 関閚ements de la r閎ellion de 1837.

1) Cette partie de la fresque 関oque les grades dans la hi閞archie militaire des Fr鑢es chasseurs. Sous les ordres d抲n 玜igle, 閝uivalent de brigadier g閚閞al, on retrouvent deux castors ou capitaines, commandant chacun cinq raquettes ou caporaux (ici six), commandant eux-m阭es chacun neuf Chasseurs ou simples soldats.

2) Aigle de la libert, en frontispice de la 獶閏laration aux jeunes gens de l扐m閞ique, adopt閑 par l扐ssociation des Fils de la Libert Montr閍l le 4 octobre 1837.

3) Colonne de la Libert 閞ig閑 Saint-Charles le 23 octobre 1837 lors de l扐ssembl閑 des Six-Comt閟 et sur laquelle 閠ait inscrit 1837, Papineau ses compatriotes reconnaissants.

4) Louis-Joseph Papineau dans la pose classique du tribun indiquant au peuple la voie suivre. Apparemment une adaptation libre du 玃apineau l扐ssembl閑 de Saint-Charles de Charles William Jefferys, Archives nationales du Canada, Ottawa (C-073725)

5) Groupe de paysans canadiens acclamant leur chef et brandissant diverses banni鑢es, dont le drapeau dit de Saint-Eustache, orn d抲ne branche d掗rable et d抲n Maskinong.

Les 閘閙ents 6, 7, 8 et 9 illustrent des lieux de m閙oire consacr閟 aux Patriotes et int間r閟 une carte du sud du Qu閎ec.

6) Le Manoir de la seigneurie de la Petite-Nation (Montebello, sur l扥utaouais) que Papineau fait construire entre 1848 et 1850 et o il d閏鑔e en 1871.

7) Le village de Saint-Eustache, ravag lors de la bataille du 14 d閏embre 1837. On distingue l掗glise, construite entre 1780 et 1783 et class閑 MONUMENT historique en 1970, et le MONUMENT Ch閚ier, une st鑜e en granit orn閑 d'un bas-relief en bronze l'effigie de Jean-Olivier Ch閚ier et plac devant l掗glise.

8) Au centre-ville de Montr閍l, c魌 de l抋ncienne prison du Pied-du-Courant, le MONUMENT aux Patriotes, 獿a Libert aux ailes bris閑s, une 渦vre d扐lfred Lalibert 閞ig閑 en 1926 et 関oquant la lutte parlementaire (Papineau), la lutte militaire (Nelson) et le sacrifice des Patriotes morts sur l掗chafaud (DeLorimier).

9) On indique ici l抏mplacement des villages de Saint-Denis et de Saint-Charles. Clairement une erreur s抏st gliss閑 puisque les deux villages sont plac閟 sur la rive occidentale du Richelieu et dans leur ordre inverse du nord au sud. On reconna顃 en effet dans le haut le MONUMENT aux Patriotes de Saint-Charles, 閞ig en 1937 et marqu de la mention 1837-1937, Gloire aux patriotes; Assembl閑 des Six-Comt閟, et dans le bas le MONUMENT la victoire de Saint-Denis, 閞ig en 1913 et o il est inscrit 獺onneur aux Patriotes



 

 

1) Cette premi鑢e sc鑞e sur le panneau Ouest montre des bourgeois anglais (notez la pr閟ence de l扷nion Jack) semblant exploiter les paysans. V阾us la mode de 1880 et non celle de 1830, ces bourgeois repr閟entent bien l抋rch閠ype du bourgeois dodu et 間o飐te. L抋rtiste veut montrer que l抩rigine de la crise est bien sociale et tire sa source d抲ne r閜artition in間ale des richesses.
2) Cette sc鑞e est moins claire et semble illustrer l抋lliance entre le paysan et l抩uvrier ou, pourquoi pas, de l扞rlandais avec le Canadiens fran鏰is.

Plus probablement, elle repr閟ente la r閡nion de jeunes patriotes au sein de l'Association des Fils de la Libert, cr殚e en ao鹴 1837.

3) Cet affrontement avec un soldat anglais autour du mot D蒄ENSE semble illustrer les crises de 1832 quand les journalistes Ludger Duvernay et Daniel Tracey furent injustement emprisonn閟 et qu抲ne 閘ection partielle Montr閍l se solde par la mort de trois patriotes tu閟 par l抋rm閑.
4) Repr閟entation du premier banquet de la Saint-Jean-Baptiste Montr閍l, le 24 juin 1834.
5) Placardage des 92 R閟olutions. On est donc l抙iver de 1834, en principe avant la sc鑞e pr閏閐ente. Il n抷 a pas eu de placardage des r閟olutions ailleurs que dans le Journal des d閎ats et sur la p閠ition envoy閑 Londres. Cette repr閟entation semble tenir la fois de la fameuse image repr閟entant Martin Luther affichant ses 95 th鑣es d閚on鏰nt la ventes des Indulgences, et la fois du dessin bien connu de Henri Julien repr閟entant le patriote Jules-Napol閛n Duschenois arrachant la d閏laration Gosford du 15 juin 1837.
6) Clairement il s抋git d抲ne assembl閑 patriote, ici Saint-Benoit dont on reconnait l掗glise au fond et rapport par un dessin du notaire Jean-Joseph Girouard. On reconnait d抋illeurs au premier plan le drapeau de Saint-Eustache si caract閞istique. C抏st la seconde utilisation de ce drapeau dans l挏uvre de Cartier. En revanche le drapeau tricolore dit de Saint-Charles n抷 apparait nulle part.
7) Papineau l扐ssembl閑 des Six-Comt閟, Saint-Charles le 23 octobre 1837. On reconna顃 l抋rri鑢e la colonne de la Libert, 間alement illustr閑 dans le panneau central, ainsi que la rivi鑢e Richelieu l抋rri鑢e.
8) La bataille entre les membres du Doric Club et les Fils de la Libert, Montr閍l le 6 novembre 1837. On reconnait l抋rri鑢e les deux tours de l掗glise Notre-Dame.
9) La victoire de Saint-Denis du 23 novembre 1837 dont on reconnait vaguement l掗glise l抋rri鑢e. L抋rm閑 anglaise est clairement en fuite mais l抋rtiste fait curieusement le choix de placer les protagonistes sur deux rives diff閞entes du Richelieu.



Habilement mise en sc鑞e, l挏uvre de Cartier pr閟ente sur chacun des c魌閟 de la passerelle les deux c魌閟 de la m閐aille de la r閎ellion de 1837. D抋bord les victoires sur le panneau Ouest, puis les d閒aites sur le panneau Est.

 

1) D閒aite de Saint-Charles du 25 novembre 1837. Le paysage illustr est trop vallonn. L抋rtiste perp閠ue ainsi l抏rreur d抲n autre c閘鑒re artiste, Charles Beauclerk, qui illustre aussi la bataille de Saint-Charles entour閑 de collines.
2) Rencontre de Jean-Olivier Ch閚ier et Amury Girod avec des autochtones de l抙abitation d扥ka dans le comt de Deux-Montagnes, le 4 novembre 1837. Les autochtones refusent alors de c閐er leurs armes aux Patriotes.
3) Sc鑞e de destruction de la part de l抋rm閑 anglaise. S抜l faut respecter la logique chronologique, il doit s抋gir de la d関astation du village de Saint-Denis, visit par l抋rm閑 anglaise le 2 d閏embre, dix jours apr鑣 la d閒aite du colonel Gore devant les patriotes de Wolfred Nelson.
4) Mouvements de l抋rm閑 anglaise vers le comt de Deux-Montagnes.
5) Les troupes anglaises affrontent les patriotes sur la rivi鑢e des Mille-蝜es gel閑 devant le village de Saint-Eustache. Cartier reprend ici l挏uvre de Charles Beauclerck qui a aussi illustr la bataille du 14 d閏embre 1837.
6) Les patriotes offrent leur reddition aux troupes anglaises. Cette sc鑞e a pu se produire bien des endroits, notamment Saint-Benoit le 15 d閏embre, ce qui n抋 toutefois pas emp阠h l抋rm閑 de bruler tout le village.
7) Lecture d抲ne proclamation qui semble bien accueillie. Sans doute la proclamation de lord Durham, du 14 juin 1838 qui d閏lare l抋mnistie de tous les prisonniers sauf huit exil閟 aux Bermudes.
8) Dans une fin assez brusque mais pr関isible, l抋rtiste imagine une sc鑞e de r閏onciliation entre un soldat anglais et un patriote. C抏st l faire une part bien mince pour la ranc渦r qui demeure et, surtout, compl鑤ement laisser sous silence le nouveau soul鑦ement qui explose l抋utomne de 1838 et men par des patriotes exil閟 aux 蓆ats-Unis.

Gilles Laporte


 

 


Recherche parmi 15772 individus impliqu閟 dans les r閎ellions de 1837-1838.

 



Consult 10418 fois depuis le 14 mars 2011
 Solange Maheu  (15 avril 2011)
Je n'ai jamais vu cette fresque. Je vais m'empresser d'aller la station Papineau. Merci M. Laporte d'en avoir fait la description. C'est tr鑣 int閞essant. Bravo l'artiste qui a cr閑 cette 渦vre magnigique.

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca