• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques

Liens directs


 

 


Recevez chez vous toutes les nouveautés à propos de la Journée nationale des patriotes


 

 

Dans les titres

 

Dans tout le texte

Les Patriotes de 1837@1838 - 25 ans au service des Patriotes et du Patrimoine, un compte-rendu de Gilles Rhéaume.
 HISTORIOGRAPHIE 
     
25 ans au service des Patriotes et du Patrimoine, un compte-rendu de Gilles Rhéaume.
Article diffusé depuis le 25 octobre 2004
 




Société d’histoire des Riche-Lieux, 25 ans au service des Patriotes et du Patrimoine, Éditions Histoire Québec, Saint-Denis-sur-Richelieu, 2003, 362 pages.

S’il est un exemple d’œuvre de militants québécois, ayant remarquablement contribué à la conscientisation populaire de l’importance d’un fait historique et de ses traces patrimoniales, dans la construction de la mémoire collective et de l’imaginaire social,  c’est bien ce qui se passe, chaque année, depuis des décennies, le troisième dimanche de novembre, sur les bords de la Rivière Richelieu alors que sont célébrés les faits et gestes des Patriotes de 1817-1838, ces indépendantistes du «Siècle des nationalités».  Dans ce recueil, abondamment illustré et truffé de documents de divers types, c’est le parcours d’une œuvre nationale parmi les plus fécondes du Canada-Français et du Québec qui est raconté ;  c’est l’évolution de l’attachement de tout un peuple envers des héros qui furent pendant trop longtemps les mal-aimés, les moutons noirs, les dégradés de l’histoire qui est rappelée.  L’histoire de l’histoire des Patriotes n’est pas encore faite.  Il y aurait place pour des dizaines de volumes uniquement sur la censure qui a caché les Patriotes pendant plus d’un siècle… Avec cette publication, la Société d’histoire des Riche-Lieux, rend un service immense à la collectivité ainsi qu’aux chercheurs et aux étudiants qui ont toujours besoin de données factuelles et de sources solides pour effectuer leurs travaux.  Aujourd’hui l’imagerie des Patriotes, leur drapeau, le tricolore canadien, qui est aussi le drapeau de la SSJB-M, font partie du paysage symbolique de tout un peuple comme le vieux Patriote avec son mousquet que l’on trouve partout.  Les responsables de cette publication ont dépouillé moult pièces d’archives afin de présenter un ensemble aussi cohérent et aussi signifiant.  Ainsi, il est désormais aisé de retracer tous les jalons de l’histoire de ces rencontres populaires et militantes.

 

C’est au tout début des années soixante du XXième siècle que des citoyens ont initié ce pèlerinage annuel.  C’est à un groupe de membres et militants du RIN (Rassemblement pour l’indépendance nationale), fondé en 1960, par Marcel Chaput et André D’Allemagne, puis, par la suite dirigé par Pierre Bourgault, que nous devons l’idée de ce projet de saluer, de rendre hommage aux femmes et aux hommes de 37-38.  Ils n’étaient qu’une poignée, il est vrai, mais leur courage, leur ténacité et leur détermination ont été à la source d’une tradition nouvelle, à la source d’un véritable mémorial.  Jusqu’en 1978, les gens du milieu furent peu nombreux à s’associer à l’organisation et à la réalisation de ces célébrations, les Patriotes de 1837-1838 étant encore considérés comme des individus gênants...  Depuis désormais un quart de siècle, les gens du Richelieu, en collaboration et en concertation avec des militants québécois issus d’associations vouées à perpétuer la mémoire et l’œuvre des Patriotes ainsi que des sociétés nationales, notamment la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, fondée par Ludger Duvernay, député patriote et grand diffuseur, par ses journaux, des idées de liberté et d’indépendance, honorent ces héros de 37-38.  C’est la relation de cette œuvre d’éducation populaire que ce recueil immortalise en publiant des textes, des articles de presse, des prises de position et des données innombrables sur le déroulement des festivités, et ce, année après année de 1978 à 2003.

 

Ce volume est instructif par la somme et la qualité des renseignements qu’il contient et qui deviennent ainsi accessibles.  Incroyable tout ce qu’on peut y trouver depuis le nom et la photo des hommes et des femmes politiques qui se sont succédé autour du monument qui orne le parc de Saint-Denis-sur-Richelieu.  Il y en a trop pour que nous puissions les nommer ici.  Des députés, des ministres et un Premier ministre, Bernard Landry, ont été des habitués, des assidus de ces rencontres patriotiques.  D’autres personnalités publiques ont aussi été associées à cet effort annuel de mémoire et de reconnaissance.  Le plus important toutefois c’est la participation du public qui chaque année se fait un point d’honneur d’être présent sur les bords du Richelieu ;  ils furent des milliers et des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants à venir se recueillir et à honorer de leur présence les Patriotes d’antan.

 

Les pièces que les responsables de cette publication rendent publiques en disent beaucoup sur l’histoire du rapport entre les Québécois d’aujourd’hui et leur passé historique.  En colligeant, des procès-verbaux, des programmes-souvenirs, des chants, des poèmes, des photos, des coupures de presse, des rapports, la Société des Riche-Lieux garde vivante,

dynamique notre mémoire collective.

 

C’est donc sans réserve aucune que nous recommandons ce volume.  Celles et ceux qui se passionnent pour l’histoire autant que les chercheurs et les étudiants trouveront dans ce recueil remarquablement bien construit une foule de renseignements sur ces cérémonies annuelles du Mois des Patriotes, le mois de novembre.

 

En documentant une tradition toujours vivante, les auteurs de ce bouquin ont aussi contribué à faire mieux comprendre, à cerner davantage l’évolution de la perception populaire et politique, sociale et culturelle d’un des faits les plus marquants de notre patrie québécoise.  Les Patriotes de 1837-1838 ont été l’objet de sanctions ecclésiastiques sévères qui ont été levées, par l’Assemblée des évêques du Québec, dans les années quatre-vingt,  il y a à peine vingt ans.  Aujourd’hui, ces Patriotes ont leur place partout.  La littérature et le cinéma, comme le théâtre et le monde de la chanson honorent le courage de ces indépendantistes avant la lettre.  Une grande partie de cette estime renouvelée et actualisée est due à la fidélité et à la consistance de ces braves organisateurs qui n’ont compté ni leur temps, ni leurs énergies pour que chaque année, à la fin de novembre, les Québécois se souviennent de ces héros.  Bravo et merci à la Société des Riche-Lieux pour l’excellence de cette publication qui devrait se retrouver dans toutes les bibliothèques tant les privées que les publiques.

Gilles Rhéaume

 


Chercher dans les ouvrages consacrés aux patriotes.





Consulté 4584 fois depuis le 25 octobre 2004
   (27 mars 2005)
Jean-Jacques Lefebvre lefebvrejj@yahoo.com Bravo!
   (27 mars 2005)
Jean-Jacques Lefebvre lefebvrejj@yahoo.com

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca