• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques

Liens directs


 

 


Recevez chez vous toutes les nouveautés à propos de la Journée nationale des patriotes


 

 

Les Patriotes de 1837@1838 - Lettre de Papineau sa femme ( A P Q P - B : 2 1 ) (Copie manuscrite par Augustine Bourassa.) 1828 L. J. Papineau. Qu閎ec Mercredi A sa femme. (Rue Bonsecours) Montr閍l 10 D閏.
 CORRESPONDANCE 
     
Lettre de Papineau sa femme ( A P Q P - B : 2 1 ) (Copie manuscrite par Augustine Bourassa.) 1828 L. J. Papineau. Qu閎ec Mercredi A sa femme. (Rue Bonsecours) Montr閍l 10 D閏.
Article diffus depuis le 28-mars-04
 




Ma ch鑢e amie, J'ai 閠 passer la journ閑 de dimanche avec le vieux Mr. Neilson au Cap-Rouge. J'aurais voulu le d閏ider accepter la mission d'aller en Angleterre comme agent. Lui seul peut r閡nir tous les suffrages et sauver au pays l'humiliation de se voir dans l'embarras et h閟itant profiter d'un si grand avantage et sollicit depuis si longtems. Il est ent阾 comme une mule et dit qu'il n'ira pas parce qu'il ne le croit 255 pas n閏essaire. Qu'il nous suffit d'y nommer Mr Labouch鑢e, qu'il n'y a rien craindre, ni des intrigues du Comte Dalhousie, ni de celles de ses cr閍tures qui sont dans le pays. et que si nous apprenions qu'il y aurait du danger, il faudrait des requ阾es du peuple et l'envoi d'une seule personne; et que, s'il ne s'en trouvait pas d'autres qui, dans ce cas. y voudraient aller, il irait encore une fois. Je lui dis que le pays, avec raison, veut que ce soit quelqu'un parfaitement maitre et instruit de l'閠at de la province et de toutes les souffrances qu'elle a endur閑s. Qu'ayant 閠 deux fois 閘u par le peuple, en cette qualit, la Chambre ne peut pas jeter les yeux sur d'autres que sur lui. Qu'autrement, elle ne prouverait pas cette 閠roite union de sentimens qui doit subsister entre elle et ses constituans. Demain jeudi, les repr閟entans, ses amis, argueraient leur tout avec lui pour lui faire entrer ces v閞it閟 dans le cerveau. J'閏ris de mercredi soir parce que demain je m鑞e Me. Plamondon, s'il fait beau Lorette voir Mr. Descheneau. Elle le doit par reconnaissance pour le bien qu'il leur a fait peut-阾re m阭e a-t-elle quelqu'esp閞ance raisonnable qu'il pourra lui faire, ou Rosalie, quelqu'autre avantage. Labrie te rapportera une circonstance qui laisse croire que les neveux craignent quelque chose de semblable puisque pour pr関enir le vieux Cr閟us, ils paraissent lui avoir souffl dans l'oreille qu'il y aurait noces chez elle avant l'ann閑 du deuil finie et qu'il demandait si c'閠ait la m鑢e ou la fille qui allait 閜ouser. Il n'y avait pas l'ombre de motifs d閎iter ce conte si ce n'est l'int閞阾. Mr. Samuel Waller, fils, 閠ant arriv hier, j'ai fait agir le comit qui doit examiner l'閠at des bureaux pour lui faire d閏larer la n閏essit d'avoir un traducteur anglais avec les m阭es appointemens de deux cents louis que ci-devant et, aujourd'hui je l'ai recommand la Chambre par qui il a 閠 unanimement agr殚. Il pourra devenir pour sa famille un appui et un support qui ne la laissera pas du moins souffrir autant par la perte d閜lorable qu'elle a faite. qu'elle eut souffert si je n'avais pu, avec la Chambre, venir son secours. C'est une consolation au milieu des chagrins que m'a souvent donn閟 la difficult閟 de notre situation que de pouvoir quelquefois faire un peu de bien. Hier, il y a eu dans le Conseil les plus violens d閎ats sur la proposition d'abolir leurs r鑗les relativement aux Bills d'appropriation. Le Juge en Chef et Richardson ont eu l'insolence de reprocher Mr. Debartzch sa pr閟ence dans les assembl閑s nocturnes du Comit Constitutionnel. Il a fait de violens reproches, les a r閐uits au silence, et malgr toutes les intrigues de ses personnages pour conserver ces r鑗les, ils se sont trouv閟 dans la minorit de huit contre neuf. Ils ont bien fait de se trouver en minorit, car aujourd'hui nous les aurions punis en abrogeant une de nos r鑗les par laquelle nous leur permettons d'introduire des Bills, o il y a des amendes d'impos閑s, ce qu'ils n'ont pas strictement parlant le droit de faire, et ce qui r閐uirait n閍nt leurs fonctions l間islatives ou peu s'en faut nous les guettons sans les provoquer ni les craindre. Ils ne nous ferons pas une sottise que nous ne la leur rendions avec usure. Vendredi, ils vont s'essayer contre le rapport du Comit des Communes sur les affaires du Canada. S'ils ne font que se compromettre, nous n'en ferons que rire, mais s'ils nous veulent attaquer ainsi soit. Hier. Mr. Bourdages a lu la requ阾e de Mr. Neilson qui, si elle est prouv閑, comme il y a lieu de le croire, fl閠rira jamais maitre James Stuart. Aujourd'hui. Mr. Gugy, avocat, fils d'un conseiller L間islatif, a pr閟ent contre le Juge Kerr la requ阾e la plus vive que j'ai jamais vue. Peut-阾re le ressentiment d'injures re鐄es y perce-t-il trop d閏ouvert, mais en m阭e tems, il d閚once des abus publics si graves et fait si fortement sentir les inconv閚iens r閟ultant de cette odieuse r閡nion des pouvoirs judiciaires du Banc du Roi et de l'Amiraut avec ceux de membre des conseils L間islatif et Ex閏utif qu'il plonge tous les Juges dans un grand embarras, sur le tout, les affaires marchent bien partout, et le tableau de tant de d閟ordres reproch閟 doit mettre le Gouverneur en garde si ce ne va pas jusqu' le d閏ourager, jusqu' pr閟ent il est n閍nmoins de tr鑣 bonne humeur et la conservera, j'esp鑢e, pendant une longue et utile Session. Adieu, ma bonne amie, plus les occupations seront multipli閑s et mieux ce sera pour me distraire de l'ennui que j'ai d'阾re 閘oign de toi et de nos chers enfans. Tu auras 閠 voir avec eux Mr. Waller et lui auras dit combien son deuil m'en a caus. Embrasse bien serr閟 mes deux grands gar鏾ns et mes deux petites filles, mon cher p鑢e et ta bonne maman. Mes saluts et amiti閟 aux amis. Sans que je t'en dise rien tu devines que tes parens et amis te saluent. Dis Labrie que les prises de Calomel et jalap qu'il a donn閑s ta tante ont occasionn l'enflure des gencives dont elle souffre que le Docteur Blanchet la purge demain et qu'elle ne fera pas usage, sans doute de sa recette Ton bon ami et fid鑜e 閜oux. L.-J. PAPINEAU Lee sera 閘u. Qu'importe, apr鑣 tout, o il est mal engueul mais le temps n'est plus ou il pourrait faire du mal.

 

Recherche parmi 15772 individus impliqu閟 dans les r閎ellions de 1837-1838.

 



Consult 1945 fois depuis le 28-mars-04

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca