• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques

Liens directs


 

 


Recevez chez vous toutes les nouveautés à propos de la Journée nationale des patriotes


 

 

Les Patriotes de 1837@1838 - 1837 sur Internet : Nouveau m閐ia, vieille histoire
 DEBAT 
     
1837 sur Internet : Nouveau m閐ia, vieille histoire
Article diffus depuis le 09-juin-2002
 


Version 閏ourt閑 d'un article devant para顃re dans le Bulletin d'histoire politique l'automne 2002.

Par Gilles Laporte et David Milot

Qu'est-ce qui caract閞ise la repr閟entation des R閎ellions de 1837-1838 sur Internet ? Elle est r閠rograde. Qu'est-ce qui explique par ailleurs l'abondance de sites portant sur ce th鑝e ? Sa capacit se pr阾er la r閏up閞ation politique. Quelle est la valeur de ce qu'on retrouve ? Elle est faible, mais ce contenu est au moins accessible et gratuit. Pour mieux r閜ondre ces questions et surtout pour justifier ces r閜onses lapidaires (et pour l'instant simplistes), nous poserons d'abord une s閞ie de constats qui doivent selon nous 阾re pris en compte propos de la production en histoire du Qu閎ec sur Internet. Nous serons alors m阭e de v閞ifier ces constats travers une exploration sommaire des sites portant, de pr鑣 ou de loin, sur les R閎ellions de 1837-1838.

I. LES CONSTATS

Le premier constat est l'effet que, plac閑s au c渦r tant axiomatique que chronologique de l'histoire du Qu閎ec, les R閎ellions sur le Web, compte tenu du d閟ordre taxonomique qui caract閞ise encore la toile, sont g閚閞alement confondues avec des sites dont la port閑 embrasse toute l'histoire du Qu閎ec et du Canada. Par cons閝uent, ce qu'on constatera propos du traitement des R閎ellions, se v閞ifie g閚閞alement propos d'autres th閙atiques, si on exclut la dimension plus sp閏ifiquement 玭ationaliste de ces 関閚ements.

Le second constat est qu'Internet se comporte propos des R閎ellions, comme en bien d'autres mati鑢es, comme un m閐ia de masse, l'instar de la t閘関ision ou des magazines. Disons qu'on table sur des concepts et une prose simples et accessibles, qu'on privil間ie les dimensions spectaculaires, comme le militaire et la r閜ression par exemple, qu'on insiste sur le factuel aux d閜ens de l'analyse et qu'on fait surtout ressortir les aspects li閟 la conjoncture contemporaine changeante: anniversaires, d閎at sur la souverainet ou sortie d'un film de Pierre Falardeau sur les patriotes par exemple. En revanche, la production historique sur le Web demeure l'apanage d'artisans isol閟 et soucieux de leur ind閜endance, contrairement aux mass m閐ia, contr鬺閟 par les ma顃res de la mise en march id閛logique. Signalons aussi, comme nous le verrons plus loin, que ce trait traduit autant la 玠emande, telle qu'elle s'exprime par les requ阾es des internautes, que 玪'offre telle qu'elle se manifeste travers le contenu des sites consacr閟 au th鑝e des R閎ellions.

Les recherches s閞ieuses en histoire du Qu閎ec sur Internet stagnent et souffrent en particulier du peu de communications entre ses artisans et d抲n manque de consid閞ation des bailleurs de fonds pour ce nouveau m閐ium. Dans un article paru dans ces pages en 1997 et portant le titre 閘oquent de 獿a m閙oire du Qu閎ec sur Internet: tout reste faire, nous faisions d閖 mention du peu de coh閟ion dont souffrait l'閠ude de l'histoire du Qu閎ec sur le Web. Bien s鹯, tous conviendront du remarquable rattrapage r閍lis depuis. Cependant, la croissance globale d'Internet est telle que la pr閟ence de l'histoire du Qu閎ec semble en fait 閜rouver du mal suivre le rythme. Pis encore, l'閠ude de l'histoire du Qu閎ec en g閚閞al et des R閎ellions en particulier demeure plus que jamais li閑 des initiatives isol閑s, souvent individuelles, courageuses certes, mais marqu閑s par l'amateurisme et le sous-financement.

En 1997 nous pouvions 閏rire qu'Internet sied mal aux communaut閟 dont l'identit, comme le Qu閎ec, d閏oule surtout d'un enracinement g閛graphique et historique. Un 玴euple par exemple. Ce constat ne s'av鑢e cependant plus. Quiconque consulte le Web la recherche de sites sur la culture et l'histoire du Qu閎ec trouvera un nombre impressionnant de liens des sites, g閚閞alement d'un militantisme fervent. Les souverainistes qu閎閏ois en particulier puisent abondamment dans l'histoire, qu'on pense par exemple au m間a-site Vigileou l抋nneau souverainiste, initiative int閞essante de pages personnelles regroup閑s autour d'une pr閛ccupation commune. Tout semble d閙ontrer que, face au danger de l'関anouissement des communaut閟 g閛graphiques dans le cyberespace, les chevaliers de la soci閠 distincte aient fait en sorte d'occuper fermement l'espace virtuel afin de constituer une vitrine privil間i閑 de l'identit qu閎閏oise et de sa lutte pour l'affirmation culturelle. L'histoire en sort-elle cependant mieux servie ?

Cinqui鑝ement, si nous pouvions affirmer en 1997 la pr閜ond閞ance des grandes institutions f閐閞ales dans le champ de l'histoire du Qu閎ec, ce constat doit aussi 阾re r関is. Bien s鹯, les sites de Parcs Canada (Lieux historiques nationaux) ou de la Biblioth鑡ue nationale du Canada demeurent des 玦ncontournables, mais, pour l'essentiel, les contenus en ligne portant sur l抙istoire du Qu閎ec sont d閟ormais surtout diffus閟 par une myriade de petits sites personnels, concoct閟 par des professeurs ou des amateurs d'histoire, qui rivalisent d閟ormais au sortir des engins de recherche Google et Yahoo! avec ceux des institutions officielles et leur disputent hardiment les internautes.

Le sixi鑝e constat est la singuli鑢e absence sur la toile des historiens 玠e m閠ier, le r鑗ne peu pr鑣 intact du papier sur les bits au sein des universit閟 et des instituts de recherche et une foi tremp閑 pour des technologies ferm閑s comme les c閐閞oms, les serveurs institutionnels verrouill閟 ou intranet. On peut m阭e parler de recul certains 間ards depuis 1997, tant est notable la stagnation de la plupart des sites des universitaires, des groupes de recherche, des 閐iteurs et des instituts ou d閜artements d'histoire. Des sites, ne nous y trompons pas, que les internautes fr閝uentent d'ailleurs de moins en moins. Un simple regard sur la toile permet de constater que les sites produits par des professeurs d'histoire de niveau secondaire ou coll間ial valent en g閚閞al bien plus le d閠our que ceux produits par les universitaires. Tour d'ivoire ? Corporatisme ? Paresse ? 耮e moyen des chercheurs universitaires? Peu importe, c'est quand m阭e cette incurie des universitaires qu'il faut imputer notre dernier constat propos de la 玞ouverture de l'histoire du Qu閎ec et des R閎ellions de 1837-1838 sur Internet.

Ce dernier constat nous porte conclure que le contenu en ligne portant sur les R閎ellions s'av鑢e en g閚閞al l'渦vre d'auteurs amateurs, s'inscrivant peu ou pas du tout dans les d閎ats historiographiques actuels. G閚閞alement 玧uste et de 玵ualit榛, le mat閞iel en ligne traduit le plus souvent une vision simpliste de ces 関閚ements. Le contenu des sites francophones traitant des patriotes charrie en g閚閞al une vision strictement nationale du conflit et demeure ax sur les faits d'armes, ainsi que sur la filiation des R閎ellions l'int閞ieur du long processus de r閟istance du peuple qu閎閏ois. On cherchera en vain sur le Web les traces de recherches vraiment novatrices ou de v閞itables forums qui puissent relayer les d閎ats qui occupent pr閟entement l'historiographie, au contraire. Ironiquement, le plus high-tech des moyens de communication charrie le plus souvent propos des R閎ellions de 1837-1838 des probl閙atiques d閎attues durant les ann閑s 1950 et 1960. On se retrouve en g閚閞al en plein Lionel Groulx ou, au mieux, dans le monde de Maurice S間uin. Du c魌 anglophone, c'est peu pr鑣 le m阭e ph閚om鑞e qu'on remarque. Les quelques sites en anglais portant sur la R閎ellion dans le Haut-Canada, de m阭e que le contenu produit par les institutions f閐閞ales, v閔iculent en g閚閞al des id閑s rappelant la Whig Interpretation; o les rebelles jouent le r鬺e de 玞hampions de la libert榛, pr閏urseurs du gouvernement responsable. On dirait le monde de Frank Underhill ou, au mieux, de Geb Martin.

II. Les R閎ellions sur Internet, une histoire populaire

Ces constats nous permettent imm閐iatement d'induire une premi鑢e r閜onse l'une de nos questions de d閜art. Qu'est-ce qui explique que les R閎ellions tr鬾ent litt閞alement au milieu des contenus portant sur l'histoire du Qu閎ec sur la toile ? Notre recension, qui s'est 閠endue sur environ deux mois durant l'hiver de 2002 nous a en effet permis de retracer au bas mot 98 sites Web abordant de pr鑣 ou de loin cette th閙atique. En explorant les sites concern閟, on voit rapidement poindre les ressorts de cette popularit.

1. La probl閙atique des R閎ellions, telle qu'illustr閑 par la plupart des sites, pr閟ente de profondes ressemblances avec celle du Qu閎ec actuel. Les enjeux, les id閍ux, les int閞阾s, voire les acteurs eux-m阭es semblent analogues dans le Bas-Canada de 1837 et le Qu閎ec de 2002. Le site de la Soci閠 Saint-Jean-Baptiste de Montr閍l sugg鑢e ainsi que 玪a lutte des Patriotes exprime parfaitement la capacit du nationalisme qu閎閏ois associer l'affirmation d'une identit nationale et la reconnaissance des autres cultures. Ainsi instrument閟, les canons de 1837-1838 raisonnent avec un nouvel 閏lat. Peu d'autres 関閚ements de l'histoire du Qu閎ec nous ont sembl ce point r閏up閞閟 par l'actualit. ce titre, le cin閍ste Pierre Falardeau bat la marche et ses suivants, jeunes et issus des classes moyennes urbaines, sont nombreux sur la toile.

2. La dimension militaire de la crise qui suscite beaucoup d'int閞阾 et qui permet de placer les R閎ellions dans le volet de l'histoire militaire, domaine tr鑣 populaire sur Internet.

3. La diversit des dimensions associ閑s ces 関閚ements fait que les R閎ellions sont abord閑s, de mani鑢e transversale, par de nombreux sites. La plupart des champs en histoire du Qu閎ec croisent en effet, d'une mani鑢e ou d'une autre, la com鑤e rebelle, dont les ramifications s'閠endent aux champs du politique, du social et du culturel. On trouvera ainsi sur le Web de nombreuses pages comme 玣emmes et r閎ellions, 獻rlandais et r閎ellions ou m阭e 玹extile et r閎ellions. On croisera donc sur Internet de nombreuses informations sur ces 関閚ements, mais provenant de sites consacr閟 aux questions les plus diverses.

4. De la m阭e mani鑢e, la richesse lexicale des th鑝es apparent閟 aux R閎ellions accro顃 leur visibilit sur la toile. Cette particularit est d閠erminante, puisque la recherche par 玬ots-cl閟 est inh閞ente Internet. Ainsi, quiconque conna顃 un peu ces 関閚ements est en mesure de facilement op閞er une recherche partir de nombreuses expressions de recherche: 玆閎ellions, 1837-1838, 玴atriotes, 玃apineau, 玈aint-Eustache, 玈aint-Denis, 玀ackenzie ou 玠e Lorimier, etc.

5. Le grand nombre de participants ces 関閚ements, g閚閞alement bien identifi閟 et document閟. Ce trait suscite en particulier l'int閞阾 de l'imposant contingent de cyber-g閚閍logistes, soucieux de c閘閎rer le r鬺e d'un anc阾re parmi les acteurs,de m阭e que des promoteurs de l'histoire r間ionale d閟ireux, encore l, de faire ressortir le r鬺e de leur communaut dans le cadre d'関閚ements 玤lorieux.

6. Enfin, convenons-en, l'imposante iconographie des R閎ellions pensons aux lithographies de Charles Beauclerk ou aux dessins de Jean-Joseph Girouard ou de Henri Julien - peut avoir encourag les webmestres diffuser des pages attrayantes et riches en images fortes tir閑s de l'univers graphique des Patriotes.

leur mani鑢e, les analogies entre Internet et un m閐ia de masse, ainsi que le d閟istement des historiens universitaires ont aussi jou en faveur de la prolif閞ation de sites sur les R閎ellions, en tant qu'閜isode la fois 玸pectaculaire, 玴opulaire, motif et, donc, assimilable par la culture de masse mais, en m阭e temps, coup des d閎ats historiographiques et abandonn la passion des historiens bricoleurs.

C'est pourtant ce 玹ravers que nous entendions nous attaquer en lan鏰nt d鑣 1995 le tout premier site consacr aux R閎ellions de 1837-1838. Notre objectif essentiel 閠ait en effet de promptement am閚ager un carrefour o sp閏ialistes et amateurs pourraient 閏hanger propos de leurs m閠hodes et de leurs recherches. En somme, mesure qu'elle se manifeste, canaliser l掗nergie des chercheurs, plut魌 que de la voir se disperser dans des projets sans lendemain. Sept ans plus tard, on est m阭e de tirer des conclusions qui corroborent la plupart des constats formul閟 plus haut.

Disons d'abord que tr鑣 t魌 nous avons pu compter sur l'enthousiaste collaboration d'historiens amateurs, g閚閍logistes, chercheurs isol閟 ou 閠udiants. En revanche, aucun lien n'a pu 阾re 閠abli avec des historiens universitaires, sp閏ialistes du XIXe si鑓le qu閎閏ois ou avec des groupes de recherche int閞ess閟 cette p閞iode, ceux-l m阭e qui ont pourtant pour t鈉he de proposer des contenus pertinents et autoris閟. Ceux-ci continuent apparemment pr閒閞er publier dans des revues scientifiques au tirage exsangue, vraisemblablement parce qu'elles demeurent le seul forum reconnu par les bailleurs de fonds de la recherche universitaire.

Le site a par ailleurs rencontr un remarquable succ鑣 aupr鑣 du public internaute. Depuis 1999 seulement, plus de 121 000 internautes ont acc閐 au site et y sont rest閟 en moyenne 11 minutes. Ces internautes nous ont largement aussi t閙oign leur appr閏iation et disent en g閚閞al avoir trouv ce qu'ils y cherchaient. De nombreux moteurs de recherche permettent de s'y retrouver travers une documentation touffue et une petite routine, enserr閑 dans le robot de recherche, permet de situer les champs d'int閞阾 des visiteurs.

Expressions de recherche propos閑s dans le principal moteur de recherche du site Les Patriotes de 1837@1838, entre janvier et mai 2002

Mots-cl閟 Occurrences

Bataille de 75

Drapeau 64

De Lorimier 38

D閏laration d抜nd閜. 28

Anecdotes 25

Fils de la libert 24

Saint-Eustache 24

Ch閚ier 16

Nelson 13

Papineau 11

Autres mots-cl閟 2 232

Une autre routine nous a permis de v閞ifier, parmi les 1 244 articles du site, lesquels ont 閠 consult閟 le plus souvent.

Articles consult閟 le plus souvent sur le site Les Patriotes de 1837@1838

Article Consultations

CHRONOLOGIE des 関閚ements (1760-1840) 154

Les Fils de la libert 83

D閏laration d'ind閜endance (28 f関. 1838) 64

Les pendaisons du 15 f関rier 1839 39

Les c閘閎rations de la bataille de Saint-Denis (nov. 2001) 28

Autres consultations d'articles 2 844

Ces derni鑢es remarques propos de notre exp閞ience, ainsi que ces quelques chiffres, permettent leur tour de confirmer certains de nos constats de d閜art.

1) D'abord l'absence sur le Web d抙istoriens universitaires, m阭e quand leur concours est sollicit et souhaitable.

2) l'inverse, l'int閞阾 des historiens amateurs et du grand public pour cette th閙atique.

3) L'int閞阾 pour l'histoire militaire (bataille, Ch閚ier, Saint-Eustache).

4) Le lien qu'ont tendance 閠ablir les internautes entre les R閎ellions et les enjeux actuels de la soci閠 qu閎閏oise (d閏laration, ind閜endance, De Lorimier, c閘閎rations).

5) Enfin, le tr鑣 grand nombre de noms propres (1660) parmi les expressions de recherche traduit l'int閞阾 g閚閍logique et identitaire pour ces 関閚ements; le plus souvent afin de trouver parmi les acteurs de 37-38 un anc阾re ou un patronyme.

III. REVUE DES SITES

Deux ma顃res mots frapperont quiconque r閍lise une recherche sur le Web propos des R閎ellions : D蒘ORDRE et REDONDANCE. D閟ordre car la plupart des sites historiques ont une vocation g閚閞aliste et tentent de faire un peu de tout: pr閟enter des documents, offrir des biographies, r閟umer les faits historiques, interpr閠er le pass. Ces sites ont en outre g閚閞alement tendance d閎order la p閞iode des insurrections. Le r閟ultat est 関idemment in間al et un certain d閟ordre r鑗ne puisque la plupart ne tentent pas de proc閐er un d閜artage des champs d'expertise ou simplement de collaborer. La principale cons閝uence de ce d閟ordre est bien s鹯 l抜mpressionnante redondance d'un site l'autre. Non seulement se copient-ils l'occasion, mais, 閠ant donn que la description des faits est g閚閞alement succincte, on a droit, des dizaines de reprises, au r閏it de la bataille de Saint-Denis, mais tr鑣 rarement une analyse approfondie d'un ph閚om鑞e pr閏is. Ainsi, si on exclut notre propre site, on atteint peine quelques centaines de pages de contenu original, soit la taille d'un livre comme celui de G閞ard FILTEAU ou de Jean-Paul BERNARD. En revanche, l'interpr閠ation et le ton emprunt閟 peuvent beaucoup varier d'un site l'autre. Les m阭es informations de base 閠ant tant魌 pr閟ent閑s dans un cadre p閐agogique sombre et d閠ach, tant魌 servies dans une ambiance r関olutionnaire appelant patriotes et felquistes au Grand soir de la lib閞ation des peuples.

H閞os obscurs et oubli閟, vous mour鹴es ici dans la g閚閞euse et 玤rande illusion que votre sang vers par les armes lib閞erait votre peuple de son carcan colonial. Je vous appelle au nom de tous les miens entrer au panth閛n imaginaire de notre histoire [匽. Le conqu閞ant d'hier eut sans doute souhait que vos noms disparaissent jamais de nos m閙oires. Comme ses descendants d'aujourd'hui qui voient dans le moindre attachement nos racines, la moindre exaltation ou promotion de nos valeurs nationales, une menace ses pouvoirs dolosifs confort閟 par l'Acte d'Union de 1840, et le fort bien nomm Acte de l'Am閞ique du Nord 獴ritannique de 1867, ci-devant maquill sous le nom de Conf閐閞ation canadienne [匽. Il est le d閎ut, le commencement, la continuit et le renouvellement incessant de nos d閎oires et des avatars qui suivirent [匽.


Dans cette m閐iagraphie des sites consacr閟 aux R閎ellions, distinguons d'embl閑 les institutions gouvernementales qui tentent de proposer du mat閞iel autoris et valid par des professionnels. Disons d'une mani鑢e g閚閞ale que le mat閞iel original produit par ces institutions pour le Web n'est pas plus riche qu'ailleurs. On en est encore aux Archives nationales du Qu閎ec aux 玞apsules insipides et m阭e au quiz interactif. Comme si une pl閠hore de sites-maison ne s'en chargeaient pas d閖 ! En revanche, leur contribution est tout fait essentielle et pertinente quand elle consiste mettre la disposition du public et des chercheurs des sources manuscrites autrement accessibles qu'en archives ou dans quelques rares biblioth鑡ues. Il faut ici souligner l'effort remarquable r閍lis par la Biblioth鑡ue nationale du Qu閎ec qui a num閞is et rendu accessible sur le Web peu pr鑣 l'ensemble des ouvrages libres de droit de sa collection et donc une impressionnante collection de r閏its, d'閠udes et d'essais du XIXe si鑓le et absolument essentiels l'閠ude des R閎ellions. Au niveau de l抏nsemble du Canada, le site Notre m閙oire en ligne remplit le m阭e mandat de biblioth鑡ue num閞ique. Divis par collections, la plupart sont accessibles tous l抏xception des Publications officielles. Ce site a 閠 mis sur pied par l'Institut canadien de microreproductions historiques en partenariat entre autres avec Patrimoine canadien, la Biblioth鑡ue nationale du Canada, la Biblioth鑡ue nationale du Qu閎ec et l扷niversit Laval.

D'autres initiatives m閞itent d'阾re soulign閑s, comme la diffusion sur le site de l'Assembl閑 nationale du Dictionnaire des parlementaires du Qu閎ec, 1792-1992. Un fait ressort cependant. Ce qu'on trouvera de plus int閞essant sur Internet se r閟ume la reproduction de sources autrement disponibles sur papier; le profit du Web se limitant pour l'instant rendre disponible cette documentation.

La plus importante contribution originale du Web la recherche historique sur un sujet comme les R閎ellions se trouve du c魌 des sites g閚閍logiques. Les g閚閍logistes sont parmi les pionniers d'Internet et, juste en terme du nombre de sites, y occupent toujours une place pr閜ond閞ante. Les g閚閍logistes sont rarement per鐄s comme l抋vant-garde de la recherche historique. Ce sont pourtant eux qui ont le mieux su s抋pproprier et utiliser les technologies en ligne adapt閑s la m閠hode historique. La force de tels sites est leur tr鑣 grande coop閞ation - en terme d'閏hange d'informations et de r閟eau d'hyperliens les rivant les uns aux autres - et l'usage syst閙atique qu'ils font des banques de donn閑s relationnelles de type SQL, essentielles la recherche sur de gros corpus et partir de plusieurs crit鑢es de recherche. Le site Family Search est un incontournable. Mis sur pied par The Church of Jesus Christ of the Latter-day Saints (mormons), il propose des donn閑s g閚閍logiques pour plusieurs pays. Pour le Canada, on trouve des informations s鹯s peu pr鑣 toutes les familles recens閑s du XVIe si鑓le la fin du XIXe si鑓le. Au niveau r間ional et directement en lien avec les R閎ellions, on consultera le site de la Soci閠 de G閚閍logie de Saint-Eustache qui offre des ressources en ligne dont le recensement de 1831, des index de terriers et cadastres, des registres paroissiaux et de cimeti鑢es ainsi que le plan du village de Saint-Eustache en 1837. D抋utres sites sp閏ialis閟 se sont int閞ess閟 aux R閎ellions comme le site New France: Genealogy for descendants of the French colonists of North America qui pr閟ente la liste compl鑤e par ordre alphab閠ique des 1 058 prisonniers arr阾閟 de 1837 1840 au Bas-Canada.

Ces derni鑢es ann閑s ont en particulier vu l'explosion du nombre de sites port閑 p閐agogique relatifs l'histoire du Qu閎ec et des R閎ellions. Le plus souvent l挏uvre de professeurs de niveau secondaire et coll間ial, ces sites ont l'avantage de g閚閞alement bien organiser la mati鑢e en 玝locs ou 玬odules, quoique parfois d'une mani鑢e un peu trop didactique. Les professeurs qui souhaitent lancer leurs 閘鑦es dans la recherche historique sur le Web constateront donc que certains de leurs coll鑗ues ont d閖 confectionn pour eux une bonne douzaine de pages Web dont le contenu s'av鑢e en g閚閞al sobre et rigoureux. L'int閞阾 de ces sites s'arr阾e en g閚閞al l, puisque ces pages p閐agogiques, le plus souvent r閍lis閑s avec des ressources d閞isoires et m阭e les temps libres des professeurs responsables, ne satisferont ni le chercheur ni m阭e l'閠udiant s閞ieux. Mentionnons cependant une exception notable propos des R閎ellions, le travail original et approfondi de deux enseignants de niveau secondaire qui ont mont l抜mposant site De l'affrontement l'Union de 1840 et qui d閎orde largement le contenu g閚閞alement abord dans le programme d抙istoire du secondaire et coll間ial. Une des forces de ce site est son contenu original sur des sujets moins abord閟 par des sites g閚閞alistes. Pour le niveau coll間ial, voir en particulier Les R閎ellions des Patriotes de 1837-1838 qui est sp閏ialement con鐄 pour accompagner les 閘鑦es du cours d抙istoire du Qu閎ec et qui propose une CHRONOLOGIE, un lexique, des cartes, une bibliographie, des liens, des tests de r関ision de m阭e que des pr閟entations multim閐ia. L抜nterface est en outre attrayante et abondamment illustr閑.

Au sortir d'une requ阾e dans un engin de recherche avec les mots 玴atriotes ou 1837-1838, on voit pourtant appara顃re des centaines de r閒閞ences ! C'est que la plupart d'entre elles renvoient des sites plus ou moins li閟 des entreprises de biens et services, 閏oles ou m阭e 閝uipes sportives. Que ce soit un site touristique vantant une r間ion et 玸es glorieux patriotes, ou une auberge 玜yant appartenu un patriote, les ressorts publicitaires inh閞ents aux R閎ellions peuvent donner l'apparence de la profusion. Ces sites ne fournissent cependant que rarement des informations approfondies et leur teneur d閜asse rarement le niveau d'un manuel scolaire. M阭e des institutions publiques intimement li閑s au th鑝e des R閎ellions semblent s'関ertuer nous en dire le moins possible. Le site de la Maison nationale des Patriotes ou celui du Mus閑 de Saint-Eustache et de ses Patriotes nous entretiennent surtout de leurs heures d'ouverture et de leur programme p閐agogique. Le centre d抜nterpr閠ation d閐i aux patriotes qui pr閟ente le plus d抜nformations historiques sur son site Web demeure le Lieu historique national du Manoir-Papineau bien qu抜l se consacre surtout la p閞iode post-R閎ellions.

Un dernier pan important est constitu des sites consacr閟 faire la promotion d'une option politique, g閚閞alement la souverainet du Qu閎ec. Bien s鹯 il y a l beaucoup de raccourcis p閞illeux o la 玪utte des Patriotes est d'une mani鑢e tr鑣 intime associ閑 aux enjeux actuels de la soci閠 qu閎閏oise. L'usage syst閙atique du drapeau de Saint-Charles (vert-blanc-rouge) est presque devenu synonyme de nationalisme 玶adical gr鈉e au travail de ces z閘otes. De m阭e, le 玍ieux de '37, dessin de Henri Julien d'abord r閍lis pour 閙ailler un po鑝e de Louis Fr閏hette, est devenu, avec son mousquet bien dress, le symbole de l'accession la souverainet par le plus court chemin possible.

Reste que ces sites militants nous r閟ervent de belles surprises. Un des plus complets est certes 1837: Nos h閞os. Plusieurs aspects des R閎ellions sont abord閟, dont la description des combats, une liste des prisonniers et des exil閟 et des documents historiques entre autres. Mais la plus remarquable r閍lisation ce chapitre vient du collectif autour de Vigile. Clairement consacr faire la promotion de la souverainet, Vigile ne n間lige aucun chantier, y compris l'histoire, pour 閠ayer ses th鑣es. Le site de Vigile offre une abondante revue de presse sur les R閎ellions et permet l'閏hange de vues. Collaboration, d閎at, distribution large de toutes les sources recueillies et des recherches les plus avanc閑s, voil l'usage que les historiens de m閠ier devraient faire du Web. Des sites comme celui-ci ne b閚閒icient pourtant pas de ressources sp閏ifiques. Ils tirent simplement tout le potentiel qu'Internet offre. Reste esp閞er qu'un tel potentiel soit au plus t魌 utilis par ceux et celles qui pourraient en profiter pour diffuser avec la m阭e prodigalit un contenu objectif, la fine pointe des connaissances.

En conclusion, les historiens qui ne touchent pas Internet peuvent se rassurer ; on y trouve encore peu de contenus inaccessibles autrement. Qu'ils prennent cependant acte que cette vacuit leur est largement attribuable. Par cons閝uent, comme l'a montr l抏xemple de la t閘関ision au XX si鑓le, si Internet est abandonn閑 sans partage aux marchands et aux d閙agogues, les intellectuels qu閎閏ois auront manqu une nouvelle occasion de faire quelque chose de bien avec un m閐ia remarquable.
 

Recherche parmi 15772 individus impliqu閟 dans les r閎ellions de 1837-1838.

 



Consult 3066 fois depuis le 09-juin-200
 lefebvre louis albert  (21 octobre 2008)
nous habitons leurs maison et aimerions avoir de l information sur la famille Lefebvre a st remi de napierville

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca