• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques

Liens directs


 

 


Recevez chez vous toutes les nouveautés à propos de la Journée nationale des patriotes


 

 

Dans les titres

 

Dans tout le texte

Les Patriotes de 1837@1838 - John Ryan (1792-1863) capitaine, athée et patriote
 BIOGRAPHIE 
     
John Ryan (1792-1863) capitaine, athée et patriote
Article diffusé depuis le 18 avril 2017
 




Natif de Saint-Jean, Bas-Canada, John Ryan vient s’établir à Québec au tournant de l’année 1827 en raison de son emploi d’agent de vapeurs. Peu de temps après son arrivée dans la capitale, appelé à témoigner en Cour de justice, il refuse de prêter le serment religieux, considérant ses convictions. Inapte à défendre les intérêts de son employeur, « l’athée de Québec » est finalement remercié de ses services. Afin de rétablir ses droits civils, il adresse à la Chambre d’assemblée de nombreuses pétitions réclamant l’abolition du serment religieux en Cour de justice ainsi que la création d’un bureau de l’état civil pour l’enregistrement des naissances, décès et mariages. John Ryan fit également parler de lui pour son appui au Parti patriote. En janvier 1838, à la suite de la saisie de ses papiers à son domicile et d’un mandat d’arrêt lancé contre lui, John Ryan choisit de s’enfuir aux États-Unis. Surveillé par la police depuis un certain temps, Ryan avait permis la publication du Libéral à Québec en plus d’être l’agent en cette ville de journaux réformistes dont le Constitution de Toronto édité par le chef patriote du Haut-Canada William Lyon Mackenzie. Le 28 juin 1838, une ordonnance de lord Durham pourvoyant à la sûreté de la province du Bas-Canada condamne à la peine de mort seize patriotes accusés de haute trahison et ayant fui aux États-Unis si ceux-ci rentrent au pays sans avoir obtenu au préalable la permission ou le pardon du Gouverneur général. John Ryan et son fils aîné Jeremy Bentham Ryan, nommé par erreur John Ryan junior, figurent parmi les proscrits. De retour d’exil en 1841, John Ryan décide alors de s’attaquer au monopole de la navigation sur le Saint-Laurent. Quatre ans plus tard, il met sur pied la Ligne du Peuple, ligne de vapeurs indépendante entre Québec et Montréal, qui permet à ses concitoyens de voyager à meilleur prix.

José Doré

 


Chercher dans les ouvrages consacrés aux patriotes.





Consulté 418 fois depuis le 18 avril 2017

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca