• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques

Liens directs


 

 


Recevez chez vous toutes les nouveautés à propos de la Journée nationale des patriotes


 

 

Dans les titres

 

Dans tout le texte

Les Patriotes de 1837@1838 - 1827: la crise sous lord Dalhousie
 EVENEMENT  Partager      
1827: la crise sous lord Dalhousie
Article diffusé depuis le 2 janvier 2012
 




Un des premiers défis qui attend le gouverneur Dalhousie dès son arrivée dans la colonie en 1824 est de régler la question des subsides. Il fera alors face à Louis Joseph Papineau, chef du Parti canadien. Les deux hommes ne veulent pas de compromis. Lequel remportera ce qu'il est convenu d'appeler la guerre des subsides ? La querelle origine du fait que c'est à l'Assemblée à voter les sommes perçues dans la colonie et devant servir à l'entretien de l'administration.  Pris au milieu de difficulté financière, le gouvernement britannique demande à compter de 1818 que la Chambre vote en bloc les différents articles du budget pour la durée de rien de moins que la vie du souverain régnant (BRUNET, 1952 : 144). Prncipalement formée des membres du Parti canadien, la Chambre refuse d'ainsi voter le budget en bloc, souhaitant le voter point par point et pour un an seulement. Ce différend donnera lieu à un affrontement politique tant dans les journaux qu’à la Chambre. Papineau soutient notamment qu’aucune autre colonie britannique n’a eu à voter un budget dans de telles conditions. Pourquoi le Bas-Canada devrait-il le faire ?

Dans quelle autre colonie a-t-on formé d’aussi singulières prétentions? Dans les anciennes colonies anglaises, dans les îles à sucre et les autres dépendances britanniques, les revenus sont prélevés en vertu d’actes de courte durée. On a vu dans la Jamaïque l’assemblée reconnaître le mérite d’un gouverneur, et y être attaché [sic] au point de statuer que tels actes pour le prélèvement des deniers publics seraient en forces aussi longtemps que le gouverneur demeurerait parmi eux, mais pas une seule colonie n’a accordé l’octroi pour la vie du Roi. (La Minerve, 24 mars 1831)

Ailleurs Papineau montre la discrimination dont est victime le Bas-Canada.

L’occasion est parfois d’autant plus éloquente qu’un gouverneur nommé au Bas-Canada a pu se comporter différemment en Nouvelle-Écosse à propos du vote annuel des subsides. L’intention est toujours la même : faire voir la différence dans le traitement métropolitain des différentes colonies » (La Minerve, 23 août 1827).

Le gouverneur Dalhousie avait une perception complètement différente du problème. Choqué de la situation des subsides, il décide de proroger la Chambre d’assemblée et avant de la convoquer à nouveau entend qu'elle puisse répondre aux questions suivantes :

Avez-vous voté les subsides demandés par Sa Majesté? Avez-vous donné des raisons que le pays puisse comprendre? Avez-vous répondu aux messages du représentant de Sa Majesté? Avez-vous reconnu dans vos procédures la prérogative de la couronne ? » (Journal de la chambre, 1827 : 316; CHAPAIS, 1919 : 180)

Suite de la prorogation, le Parti canadien est furieux. Papineau et six autres députés publient un manifeste où ils dénoncent la prorogation de la Chambre par le gouverneur Dalhousie. À cause de la prorogation de la Chambre, la Loi sur les milices n’avait pas été renouvelée, ce qui a eu pour effet de rendre les chefs de milice moins légitimes. Il y a donc eu des destitutions importantes de ce côté. La population était mécontente et le faisait sentir surtout par le biais des lettres dénonçant l’attitude du gouverneur (CHAPAIS, 1919 : 181). Les élections suivant la prorogation ont donné lieu à une violente polémique. Papineau perçoit alors sa victoire resplendissante comme une invitation à poursuivre la lutte contre le gouverneur.

Vous ne deviez blâmer disait-il, l’une ou l’autre autorité constituée qu’après un examen réfléchi des faits et des doctrines invoquées par l’une ou par l’autre, tels qu’ils vous ont été exposés, avec autant de clarté que j’en étais capable en faveur de l’Assemblée, avec autant d’ardeur que possible en faveur du gouverneur par ses partisans. Vous avez décidé de me renvoyer au parlement, fort de ma conviction passée et de votre approbation récente. (La Minerve, 23 août 1827)

Élu comme député, Papineau veut recouvrer son fauteuil d’orateur de la Chambre. Il est à nouveau élu mais le gouverneur Dalhousie refuse de reconnaitre sa nomination (CHAPAIS, 1919 : 183). Ce nouveau désaccord entre le gouverneur et les députés donnera lieu à une pétition pour dénoncer les actions du gouverneur Dalhousie. Suite à cette pétition, une commission d'enquête sera créée qui finira par donner largement raison aux doléances des patriotes. C'est une victoire totale pour Papineau. Quant à Dalhouse, il est rappelé en Angleterre, puis nommé aux Indes.

Jean - Philippe Lampron

BIBLIOGRAPHIE

BRUNET, Michel, Guy FRÉGAULT et Marcel TRUDEL, Histoire du Canada par les textes, Montréal, Fides, 1952, 297p.

CHAPAIS, Thomas , Cours d’histoire du Canada, Montréal, Bernard Valiquette, 1919,tome 3, 335p.

DESSUREAULT, Christian « La crise sous Dalhousie : conception de la milice et conscience élitaire des réformistes bas - canadiens, 1827-1828 », Revue d'histoire de l'Amérique française, vol. 61, no 2, 2007, p. 167-199.

FILTEAU, Gérald, Histoire des patriotes, Québec, Septentrion, 2003, 628p.

HARVEY, Louis-Georges, Le printemps de l’Amérique française : américanité, anticolonialisme et républicanisme dans le discours politique québécois, 1805-1837, Montréal, Boréal, 2005, 296p.

« Journal de la chambre », 1827 p.316

« La minerve 23 aout 1827 » ˂http://collections.banq.qc.ca/erezFullScreen?erezLang=french&fsiFile=http://collections.banq.qc.ca/fsi/37637.fsi˃ (14 novembre 2011)

« La minerve 24 mars 1831 » ˂ http://collections.banq.qc.ca/erezFullScreen?erezLang=french&fsiFile=http://collections.banq.qc.ca/fsi/38028.fsi ˃ (14 novembre 2011)

LÉPINE, Luc, La milice du district de Montréal, 1787- 1829 : essai d’histoire soci- militaire, Thèse de Ph.D. (histoire), Université du Québec à Montréal, 2005, 342p.

 


Chercher dans les ouvrages consacrés aux patriotes.





Consulté 2885 fois depuis le 2 janvier 2012

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca