• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques

Liens directs


 

 


Recevez chez vous toutes les nouveautés à propos de la Journée nationale des patriotes


 

 

Les Patriotes de 1837@1838 - O se trouve la d閜ouille des Patriotes pendus en 1838 et 1839 ?
 ANALYSE 
     
O se trouve la d閜ouille des Patriotes pendus en 1838 et 1839 ?
Article diffus depuis le 2 janvier 2012
 




Douze hommes furent pendus la prison du Pied-du-Courant. Onze d抏ntre eux ont 閠 enterr閟 au cimeti鑢e Saint-Antoine, situ dans l抋ctuel square Dorchester, o 55 000 Montr閍lais, riches ou pauvres, sont inhum閟 entre 1799 et 1855. Les Patriotes seront plac閟 dans une fosse commune avec les non baptis閟 et les excommuni閟. On compte parmi eux Thomas-Marie Chevalier de Lorimier, Ambroise Sanguinet, Joseph Duquette et Joseph Narcisse Cardinal. Charles Hindenlang, lui, sera inhum au cimeti鑢e des protestants fran鏰is. Apr鑣 les nombreuses comm閙orations et l抏xhumation de quelques corps, que reste-t-il de la d閜ouille des Patriotes ex閏ut閟?

Suite la grande 閜id閙ie de typhus de 1849 dont on subodorait que le vieux cimeti鑢e de la rue Saint-Antoine 閠ait le foyer (Laporte, 15 mai 2011), un nouveau r鑗lement de la Ville d閒end l抜nhumation dans les limites de la cit. La Fabrique Notre-Dame d閏ide donc, en 1853, de cr閑r un nouveau cimeti鑢e. L抋nn閑 suivante, elle ach鑤e la terre du docteur Beaubien sur le mont Royal, o le cimeti鑢e Notre-Dame-des-Neiges accueillera sa premi鑢e s閜ulture le 27 mai 1855 (Pierre Daveluy, ville.montr閍l.qc.ca). Pendant 15 ans, on d閙閚agera les corps du cimeti鑢e Saint-Antoine vers celui de Notre-Dame-des-Neiges. Cependant, un bon nombre de d閜ouilles resteront sur place, la propagation du chol閞a 閠ant en cause. Pendant plus de 50 ans, donc, le cimeti鑢e Saint-Antoine aura 閠 le seul lieu de s閜ulture des catholiques de Montr閍l.

Dans les ann閑s 1850, en plein essor du nouveau ph閚om鑞e comm閙oratif, visant notamment renforcer les liens nationaux et les sentiments civiques entre les populations autour de valeurs unificatrices (Karboudj, 2008 ; 8), la m閙oire des h閞os patriotes se retrouve au c渦r des pr閛ccupations de l扞nstitut Canadien. Dans le souci de pr閟erver le nationalisme canadien-fran鏰ise, l扞nstitut, premier promoteur de ce projet, consid鑢e que pour l抲nification nationale le souvenir d抲n 関閚ement historique fort doit 阾re conserv (Karboudj, 2008 ; 8). Et c抏st ainsi que le projet d掗lever un MONUMENT aux victimes politiques appara顃 pour la premi鑢e fois le 7 juin 1853.

L抜ntention de l扞nstitut Canadien est davantage tourn閑 vers la comm閙oration que vers la port閑 politique : Nous nous permettons aussi de remarquer que cela n抏st l挏uvre d抲n parti politique plut魌 que d抲n autre, mais bien une chose toute nationale et laquelle tout Canadien doit tenir l抙onneur et bonheur de pourvoir y contribuer (Le Pays, 15 juin 1853). On 閞ige donc un MONUMENT au cimeti鑢e Notre-Dame-des-Neiges apr鑣 plusieurs ann閑s d抋ttente. Une premi鑢e inauguration aura lieu le 14 novembre 1858, mais il faudra patienter jusqu抋u 14 novembre 1866 pour la seconde, une fois la construction du MONUMENT termin閑 (Karboudj, 2008 ; 24).

Ce n抏st qu掄 la fin du si鑓le que les restes de Jean Olivier Ch閚ier sont d閜lac閟 vers le MONUMENT aux Patriotes du cimeti鑢e Notre-Dame, malgr la tension non n間ligeable entre l捝glise et les valeurs de l扞nstitut Canadien. Apr鑣 une grande c閞閙onie c閘閎rant la translation, les cendres seront d閜os閑s sous la pierre tumulaire du MONUMENT des Patriotes (Karboudj, 2008 ; 38). sa mort, le 14 d閏embre 1837, Ch閚ier avait 閠 enterr dans le cimeti鑢e des enfants morts sans bapt阭e Saint-Eustache, d抩 il sera exhum en 1891. Or une 閚igme s抜mpose. Comment peut-on expliquer qu抋u cimeti鑢e Notre-Dame-des-Neiges, sur le MONUMENT aux Victimes de 1866, il soit possible de lire : Jean Olivier Ch閚ier (ses restes reposent ici) , alors que ceux-ci se trouvaient bel et bien au cimeti鑢e de Saint-Eustache la m阭e 閜oque? (Karboudj, 2008 ; 37)

N閍nmoins, si Ch閚ier s抏st retrouv dans la partie non consacr閑 du cimeti鑢e de Saint-Eustache, c抏st bien parce que l捝glise s掗tait rang閑 du c魌 de l抋utorit anglaise et excommuniait toute personne qui prendrait les armes contre l抋utorit l間itime (Karboudj, 2008 ; 38). Or en 1891, la position ultramontaine n抋vait pas vraiment chang. L抋utorit eccl閟iastique refuse cat間oriquement que l抩n inhume les restes d抲n excommuni dans un terrain consacr (Karboudj, 2008 ; 38). Les cendres seront donc ramen閑s, et la seule option possible en la m閙oire de Ch閚ier sera d掗riger un MONUMENT sur une place publique, en dehors du cimeti鑢e. Cet endroit deviendra le Carr Viger.

Malgr la pol閙ique que les 関閚ements susciteront, seulement trois anciens Patriotes pourront 阾re enterr閟 sous le MONUMENT aux Patriotes du cimeti鑢e Notre-Dame-des-Neiges, dans le silence m閐iatique le plus complet. Ce n抏st qu抋pr鑣 la mise jour des tombes des Patriotes, organis閑 en novembre 1953, qu抩n apprendra le nom des inhum閑s : F. X. Prieur (1814-1891), Fran鏾is Maurice Lepailleur (1806-1891) et Joseph Narcisse Cardinal (1808-1838). Le premier aura l抋utorisation d掙tre enterr au cimeti鑢e Notre-Dame-des-Neiges, puisqu抜l s抏st excus des actes qu抜l a commis pendant les 関閚ements de 1837-1838 (La Patrie, 20 mai 1891). Joseph Narcisse Cardinal, lui, serait aussi pr閟ent proximit du MONUMENT des Victimes, puisque certains journaux ont retranscrit le t閙oignage prononc par la derni鑢e fille du Patriote qui se souvient encore que son p鑢e avait d抋bord 閠 enterr au cimeti鑢e Saint-Antoine : dix-huit ans plus tard, il a 閠 exhum pour 阾re transport la C魌e-des-Neiges, sous la colonne des Braves (La Presse, 22 f関rier 1923). Rep阠h閑s dans la fosse commune, reste savoir cependant, quelles parties de Cardinal se sont retrouv閑s Notre-Dame.

Ainsi, les restes des Patriotes se retrouvent donc 閜arpill閟. Malgr tout le mal donn par l扞nstitut Canadien et certains mouvements afin d抏n exhumer quelques-uns au pied du MONUMENT en leur honneur, la grande majorit des d閜ouilles des condamn閟 de 1837-1838 demeurent somme toute leur emplacement initial, au cimeti鑢e Saint-Antoine. Apr鑣 avoir re鐄 le nom de Dominion en 1872, en 1967, l抏ndroit sera rebaptis Place du Canada.

Yoan Lavoie

Bibliographie

DAVELUY, Pierre, Les cimeti鑢es de la ville, Centre d扝istoire de Montr閍l,

ville.montr閍l.qc.ca

KARBOUDJ, Samira, Le MONUMENT aux victimes politiques de 1837-1838 au

cimeti鑢e Notre-Dame-des-Neiges : histoire et comm閙oration, 16 mai

2008, 45 p.

LAPORTE, Gilles, Querelle MONUMENTale propos de l抙閞itage patriote, Lespatriotesde1837@1838, article diffus le 15 mai 2011

------------------------, Discours sur le cimeti鑢e des Patriotes, 29 octobre 2011

La Patrie, 20 mai 1891

La Presse, 22 f関rier 1923

Le Pays, 15 juin 1853

 

Recherche parmi 15772 individus impliqu閟 dans les r閎ellions de 1837-1838.

 



Consult 12165 fois depuis le 2 janvier 2012
 Ga雝an  (15 octobre 2020)
Vraiment excellent pour les renseignements.

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca