• Plan du site
  • Nouveautés
  • Plus populaires
  • FAQ

Rubriques

Liens directs


 

 


Recevez chez vous toutes les nouveautés à propos de la Journée nationale des patriotes


 

 

Les Patriotes de 1837@1838 - L'art dramatique selon F閘ix Poutr
 ANALYSE 
     
L'art dramatique selon F閘ix Poutr
Article diffus depuis le 2 janvier 2012
 




L扐ffaire F閘ix Poutr est loin d掙tre simple. L抙omme mythifi pour ses prouesses de duperie envers les bourreaux anglais de 1838-1839 閘鑦e au sommet du paradoxe l掗lan de patriotisme qu抜l aura su soulever. Si l抋nnonce de sa traitrise atteint officiellement la place publique dans les d閎uts du XXe si鑓le, son histoire n抏n demeure pas moins romanesque et n閎uleuse, autant par l掗laboration de son r閏it que par les circonstances entourant la fiction et la r閍lit des faits.

Le r閏it du personnage d閎ute le 3 novembre 1838 alors que, travaillant sur la terre paternelle, Poutr re鏾it la visite personnelle de nul autre qu扥ctave C魌 et son ami Robert Nelson (Poutr, 1968 : 7-8). Voil que le dirigeant patriote et le futur Pr閟ident de la R閜ublique du Bas-Canada se dirigent travers les champs pour exhorter l抋ide de F閘ix Poutr, paysan illettr de 21 ans. Ce dernier se voit charg d抩rganiser des comit閟 et de collecter des fonds pour acheter des armes (Poutr, 1968 : 10). Apr鑣 avoir port serment devant les deux chefs, Poutr fait du recrutement pour la cause patriote puis prend part en tant que dirigeant la bataille d扥delltown, qu抜l fait durer deux jours. Ensuite on l抏nvoie Lacolle pour chercher des armes que l抩n sait ne pas y 阾re. Poutr accuse donc ses chefs de trahison, retourne chez son p鑢e Saint-Jean et se cache dans les bois pendant deux semaines. la fin novembre, il se livre aux autorit閟 afin de sauver les propri閠閟 paternelles, menac閑s d抜ncendie. Par cet acte de bravoure, Poutr se fait prisonnier et va rejoindre ses fr鑢es d抋rmes au Pied-du-Courant, o il simulera la folie par diff閞ents actes et fausses attaques 閜ileptiques des plus rocambolesques. Ses nombreuses mises en sc鑞e lui vaudront la lib閞ation quelques mois plus tard.

La popularit que conna顃ra le r閏it de F閘ix Poutr aupr鑣 des masses populaires trouve peu d掗quivalents chez les autres h閞os de cette p閞iode. Son petit r閏it, publi en 1862, soit 24 ans apr鑣 sa lib閞ation, s抜nscrit dans la litt閞ature canadienne-fran鏰ise comme un succ鑣 sans pr閏閐ent. R殚dit閑 une dizaine de reprises, traduite en anglais et publi閑 sous forme de feuilleton dans les journaux, l抙istoire du patriote qui berna les Anglais fera vite le tour des chaumi鑢es du pays. Mais c抏st sans aucun doute le drame en trois actes que lui consacre le jeune Louis Fr閏hette qui aura contribu d抋utant plus alimenter le mythe. Dans un m閘ange de patriotisme flamboyant et d抜ncidents drolatique, la pi鑓e soulevait les applaudissement des spectateurs (Lanct魌, 1948 : 207). Poutr lui-m阭e s抷 rendait souvent pour r閏olter les acclamations du public et par le fait m阭e, pour y vendre des brochures dans lesquels se trouvaient quelques moments inusit閟 de son histoire et quelconque autre inventions de son cru. Il convient de remarquer qu抲ne fois 閐it閑, la pi鑓e de Fr閏hette est enregistr閑 non pas son nom, mais celui de F閘ix Poutr et Compagnie. L抏x-patriote et l掗diteur s抏n appropriaient donc les droits d抋uteur aux d閜ens de Fr閏hette qui, de toute fa鏾n, ne se souciait gu鑢e d抋fficher la paternit de ce drame populacier d抋ucune valeur (Lanct魌, 1948 : 207-208). Peut-阾re 閠ait-il au courant de la v閞itable histoire? Toujours est-il que cela n抏mp阠hera pas Poutr de se plaindre de la violation du droit d抋uteur dans une lettre ouverte de 1879, et ce, au nom de l抋rt dramatique! (La Minerve, 5 juin 1879) Par la suite, F閘ix Poutr parcourra les villages du Bas-Canada et diff閞entes villes de la Nouvelle-Angleterre pour y donner des conf閞ences sur les 関閚ements de 1837-1838. Ses r閏its lui rapporteront des sommes d抋rgent qui, disait-on, n掗taient pas consid閞ables, mais [qui] 閠aient suffisantes pour les besoins modestes du vieux Patriote (La Patrie, 23 janvier 1885).

En 1913, le voile est lev. Gustave Lanct魌 publie un article dans lequel il pr閟ente au public les DOCUMENTS officiels t閙oignant de la traitrise de F閘ix Poutr, mort d閖 depuis 28 ans. En effet, attach la police pour des fins secr鑤es, Poutr s掗tait gliss en 1839 et 1840 parmi les milieux patriotes en exile aux 蓆ats-Unis afin d抷 espionner pour le compte du gouvernement (Collin, 2003 : 21). Le r閏it du h閞os n掗tait alors qu抲n tissu de mensonges. Benjamin Sulte en avait fait le sujet d抲n po鑝e en 1898, mais faute d抏xplication et de d関eloppement, celui-ci n抏ut aucun impact. Or selon Lanct魌, les affirmations de F閘ix Poutr entrent en parfaite contradiction avec ce que r関鑜ent d抋utres sources, notamment le registre de la prison et le propre t閙oignage de Poutr la police, dans lequel il affirme que Lucien Gagnon lui avait fait porter serment de force (Poutr, 1968 : iii). Il dira aussi avoir voulu capturer Robert Nelson, alors que son r閏it lui accorde un parfait d関ouement. De plus, non seulement Poutr aurait 閠 d閘ateur, mais il n抋urait jamais jou de r鬺e important dans aucune bataille, tel qu抜l le raconte. Dans une autre d閜osition, il avouera avoir d閟ert le camp de Napierville deux reprises (Lanct魌, 1948 : 216).

L抙istoire de sa sortie de prison demeure non moins n閎uleuse. Bien entendu, dans son r閏it, Poutr dira avoir r閡ssi sortir en feignant la folie : Il faut absolument que ce pauvre homme-l sorte d抜ci dira un ge鬺ier compl鑤ement d閟ar鏾nn (Poutr, 1968 : 62). Or d抋pr鑣 Lanct魌, ce serait plut魌 l掗chec d抏spionnage qu抋urait connu Poutr aupr鑣 des chefs patriotes qui l抋urait pouss r閏lamer son d閜art, bredouille d抜nformation. Ainsi, ce simple gar鏾n de ferme [aurait essay閉 de faire causer des gens trop intelligents pour se prendre ses gros pi鑗es de campagnard finaud (Lanct魌, 1948 : 218). Vu les circonstances, le Dr Arnoldi, m閐ecin de la prison, lui aurait alors sugg閞 de simuler la folie.

Apr鑣 son incarc閞ation, entre 1840 et 1850, F閘ix Poutr fait le commerce des foins dans les campagnes, o le r閏it de ses j閞閙iades aurait d閎ut : il continua [匽 l抲tiliser dans ses relations et dans le monde de ses clients (Lanct魌, 1948 : 218). Voyant le succ鑣 assur de son histoire, Poutr verra toute la pertinence d抲ne publication. Toutefois, 閠ant donn son illettrisme, il en confiera la r閐action M閐閞ic Lanct魌, jeune avocat de 23 ans, qui fondera plus tard un journal nomm La Presse (rien voir avec son homonyme). Or le style 閘abor de Souvenir d抲n prisonnier montre tr鑣 bien la plume de Lanct魌 qui romance le tout, notamment par un bon nombre de parties dialogu閑s. Mais selon Marc Collin, il est fort possible que Poutr, qui r閏itait probablement les faits Lanc魌 pour la r閐action, ait eu le temps souhait de romancer son r閏it dans les faits, d閒aut de le faire dans le style et la forme. En ce sens, 閠ant donn que le r閏it oral, comparativement l掗crit, ne repose que sur la m閙oire du conteur, il devient ainsi un 閠ernel recommencement qui comporte des variantes, des ajouts et des suppressions (Collin, 2003 : 38). Le r閏it s抋dapte donc au go鹴 du public auquel il s抋dresse. Ce qui fait que, 24 ann閑s plus tard, Poutr aura eu tout le temps n閏essaire l掗laboration d抲ne bonne histoire, ou d抲n bon roman. Mais comment se fait-il que, pour la r閐action de son r閏it, F閘ix Poutr ait choisi M閐閞ic Lanct魌, fils d扝yppolyte Lanct魌, Patriote et v閠閞an de la bataille d扥delltown? Ce choix s抜nc閞erait-il dans son amour pour l抋rt dramatique? Bien des hypoth鑣es restent sur la glace.

Le casse-t阾e toujours inachev, bien des faits entourant le r閏it et sa conception demeurent sans explication valable et ne m鑞ent, somme toute, qu掄 l抜nterpr閠ation. Or en reconsid閞ant certains 閘閙ents de l抋ffaire F閘ix Poutr, en repensant au patriotisme qu抲ne pi鑓e bas閑 sur des supercheries a pu soulever, il est encore l間itime de se dire que, bien souvent, la r閍lit d閜asse la fiction.

Yoan Lavoie

Bibliographie

COLLIN, Marc, Mensonges et v閞it閟 dans les Souvenirs de F閘ix Poutr, Les cahiers du Septentrion, 2003, 245 p.

LANCT訲, Gustave, Faussaires et fausset en histoire canadienne, Les 閐itions

Vari閠閟, 1948, 224 p.

POUTR, F閘ix, 蒫happ de la potence, Souvenir d抲n prisonnier d捝tat canadien en 1838, R殚dition-Qu閎ec, 1968, 70 p.

La Minerve, 5 juin 1879; La Patrie, 23 janvier 1885;

 

Recherche parmi 15772 individus impliqu閟 dans les r閎ellions de 1837-1838.

 



Consult 4012 fois depuis le 2 janvier 2012

   Réagir ou compléter l'information

   

Le matériel sur ce site est soit original, soit libre de droit. Vous êtes invités à l'utiliser 
à condition d'en déclarer la provenance. © glaporte@cvm.qc.ca